75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Prédictions [2009], par Nicolas W.

Avis critique rédigé par Nicolas W. le dimanche 19 avril 2009 à 15h17

Un film de mauvaise augure ?

Alex Proyas, réalisateur plus que prometteur et responsable du magnifique Dark City, avait quelque peu déçu avec I,robot. Depuis, le public attendait le retour en grande forme d'un cinéaste de talent.

Sur le papier, Prédictions, son nouveau film, a de quoi laisser espérer. Puisque Caleb (Chandler Canterbury) va se retrouver en possession d'un étrange message d'une petite fille et laissé dans une capsule enterrée par les bons soins de son école 50 ans plus tôt. Son père John Koestler (Nicolas Cage), un statisticien, va rapidement découvrir que la suite de chiffres inscrite sur ce papier est plus qu'un jeu d'enfant, c'est surtout le guide de toutes les grandes catastrophes qui frappent l'humanité...Malheureusement, on se rend bien vite compte que quelque chose cloche dans le long-métrage. Le film s'ouvre sur un flash-back réussi, qui montre l'enfouissement du message et la petite fille Lucinda Embry (Lara Robinson) qui en est responsable. La tension est là, l'ambiance aussi. On croit déjà détenir les clés d'un bon film.


Et puis, l'histoire commence réellement et au fur et à mesure que le tems passe, le tableau se fait nettement moins bon. Il faut l'avouer, Proyas garde une mise en scène correcte et sait insuffler une certaine ambiance dans Prédictions. Cependant, rien à voir avec ce qu'on connaît du réalisateur,  les plans sont classiques et on finit par s'ennuyer. Malgré tout, on assiste à deux scènes qui rappellent que le réalisateur n'est pas un novice. La scène du crash aérien comme celle de l'accident de métro sont d'une maîtrise qui convoque à notre bon souvenir les meilleurs moments de I, Robot. Mais deux scènes, c'est peu. Le film s'embourbe bien vite dans une suite d'événements convenus, le personnage de Nicolas Cage essayant bien entendu d'éviter les catastrophes et en même temps de comprendre dans quoi il trempe. C'est cousu de fil blanc et sans surprises.

Puis arrive de mystérieux hommes en noirs qui semblent tout droit échapper de Dark City. Pourtant Proyas aurait du savoir qu'il ne suffit pas de reprendre le style de ces fameux êtres pour qu'ils soient aussi efficaces que dans son illustre métrage. Puisque la révélation finale de leur nature n'est pas du tout une surprise, le spectateur s'en doute rapidement. Et leur présence comme leur utilité dans le métrage tient plus du bricolage que d'un vrai ajout de qualité. On passera brièvement sur des points du film qui retombent comme un soufflet et qui restent ridicule comme l'intrigue des « cailloux noirs » totalement insipide et inutile.

L'autre gros problème du film est le jeu d'acteur. Fidèle à lui-même, Nicolas Cage nous livre une interprétation très correcte (même si loin de celle d'un Lord of War) et porte le film sur ses épaules. Les autres personnages, notamment celui de Chandler Canterbury et de Rose Byrne, sont mal interprétés virant trop rapidement dans les clichés mais surtout les acteurs en font soit des tonnes soit sont à côté de la plaque et énervent.

L'intrigue aurait pu rester rien de plus qu'un moment agréable et sans prétention, mais Alex Proyas va saboter tout son film d'un coup et d'un seul par sa fin. Une fin attendue, mais pourtant très embarrassante. Il n'est pas de mon fait de vous en révéler sa teneur mais on sent bien vite le propos sous-jacent qui couve dans ces instants-là, et le moins que l'on puisse dire c'est que le choix du réalisateur est surprenant autant qu'inquiétant, entre scientologie et mythes catholiques. Le tout traité avec une maladresse qui pourrait nous faire poser des questions sur l'orientation du métrage de Proyas. C'est d'autant plus dommageable que cela diminue même notre plaisir à la scène d'apocalypse finale pourtant des plus impressionnantes.

 

La conclusion de à propos du Film : Prédictions [2009]

Nicolas W.
30

Au final, c’est une énorme déception que ce Prédictions. Certes, on attendait Alex Proyas au tournant, mais décevoir à ce point est très alarmant surtout lorsque les meilleurs points du film sont des scènes à effets spéciaux. Et un réalisateur qui s’appuie sur la qualité des FX plutôt que sur celle de son script prend un mauvais chemin. Reste un film raté, bancal et presque indigne du cinéaste australien.

Il ne reste plus qu’à espérer qu’Alex Proyas retrouvera le talent qu’on lui connaissait.

Que faut-il en retenir ?

  • Nicolas Cage
  • Les scènes d'accidents
  • La scène apocalyptique finale
  • Une mise en scène correcte...

Que faut-il oublier ?

  • ...mais bien décevante de la part de Proyas
  • Manque d'originalité
  • Prévisible et Convenu
  • Une fin qui laisse perplexe
  • Un jeu d'acteurs globalement mauvais
  • Des sous-intrigues qui ne servent à rien

Acheter le Film Prédictions en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Prédictions sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Prédictions

  • Voir la critique de Prédictions : Un shyamalan-like sans intérêt...
    35

    Prédictions Critique du film par Vincent L.

    Un shyamalan-like sans intérêt... : Poussif et totalement crétin, Prédictions s'embourbe dans les méandre d'un scénario shyamalanesque comme même M. Night Shyamalan n…
    Temps de lecture : 6 mn 22