75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Quinze minutes [2006], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 30 janvier 2009 à 08h08

Quinze minutes et puis s'en va

"Cette histoire commença par une promesse non tenue. Elle commença sous l'eau qui recouvrait ma tête. Elle commença avec moi, Josh Winkler, filant dans les rues de la seule ville que j'aie jamais connue, Euclid Heights, six zéro zéro zéro un..."

Josh Winkler est un artiste. Il n'est pas très doué mais sa femme Flo, médecin de proximité est là pour subvenir à ses besoins, tandis que lui a du mal à rapporter plus que quelques milliers de dollars par an. Et pourtant il a son petit atelier dans lequel il s'adonne à son non talent, en tentant de pousser sa fille Penny sur la voie artistique. C'est que Flo essaie aussi de pousser sa fille vers le métier d'avenir que représente la médecine. Un jour, alors qu'un orage éclate, il fait un bond dans le passé de quinze minutes. Il ressent une sensation si étrange qu'il s'en confie à Flo et Penny, sans se rendre compte des conséquences de son aveu. Son destin bascule lorsqu'il croise le chemin d'une jeune fille qui prétend venir de 1908...

Charles Dickinson est journaliste au Chicago Tribune. Il a déjà écrit cinq romans et Quinze minutes est le premier, en 2006, à être traduit en France. Il est réédité chez Gallimard Folio SF.

C'est étonnant comme on peut être enthousiasmé et déçu par un roman. Quinze minutes se lit étonnamment bien. Peut-on qualifier un roman de facile ? Oui, certainement. Quinze minutes n'est pas un roman qui donne la migraine et peut-être est-ce pour cela que l'on avance rapidement dans l'histoire en se disant que le côté un peu mielleux s'effacera devant le côté voyage dans le temps. Sincèrement, on se prend au jeu et on s'attache au personnage de Josh, capable de mettre son couple en danger parce qu'il est certain d'avoir effectué une expérience extraordinaire. Mais à bien y réfléchir une fois qu'on a fini le roman, on comprend en fait qu'il est terriblement manichéen, avec d'un côté Josh, l'artiste, Josh qui a subi l'Expérience paranormale, contre Flo le médecin, Flo la science, Flo la cartésienne qui trouve une explication à tout. On se croirait revenu dans le premier épisode de X-files avec Scully d'un côté et Mulder de l'autre. Et ces deux là doivent former une équipe de choc. Puis tout s'accélère, ce qui est impossible devient possible et les rebondissements deviennent bancals jusqu'au dénouement sans queue ni tête.

Au final, Quinze minutes est un roman agréable jusqu'aux environs des trois quarts où le roman devient un scénario hollywoodien et où l'histoire mélange pathos et incohérence temporelle. Dommage, dommage.

La conclusion de à propos du Roman : Quinze minutes [2006]

Manu B.
60

Quinze minutes n'est pourtant pas dénué de qualités. C'est juste que Charles Dickinson n'a pas su comment le finir et qu'il n'a rien compris au paradoxe temporel.

Acheter le Roman Quinze minutes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Quinze minutes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+