75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Les aventuriers du rail : Alvin & co [2011], par Amaury L.

Avis critique rédigé par Amaury L. le dimanche 13 mars 2011 à 11h26

Les monstres attaquent le train…

A bord de sa soucoupe volante, Alvin zigzague entre les buildings et mitraille avec ses armes cosmiques tout ce qui bouge. Dexter, un lézard géant, se contente de dévorer quelques téméraires passants affolés,  des voitures mal stationnées gênant sa marche, ou un petit morceau de gratte-ciel tendre à souhait. Pourtant, il faut absolument continuer à construire ses voies ferrées, rien ne doit arrêter la compagnie dans sa conquête de part de marché et de nouvelles destinations.

Ils ont où ?

Alvin & co est une extension pour un jeu récompensé pour sa qualité dans de nombreux pays, Les aventuriers du rail. La boîte modeste contient deux figurines en plastique assemblées et non peintes, joliment sculptées, ainsi que quarante-deux cartes Monstre (20 Alvin, 20 Dexter, 2 Bonus). Une règle multilingue complète l’ensemble.

Le matériel de Alvin & co (photo éditeur).

Mais qu’est-ce qu’ils font ?

Les deux monstres sont placés sur deux villes du plateau de jeu. A noter que cette extension est compatible avec n’importe quelle carte du jeu Les aventuriers du rail. On joue selon les règles normales, mais en plus de son action traditionnelle, on peut déplacer un des deux monstres en se défaussant d’une ou deux cartes Locomotive. Cela permet de mouvoir l’entité enquiquineuse d’une à trois villes (une seule carte) ou jusqu’à six cités (deux cartes). La conséquence de la présence d’une abomination est l’impossibilité de construire une voie ferrée qui connecte la ville en question.

On reçoit une carte du Monstre attitré et celui-ci ne peut être déplacé avant la fin du prochain tour du joueur concerné. Lorsque la partie se termine, les joueurs possédant le plus de cartes Alvin ou Dexter reçoivent la carte Bonus correspondante qui donne quinze points de victoire à son possesseur.

Lors du décompte, toute ligne qui traverse une ville occupée par un monstre voit sa valeur divisée par deux.

Quelques cartes Monstre (seulement deux illustrations différentes)

Et ils ravagent tout…

Alvin & co est une extension intelligente qui donne une touche humoristique à ce grand jeu qu’est Les aventuriers du rail. Cet apport augmente l’importance des cartes Locomotive. Malheureusement, beaucoup trop sur des plateaux comme ceux de l’Europe ou la Scandinavie, où leur sollicitation fréquente dans la construction des ferries ou des tunnels les rendent exagérément précieuses. Leur pioche favorise la possibilité de mouvoir les monstres mais en même temps handicape le joueur pour faire progresser son réseau. Alors, on constate une migration des bestioles minimale (quatre ou cinq déplacements dans la partie). La locomotive devient une ressource rare et l’extension Alvin & co trouve dans ces deux cartes un intérêt limité, surtout dans les parties à quatre ou cinq joueurs.

Dexter, le gros mangeur...

Par contre, elle trouve une légitimité sur la carte étasunienne, où les locomotives sont moins requises pour la construction des routes ferroviaires. On ressent un esprit tactique et une analyse psychologique envahir les cerveaux des joueurs afin de déterminer le meilleur emplacement pour entraver la progression des concurrents. Une tension apparaît quand approche le terme du jeu. Qui va prendre de plein fouet la présence inopportune et pénalisante de ces satanées anomalies génétiques ?

On essaie de gagner la « faveur » d’un lézard ou d’un martien dans l’espoir de récupérer un bonus plutôt avantageux en point de victoire. Alvin & co se révèle être une extension qui renouvelle suffisamment le jeu et cela pour un prix accessible (environ dix euros). Les amoureux de la première heure se régaleront de pouvoir sortir et redécouvrir leur jeu favori. Pas indispensable mais pas inutile !

Et Alvin le pulvérisateur envahissent les aventuriers du rail !

La conclusion de à propos du Jeu de société : Les aventuriers du rail : Alvin & co [2011]

Amaury L.
80

Alvin & co s’adresse principalement aux personnes qui connaissent bien le jeu Les aventuriers du rail et toutes ses déclinaisons. Au-delà de la touche humoristique bienvenue, cette extension renforce la réflexion (tactique et psychologique) surtout sur la carte étasunienne avec la possibilité d’embêter ses adversaires en bloquant leur progression et en fin de partie, en leur retranchant des points de victoire. Par contre, l’importance des cartes Locomotive (unique possibilité de déplacer les monstres) grandit énormément, et cette extension ne convainc pas complètement sur des plateaux gourmands en locomotive (Scandinavie, Europe). De toute façon, les ricains aiment bien les monstres, donc, ça tombe bien…

Que faut-il en retenir ?

  • Les figurines Monstre.
  • Renouvelle la gamme Ladr.
  • Très bien pour la carte étasunienne.

Que faut-il oublier ?

  • Moins convaincant sur les cartes Europe et Scandinavie (à 4 ou 5 joueurs surtout)
  • Pour les fans principalement.

Acheter le Jeu de société Les aventuriers du rail : Alvin & co en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les aventuriers du rail : Alvin & co sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les aventuriers du rail