75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Far Cry 3: Blood Dragon #3 [2013], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 31 décembre 2018 à 09h00

Rex Colt contre les Dragons de Sang

Testé sur PS3.

Les jeux open-world s'offrent souvent des DLC capables d'offrir une totale relecture de leur univers. C'est ainsi que Red Dead Redemption s'offrit un délire zombie avec le sympathique Undead Nightmare ou Sleeping Dogs revisitant le folklore horrifique chinois avec le trop court Cauchemar à North Point. L'excellent FPS Far Cry 3 n'échappe pas à la règle en nous offrant un trip bien barré façon 80's avec ce Blood Dragon.

Créée en 2004, la série Far Cry a souvent fait preuve d'un grand sérieux en ce qui concerne ses scénarios et les situations rencontrées. Surtout sur Far Cry 3, véritable bonne surprise en 2012 de la part d'Ubisoft après un second épisode africain en demi-teinte. Cette nouvelle version proposait une histoire prenante, à défaut d'être exceptionnelle, mais surtout un gameplay aussi complet que varié et un sentiment de liberté rafraîchissant. Le tout avec une approche assez sérieuse/mature d'où la surprise qu'éprouvèrent les joueurs à l'annonce de Far Cry 3: Blood Dragon au printemps 2013. S'il porte le titre de Far Cry 3, Blood Dragon est néanmoins un stand-alone (c'est à dire qu'il ne nécessite pas d'avoir le jeu auquel il est rattaché pour y jouer) proposant une histoire complètement originale. La filiation se fait donc d'une part via l'utilisation du même moteur de jeu mais aussi la même équipe de développement à savoir les studios Ubisoft de Montréal épaulés ici par ceux de Shanghaï.

Quand on lance le jeu, on sent d'emblée une équipe de développement qui s'est fait plaisir et qui est allée au bout de son délire. Découvrir Blood Dragon c'est retomber dans une ambiance très 80's du film d'action et du film de science-fiction voire du nanar d'époque. Le jeu est d'ailleurs présenté comme une adaptation des visions du futur que l'on pouvait voir dans des films sur VHS durant années 1980. Vous incarnez ainsi le cybercommando Rex « Power » Colt qui doit se rendre sur une île afin d'enquêter sur les agissements de son ancien supérieur, le colonel Sloan, alors que le monde est plongé dans une guerre nucléaire entre les États-Unis et l'URSS. Accompagné de son frère d'arme, Spider, Rex découvre rapidement que Sloan a trahi son pays et menace le monde entier avec des missiles destructeurs. Sloan réussit même à tuer Spider et mettre Rex hors d'état de nuire. Ce dernier va néanmoins être sauvé par le Dr. Darling qui est la chef des scientifiques de l'île et qui veut s'opposer à Sloan et son armée de cyber soldats. La lutte sera rude car il faudra priver Sloan de ses bases, de ses ressources en énergie tout en luttant face à des Dragons de Sang capables de tirer des rayons laser avec leurs yeux...

Le scénario assume à fond son côté nanar nous présentant tous les poussifs du genre sans jamais se prendre au sérieux. Le héros est un badass patriote qui prend plaisir à éliminer violemment ses ennemis face à un méchant impitoyable, mégalomane qui cherche à détruire le monde. L'intérêt de l'histoire est évidemment ce côté too much assumé avec notre héros balançant des punchlines à tout va tout en pestant souvent contre les missions annexes qu'il doit faire. Le second degré est ainsi très présent et beaucoup de situations sont tournées en dérision avec quelques dialogues savoureux ou aussi la volonté de se moquer gentiment des poncifs du jeu vidéo. Cela fonctionne par moments, comme le tutoriel franchement marrant, mais parfois le titre semble se moquer de principes qu'il s'oblige lui même en place... En tout cas c'est un réel plaisir de se balader sur cette île retro-futuriste et l'on sent que les équipes d'Ubisoft se sont vraiment fait plaisir. Notamment en ce qui concerne les références qui pullulent tout en ne noyant jamais le titre qui réussit à rester digeste. On pense à des licences comme Predator, Robocop, Terminator (et tout un pan du cinéma d'action des années 80/90 avec ses héros violents et patriotes) mais aussi Star Wars, Les Tortues Ninja et bien d'autres...

Le jeu se déroule en 2007 puisqu'il propose une vision du futur façon années 1980. Un futur qui s’interprétait souvent avec des avancées robotiques folles et une esthétique où les néons fluos faisaient leur loi. Les cinématiques rendent ainsi hommage aux jeu vidéos de l'époque avec des images plus ou moins animés tout de même doublées par un casting français plutôt inspiré. L'ambiance fonctionne ainsi vraiment bien avec ce mélange d'extérieurs austères où l'île est couverte de nuages épais et des intérieurs métalliques où le flashy se taille une bonne place. Cela rend le jeu assez original en le mettant complètement dans l'esprit des années visées. Après, il faut avouer que les décors manquent de variété (même si des lieux comme le barrage sont magnifiques dans leur style) et que le titre souffre parfois d'un manque de lisibilité. Du fluo dans des décors sombres, n'est pas souvent la meilleur idée pour faire plaisir à nos rétines... Qu'importe, le plus jouissif reste d'affronter des dragons au dos changeant de couleur selon leur posture (passif, méfiant et attaque) au comportement violent qu'il faudra apprendre à manipuler...

