Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film d'animation : Le Voyage extraordinaire de Samy [2010], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 6 août 2021 à 09h00

Little Big Turtle

Critique de la version française 2D

Dans le cinéma d'animation en images de synthèse, il y a des cadors comme Pixar, DreamWorks et d'autres mastodontes dont les films représentent les canons du genre. Mais il y a aussi des studios et équipes moins connues qui ont pourtant produits de nombreux films comme les Belges de nWave notamment connus pour Le Voyage extraordinaire de Samy.

Le cinéma d'animation par ordinateur existe maintenant depuis plus de 25 ans et fut d'abord une histoire de pionniers dont le nom de John Lasseter est le plus parlant. Mais il y en eu d'autres notamment le Belge Ben Stassen et son studio nWave fondé en 1994 se spécialisant d'abord dans les courts-métrages destinés aux parcs d'attraction tout en travaillant sur le développement de la 3D dans le genre de celle popularisée par Avatar de James Cameron.Pour sa part, Ben Stassen a toujours eu pour ambition d'offrir une portée éducative dans ses œuvres comme le premier film de son studio Fly Me to the Moon racontant l'histoire de mouches participant à la mission Appolo 11 en 1969. Le second projet du studio, Le Voyage extraordinaire de Samy eut comme ambition de raconter la vie d'une tortue ainsi que l'impact de l'humanité sur le monde marin tout en proposant le premier film d'animation en images de synthèse d'abord réalisé pour la 3D. Un projet familial à portée écologique qui débarque sur nos écrans en 2010 se révélant un beau succès étant donner la relative faiblesse du budget autour de 40 millions d'euros quand les cadors de l'époque dépassaient allègrement les 150 millions.

Le film raconte l'histoire de la tortue mâle Samy (Dany Boon) alors âgée de 50 ans. Elle va revenir pour nous sur les étapes clés de son existence en commençant sur une plage vide où elle a dû lutter pour rejoindre la mer tout en rencontrant la douce Shelly (Olivia Ruiz). S'enchaînent ensuite sa croissance sur un radeau porté par l'océan et la rencontre avec son meilleur ami Ray (Elie Semoun) où les premières interactions avec les humains s'avèrent compliqués. On suit ainsi la croissance du héros à travers différentes rencontres, différents océans pendant près de 50 ans qui seront marqués par une relation ambiguë avec les humains...

Le principal reproche que l'on peut faire au film est le manque de structure de son scénario. La portée éducative et le message écologique du film ont un peu parasité son histoire. Il n'est pas rare dans le cinéma de raconter l'histoire d'un personnage aux différentes étapes de sa vie mais cela ne fonctionne pas complètement ici. On a du mal à s'attacher pleinement aux personnages principaux qui ne cessent d'évoluer trop rapidement sans qu'on arrive toujours à comprendre combien de temps s'écoule entre les différentes parties du film. Certes, cela fonctionne pour un jeune public tant les personnages sont mignons et les différentes péripéties bien rythmées. Mais pour le reste des spectateurs, l'ensemble s'avère bien trop classique et on ne peut que constater que le long-métrage est très loin de pouvoir rivaliser avec Le Monde de Némo, canon du genre du cinéma d'animation en milieu aquatique. Sans être rebutant, l'histoire et les différentes péripéties manquent de liant faisant qu'on s'intéresse beaucoup moins à la destinée de Samy et les siens pour porter un œil plus attentif à ce que le film veut nous raconter. Le casting vocal français mené par l'expérimenté Elie Semoun (la saga L'Âge de Glace) accompagné de Dany Boon et Olivia Ruiz propose un travail correct.

