75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Malicious [2012], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 5 août 2018 à 09h00

Malice au pays des combos

Testé sur PS3

Peut on créer un titre beat'em all seulement autour des combats et du scoring en 2010 ? C'est le pari que s'est lancé le studio japonais Alvion avec Malicious.

De Double Dragon à God Of War en passant par Streets of Rage, Golden Axe ou Devil May Cry, les meilleurs beat'em all se sont surtout distingués par des combats très fun à jouer tout en essayant d'avoir de plus en plus de profondeur de gameplay. L'univers, les décors et l'histoire semblaient être du luxe à côté d'une jouabilité préparée aux petits gnons. C'est ce que doivent penser les Japonais d'Alvion quand ils préparent Malicious sur PS3. Un studio inconnu chez nous qui a produit quelques œuvres confidentielles depuis la fin des années 1990 et qui sert souvent d'aide à de plus grandes compagnies comme Platinum Games sur Bayonetta notamment. Un jeu vraiment concentré sur le combat avec une esthétique classe laissant de côté l'histoire et la progression classique que l'on connaît au genre : voilà ce que veulent proposer les développeurs.

Bon, Malicious dispose bien d'une histoire mais elle est très peu développée si ce n'est pas des écrits que l'on peut consulter dans le menu... Rien de bien sexy donc... Ce qu'on comprend, c'est qu'on incarne un combattant, sorte de réceptacle, chargé par de grands anciens de récupérer des pouvoirs pour son arme, le Manteau des Cendres, afin de vaincre un monstre menaçant toute l'humanité : Malicious. Pour récupérer ces capacités, il faudra vaincre l'ancienne championne des Anciens ayant décidé de garder ses pouvoirs et d'imposer sa loi sur le monde. Ses capacités spéciales délivrées sont devenues autant de boss puissants à son service. Le joueur va devoir aller de niveau en niveau afin de récupérer les pouvoirs et défaire son prédécesseur.

Un scénario qui ne sert qu'à planter le décor pour votre héros muet (un homme ou une femme au choix) qui va pouvoir laisser parler toutes sa fougue face à des centaines d'ennemis. Le style graphique du jeu est assez intéressant avec un mélange d'épure dans le menu principal et un cel-shading efficace pour les arènes de combat. Le character design est correct et a le mérite de rendre notre héros classe doté d'une animation réussie rendant justice à la puissance et la vitesse de notre héros. Les boss sont impressionnants et sont tout aussi bien animés. Quant au menu fretin, il remplit efficacement son rôle car on peut dézinguer des vagues d'ennemis qui pourront aussi nous faire mal si on est trop laxiste. Il est difficile d'attaquer Malicious sur son aspect technique car il s'agit après tout d'une modeste production. D'autant plus que les graphismes flattent l'oeil et les musiques sont plutôt agréables à l'oreille. Le problème est ailleurs...

Le jeu propose en fait 5 arènes plus une dernière pour le combat final. C'est peu... Tellement que le titre se termine en deux heures. Alors certes pour 8 euros, on ne s'attendait pas à des dizaines d'heures de jeu mais tout de même... Vous allez devoir récupérer les quatre capacités puis défaire l'ancienne championne avec à chaque fois moins de 30 minutes pour chaque arène. Il faut aussi tenter de les faire dans le bon ordre comme les premiers Mega Man puisqu'une capacité se révélera utile contre un boss. Concrètement, on débarque dans une arène où un boss et son armée de gardes nous font face. Il va falloir osciller entre attaquer le boss et les mobs histoire de récolter de l'aura. Cette subtilité du jeu se récupère en terrassant des ennemis et permet d'atteindre un mode furie ou alors de se soigner... Cela ajoute un peu de tactique bienvenue aux combats. Il faudra aussi jongler entre les différentes armes (deux au corps à corps et une à distance) tout en esquivant et parant.

Du côté du plaisir et des différentes manières de combattre, Malicious remplit clairement son rôle et cela permettra aux mordus du genre de s'amuser dans le mode Libre une fois le jeu terminé. Pour les autres, le titre se révèle assez court et peut s'avérer un peu brouillon au début avec une caméra un peu folle. Le titre propose aussi un challenge un peu old school qui plaira aux gamers exigeants puisqu'il faudra terminer le jeu avec un maximum de 3 vies d'une part et car les ennemis peuvent vous infliger de lourds dégâts. Même en facile, ne comptez pas y aller tranquillement puisque les derniers boss s'avèrent redoutables et ont tendance à vous en mettre plein la tête avec des attaques rapides et surpuissantes. Malicious est le genre de jeu où la barre de vie des boss descend très très lentement. Ceux qui aiment le challenge sont ainsi servis.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Malicious [2012]

Bastien L.
55

Malicious est clairement un jeu de niche qui plaira aux amateurs de beat'em all et d'univers japonais qui ont déjà fait le tour de tous les grands titres du genre. Le gameplay est assez riche pour s'amuser et enchaîner des combats très funs mais la durée de vie et l'absence de véritable histoire en laissera beaucoup sur la touche. Pour 8 euros, difficile de faire la fine bouche mais il y a quand même bien plus intéressant ou ambitieux pour la même somme ou moins cher...

Que faut-il en retenir ?

  • Un gameplay bien travaillé
  • Assez hardcore gamer
  • Donne direction artistique

Que faut-il oublier ?

  • Trop court
  • Aucun effort de narration
  • En dessous de ce que propose le genre

Acheter le Jeu Vidéo Malicious [2012] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Malicious [2012] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+