75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Attack The Block [2011], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 6 juin 2011 à 12h16

Aliens VS les sales gosses !

Un soir, une jeune infirmière est agressée par un gang d’adolescents. Une diversion, causée par la chute d’une sorte de météorite, lui permet de s’échapper. Poussé par la curiosité, le groupe de jeunes délinquants s’approche du point de chute (une voiture). Moïse, le chef du gang, est soudain surpris par une créature qui le griffe au visage. Furieux, Moïse la poursuit et, avec l’aide de ses amis, finit par la tuer. Fier de lui et de son acte de « bravoure », Moïse expose son gibier devant tout le quartier, mais ce qu’il n'a pas encore deviné - du moins à ce moment précis - est qu’une grande quantité d’autres météorites (et donc de monstres) approche et s'apprête à tomber dans le secteur.

De nos jours, rares sont films pour adolescent correctement mis en boite. Ces derniers temps, on pourrait facilement leur reprocher d’être souvent très naïfs, plutôt linéaires, avec les bons d’un côté et les méchant de l’autre et ne cherchant jamais à ouvrir une discussion autour de ce qui pourrait être moral ou pas. Joe Cornish va à l’encontre de tous les stéréotypes des dernières productions pour jeunes et nous propose un film, s’il n’est pas original, semble provenir d’une autre époque où les gosses pouvaient mourir, où le héros pouvait être d’une moralité douteuse  et doté d’une ambiance aussi noire qu’enjouée. Cornish, qui a écrit et réalisé le film, ne se cache pas de ses références et il a bien raison tant elles sont visibles à l’écran. D'un côté, on a bien de multiples créatures qui s’attaquent à un gamin et ses amis (Gremlins) et de l’autre, des individus que tout semble opposer qui vont devoir collaborer pour survivre à un siège (Assault). Ici, s’il n'est pas question d'un flic devant s’allier au grand malfrat du coin, on trouve la jeune et studieuse élève infirmière et le chef de gang paumé l’ayant agressé il y a peu. D'une certaine manière, Moïse a tout d'un Snake Plissken (New York 1997), une sorte de « mauvais garçon » qui va devoir combattre des plus mauvais que lui. Ainsi si au départ on éprouve une forte antipathie envers Moïse (et son groupe d'amis qui n’est guère plus fréquentable), lentement et sûrement, Joe Cornish nous amène à les apprécier et nous faire soucier de leur sort. Le pari était risqué et l’on se surprend vraiment à entrer dans le jeu du réalisateur, même si au final il n'est guère certain que le camp choisi fut le bon, les créatures ayant peut-être, elles aussi, leurs raisons. Moralement douteux, le film de Joe Cornish l'est certainement et c'est ce petit côté malsain et pas très propre qui pousse au débat et qui fait la qualité principale du film.

Attack The block image 1

Scénaristiquement, il est amusant aussi de voir que depuis Eden Lake, en passant par le récent Harry Brown (excellent Michael Caine), les Anglais traversent une véritable crise avec sa nouvelle génération. Déjà, depuis plusieurs films, la jeunesse anglaise, qu’elle soit dans des coins perdus ou des quartiers pauvres, se montre particulièrement agressive, voire même meurtrière, et avouons qu'on finirait presque par flipper de se balader chez nos voisins d'outre-Manche.

Si Attack the Block ne profite pas d'un budget colossal, on ne peut pas dire que visuellement cela se perçoit à l'écran. Sur ce point, la production optimise au mieux et se montre même très généreuse pour ce qui est des créatures non numériques, de forme assez simple (me rappelant presque le jeu another world par leur poil fait de noir parfait), mais très efficace. Certes, par moment, on peut aisément deviner l’acteur derrière le costume, mais pas si souvent que ça, puis cela confirme mon impression que le danger n'est jamais aussi présent que lorsqu'on a l'impression qu'on peut toucher la créature, que celle-ci fait réellement partie du décor, sans compter que cela rend le plus souvent les acteurs encore plus crédibles.

Attack The block image 2

Et même si par moment on viendrait à reprocher quelques facilités dans le scénario, telle la conclusion un peu facile, ou le fait que les monstres tombent tous quasiment aux mêmes endroits, rien n'est d'une part laissé au hasard (on trouve régulièrement des indices à l'image ou dans les dialogues, même si ceux-ci sont tirés par les cheveux). Mais aussi, sur le moment, on n’y prête guère attention tant le rythme de la mise en scène ne faiblit quasiment jamais.

Concernant le jeune casting du film, on peut-être que surpris par le professionnalisme et la crédibilité de ces jeunes acteurs. S'il n'y avait pas ce côté gosse de banlieue et racaille prononcé, par quelques moments on pourrait y voir un côté « Goonies », « E.T. » ou encore « Stand by me ». Entendez par là des gosses crédibles qui se jettent inconsciemment dans l'aventure, s'éclatent sur leur vélo, et font preuves d’un véritable sens de la débrouillardise. Pour le coup, seul Nick Frost et ses collègues adultes viennent de temps à autre à cabotiner et se montrer par moment un peu trop caricaturaux.

La conclusion de à propos du Film : Attack The Block [2011]

Richard B.
70

Si c'est le public « teenagers » qui est avant tout visé - et qui du coup se régalera plus que nous du parler moderne « type gosses de quartiers » - les plus vieux apprécieront tout de même le côté « Carpenter » entremêlé au côté « production Amblin » revue à notre époque. Le film de Joe Cornish propose également une réflexion sur la violence, avec une morale pouvant paraître douteuse, mais loin d'être inintéressante. Mais Attack the block est surtout un film fun, plutôt jubilatoire, dans lequel on ne s'ennuie pas une seconde.

Que faut-il en retenir ?

  • Enfin un "vrai film de teenagers",
  • une réalisation dynamique et travaillée,
  • une ambiance - Carpenter - soignée,
  • des acteurs attachants.

Que faut-il oublier ?

  • Quelques facilités scénaristiques,
  • le côté banlieue prononcé pourra agacer certain,
  • des Aliens peut-être pas assez démoniaques.

Acheter le Film Attack The Block en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Attack The Block sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+