Finalement, Le Voyage extraordinaire de Samy a une portée documentaire indéniable que cela soit sur la vie des tortues vertes comme sur l'impact environnemental des hommes dans le monde marin. Force est de constater que cela fonctionne plutôt bien à différents niveaux. Le documentaire animalier ne prend jamais trop d'emprise sur le film mais offre quelques informations intéressantes sur le mode de vie des animaux marins. Le discours écologique du film est abordé de manière intelligente avec une volonté d'offrir plusieurs situations sans imposer de jugement de valeur. Le spectateur ne peut que constater le mal que font les êtres humains sur la planète mais aussi leur prise de conscience face à cet état de fait. Une approche peu manichéenne salutaire tant le cinéma d'animation a souvent fait preuve d'un manque de subtilité pour faire passer un message aux plus jeunes. L'animation est ici un vecteur important pour sensibiliser un jeune public alors qu'on peut légitimement se demander si pour des personnes plus âgées, un véritable documentaire n'est pas plus efficace...

A la lecture des paragraphes précédents, on pourrait se demander si ce film a bien sa place sur un site traitant de l'imaginaire. C'est pourtant le cas car si le zoo-anthropomorphisme du métrage est léger, il est bien réel à l'image du Monde de Némo, encore lui. Les différents protagonistes communiquent entre eux à travers notre langue et les différentes espèces se comprennent sans problème tandis que les différentes péripéties font réaliser des actions impossibles à ces animaux. La direction artistique est légèrement cartoon dans son character design comme dans l'aspect très coloré du film baigné de couleurs chaudes offrant parfois de beaux panoramas et des profondeurs océaniques agréables à l'oeil. Techniquement, le film ne peut néanmoins pas lutter contre les cadors du genre de l'époque à savoir Toy Story 3 ou Shrek 4... Si l'animation des personnages s'avère très fluide, le film accuse son modèle indépendant sur l'aspect des animaux qui manquent de détails et surtout la gestion de l'eau révélatrice d'un budget inférieure à ce que le cinéma d'animation américain dispose. Cela ne donne néanmoins pas une production fauchée, loin de là, mais on est rarement ébahi d'autant plus que le film commence à vieillir.

Scénariste, producteur, et réalisateur, Ben Stassen marque complètement de son empreinte ce film qui souffre peut-être de son omniprésence. On l'a vu, malgré un scénario rédigé par cinq personnes, il ne réussit pas à s'intégrer correctement face à l'ambition du film. Il aurait peut-être dû se cantonner au rôle de producteur tant le résultat visuel comparé aux moyens force le respect et se faire accompagner pour le poste de réalisateur comme il le fit sur ses productions suivantes. Non pas que sa mise en scène soit foncièrement mauvaise, elle s'avère surtout trop académique se bornant à montrer l'action sans réelle inventivité permettant simplement de bien rythmer les gags qui ponctuent de nombreuses scènes du film. Le plus problématique aujourd'hui est évidemment d'avoir réaliser un film prévu pour la 3D avec ses gimmicks obligatoires qui sont évidemment grotesques quand on visionne le film en 2D... Vous l'aurez finalement compris en lisant cette critique, Le Voyage extraordinaire de Samy sort sept ans après un monument du cinéma d'animation qui lui fait une ombre gigantesque : Le Monde de Némo... Une comparaison obligatoire qui ne doit pas forcément vous détourner des aventures de la petite tortue qui démontre quand même de véritable qualités.

La conclusion de à propos du Film d'animation : Le Voyage extraordinaire de Samy [2010]

Auteur Bastien L.
58

Le Voyage extraordinaire de Samy souhaite proposer un divertissement familial mélangé à un documentaire animalier doté d'un message écologique. Malheureusement la sauce ne prend pas côté scénario alors que la portée environnementale du métrage est gérée de manière très intelligente. Mais pour ce qui est de la technique, de l'apport artistique et des qualités purement cinématographiques du métrage, cela reste bien trop classique pour pleinement convaincre.

On a aimé

  • Le message écologique du film
  • Des héros tous mignons
  • Très efficace pour un jeune public

On a moins bien aimé

  • Un scénario bancal
  • Rarement impressionant d'un point de vue technique ou artistique
  • Un réel cran en dessous de la concurrence

Acheter le Film d'animation Le Voyage extraordinaire de Samy [2010] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Voyage extraordinaire de Samy [2010] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter