75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film (direct to vidéo) : Population 436 [2006], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 12 août 2008 à 16h08

Un petit village sans histoire

La petite bourgade de Rockwell Falls, située à plus de 70 kilomètres de toute agglomération, apparait aux yeux de ses rares visiteurs comme un véritable petit paradis, peuplée d'une communauté de gens aimables et dévoués, toujours prêts à servir leur prochain. Une impression générale de félicité qui va être tout d'abord partagée par Steve Kady, un agent du gouvernement en charge du recensement de passage à Rockwell Falls, jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'une étrange maladie semble frapper quelques citoyens... Et, fait encore plus curieux, comment est-il possible que depuis plus de cent ans, la nombre d'habitants - fixé à 436 - n'ait jamais varié?


Population 436 met en scène un visiteur de passage dans une communauté autarcique. Jusque là, rien de bien nouveau. La cinéaste Michelle Maxwell McLaren reprend d'ailleurs à la lettre la recette du genre avec la présence d'un sympathique fonctionnaire qui se sent épié dans ses moindres mouvements par les représentants d'une population trop polis pour être honnêtes. On cultive donc la paranoïa, entretenue par la mise en place d'une communauté rétrograde et fortement endoctrinée, quelques lignes de dialogue énigmatiques, et on lorgne ainsi à la fois vers les premières parties de The Wicker Man et 2000 Maniacs.
Cependant, malgré ce petit air de déjà-vu et des moyens limités (ce film est un direct-to-DVD aux petites allures de téléfilm), le travail de la cinéaste est efficace et l'on prend plaisir à accompagner Kady dans un minutieux jeu de piste qui va nous amener devant une horrible révélation. L'ambiance, atmosphérique et inquiétante, est parfaitement en accord avec la personnalité de ce héros sympathique, calme et à la large ouverture d'esprit. La communauté se voit d'ailleurs offrir - du moins jusqu'aux deux tiers du métrage - le même traitement et on est très loin d'assister aux agissements d'une bande de freaks déchainés. En fait, tous les habitants de Rockwell Falls (hormis le docteur Greaver, qui affiche d'emblée une personnalité louche) sont des gens adorables, ce qui rend la situation du spectateur encore plus inconfortable. Futée, Michelle Maxwell McLaren utilise d'ailleurs le brave adjoint du shérif pour le transformer finalement en une victime, affaiblissant par ce fait le lien empathique avec Kady, ce dernier étant en grande partie responsable de son état de détresse morale.

Bien entendu, vers la fin, de nombreux éléments évoluent et certains représentants de la communauté affichent un visage nettement moins affable, cependant McLaren s'attache toujours à imposer une ambiance "d'horreur placide", donnant à son film un incontestable cachet. L'un des autres aspects intéressants de ce métrage est l'omniprésence d'un humour noir bienvenu, qui se manifeste par quelques plans rapides mais à l'efficacité incontestable. Certains sont mêmes hilarants, comme la séquence de pendaison "festive" et la très métaphorique famille au style "american way of life" lobotomisée et emprisonnée dans une cave.
Les spectateurs les plus énergiques pourront reprocher à Population 431 son rythme un peu trop "flon-flon", son manque de tension dans les climax et son aspect "numérologique" artificiel et peu explicite. C'est certains, ces défauts sont indéniablement présents et donnent au film un aspect à la fois vielliot et pas très abouti, ce qui réduit son niveau d'intérêt à celui d'un sympathique spectacle télévisuel. Mais bon, pour un produit si peu attendu, force est d'admettre que ce n'est déjà pas si mal.

La conclusion de à propos du Film (Direct to Vidéo) : Population 436 [2006]

Nicolas L.
60

Population 431 est une bonne surprise. Petit thriller mâtiné de surnaturel, le film de Michelle Maxwell McLaren n'en est pas pour autant inintéressant, bien au contraire. Embarqué par une histoire agréable à suivre sans être transcendante, on se laisse séduire par le jeu tout en sobriété des comédiens et le savoir-faire de la cinéaste, tant en s'amusant d'un humour noir bienvenu.

Que faut-il en retenir ?

  • Une histoire agréable à suivre
  • Une réalisation classique mais efficace
  • Une interprétation sobre
  • De l'humour noir

Que faut-il oublier ?

  • Un manque de puissance dans les moments forts
  • L'aspect numérologique, esquissé puis abandonné
  • Des éléments narratifs classiques

Acheter le Film (Direct to Vidéo) Population 436 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Population 436 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+