Si l'univers est complètement différent de Far Cry 3, le gameplay reste quand même assez proche. Le jeu est encore un monde ouvert avec une carte moyennement grande qui propose quelques missions et pas mal de contenu annexe. L'extension nous propose encore une fois plusieurs approches pour faire les missions ou capturer des bases : tenter l'infiltration ou y aller comme un bourrin. Et comme dans le titre d'origine, les deux approches s'avèrent complètes et intéressantes à jouer même si le côté bourrin est accentué par l'univers du jeu. On dispose d'armes surpuissante dont un sacré fusil à pompe ou le Terror 4000, un minigun portable portant bien son nom... Eliminer les ennemis à la pelle s'avère souvent assez jouissif vu la puissance de feu qu'on trimbale... Le côté infiltration s'offre aussi quelques nouveautés grâce aux dragons notamment. On peut toujours se faufiler et éliminer au couteau les différents ennemis. Ou alors on peut attirer les dragons près des bases et éteindre les bouclier censés les éloignrer pour contempler le massacre. Pour cela, il faut les appâter avec des cœurs de cyber soldat qu'on ramasse sur nos victimes... Efficace ! Encore une fois, les nombreuses approches permettent d'appréhender chaque mission de manières complètement différentes, un des gros point fort du titre.

Ce concentré d'action se ressent bien pendant les missions qui ont le mérite d'offrir leur dose d'adrénaline et de surprises pour être vraiment plaisantes à jouer. Si elles ne sont malheureusement qu'au nombre de sept, le jeu propose quand même bien d'autres choses. Comme pour Far Cry 3, il y aura des bases (ici 13) à capturer, des secrets à ramasser et pas mal de missions annexes qui reprennent celles de chasse et d'élimination tout en offrant celles de sauvetage où il faut éliminer les ennemis sans qu'ils nous repèrent sous peine de voir un otage se faire tuer. Ces missions réussies et les secrets trouvés permettent de gagner de l'argent, de l'expérience et des améliorations d'armes à acheter. Ces dernières permettent de rendre encore plus puissantes des armes et d'affiner encore plus notre manière de jouer. Un véritable régal quand on peut avoir des cartouches explosives pour le sniper, laser pour la mitrailleuse voire un fusil à pompe pouvant contenir 20 cartouches... Pour faire un tour complet du titre, il vous faudra compter entre 6 et 7 heures ce qui est honnête pour les 15 euros à débourser d'autant plus que le gameplay varié permet de varier les plaisirs lors d'une nouvelle partie.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Far Cry 3: Blood Dragon #3 [2013]

Bastien L.
80

Far Cry 3 : Blood Dragon est une extension intelligente dans le sens où le titre est complètement barré... En proposant un défouloir décomplexé mené par un scénario narnardesque et drôle dans un univers improbable, Ubisoft nous offre un jeu vraiment rafraîchissant. Le gameplay ayant fait ses preuves s’adapte très bien au délire offrant de bonnes sensations. On peut néanmoins regretter des décors finalement trop répétitifs et sombres.

On a aimé

  • Un univers déjanté rendant hommage aux productions 80's sans jamais se prendre au sérieux
  • Un défouloir très efficace
  • Les musiques électroniques

On a moins bien aimé

  • Cela reste assez bas du front
  • Les néons flashy vont rarement de paire avec une bonne visibilité
  • Légèrement répétitif

Acheter le Jeu Vidéo Far Cry 3: Blood Dragon #3 [2013] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Far Cry 3: Blood Dragon #3 [2013] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Far Cry

  • Voir la critique de Far Cry : Le dernier méfait d'Uwe Böll
    25

    Far Cry Critique du film par Nicolas L.

    Le dernier méfait d'Uwe Böll : Avec Far Cry, Uwe Böll lorgne sans complexe vers les actioner des années 80, ces séries B produites par la Cannon Group (pour ne c…
    Temps de lecture : 8 mn 13

  • Voir la critique de Far Cry Instincts : Réveillez en vous la bête !!
    80

    Far Cry Instincts Critique du jeu vidéo par Richard B.

    Réveillez en vous la bête !! : Bon d’accord : Far Cry et un Quake like de plus souvent bourrin où l’Intelligence artificielle n'est pas ce qu’on en retiendra le…
    Temps de lecture : 4 mn 1