75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : La huitième porte #3 [2007], par Sylvain T.

Avis critique rédigé par Sylvain T. le lundi 23 juin 2008 à 19h45

Apogée d'une saga grandiose

Troisième tome de la trilogie de "L'Autre" créée par Pierre Bottero il y a déjà deux ans. L'histoire s'achêve avec La Huitième Porte qui nous emporte vers un voyage hors du commun.
Huit ans ont passé. L'Autre a gagné. Partout dans le monde, la liberté cède à la violence, les hommes ploient sous le joug d'Eqkter et de ses créatures maléfiques. Alors que l'avenir devient crépuscule, une lueur d'espoir subsiste pourtant : le sang des sept Familles n'est pas tari ! Les antiques pouvoirs vibrent toujours dans les veines d'Elio, un jeune garçon qui coule une existence paisible auprès de ses parents dans un village du Haut-Atlas. Une existence qui bascule dans le drame lorsque l'Autre retrouve sa piste et s'abat sur le village. Avant d'assumer son héritage, Elio, abandonné de tous, devra d'abord se débrouiller pour survivre.
Deux ans, c'est le temps qu'il aura fallu patienter depuis la sortie du premier tome, Le Souffle de la Hyène. Première incursion dans le domaine du fantastique pour l'auteur après la double trilogie Ewilan, le premier épisode de la saga m'avait beaucoup plu (voir ma critique), tandis que le second m'avait légèrement déçu (voir ma critique) car il perdait de sa saveur. J'ai donc commencé La Huitième Porte avec beaucoup d'appréhension, implorant pour que ce troisième et dernier tome termine la saga avec la même puissance présente tout au long de cette aventure. Et je ne me suis pas trompé puisque l'auteur a choisi cette fois-ci de ne pas parler ou presque des deux personnages principaux des deux premiers tomes, à savoir Natan et Shaé. Grâce à une courte introduction qui mettra en scène la disparition des deux protagonistes et surtout la mise en avant du fils des deux instigateurs de l'histoire, Elio. Après les évènements contés dans l'intro, le lecteur se retrouve 11 ans plus tard, dans un monde futuriste où le mal a triomphé. On ne sait alors pas grand chose de ce petit homme, si ce n'est les quelques lignes que l'on vient de lire, et petit à petit, l'auteur va nous raconter son histoire, et ce qu'il s'est passé durant ces années écoulées.
Pierre Bottero est une fois de plus envoûtant. Le lecteur est là encore obligé de lire chaque ligne du bouquin par peur de louper ne serait-ce qu'une seule révélation, toujours donnée au compte-goutte grâce a ce somptueux mélange de suspens et de sadisme. A la fin de chaque chapitre j'ai trouvé la lecture passionnante. Grâce à un scénario plus qu'improbable en regardant la situation sous un autre angle, je me suis littéralement angoissé pour ce petit enfant qui, même s'il est aidé par un guide, va devoir lutter seul contre un ennemi dont il ne sait rien. Grâce à une assurance sans faille, le petit garçon va nous entraîner dans ses pérégrinations rocambolesques toutes plus folles les unes que les autres.
Mais comme à chaque fois, l'histoire se termine bien, sans trop vous en dire, il s'agit d'un roman jeunesse, et forcément les défauts d'un roman pour ado sont présents. Le thème fantastique permet, ne l'oublions pas, d'intégrer des éléments décisifs pour le lecteur type de ce genre de bouquin. Ainsi, ce livre permet de nous poser des questions à nous-même, que faisons-nous dans ce monde, quel est notre but. Sommes-nous tolérant comme l'est Elio ? Est-ce que l'on est aussi courageux que lui, lorsqu'il n'hésite pas à partir à la recherche d'Eqkter, avec pour unique compagnon, un guide ? Alors oui l'épilogue peut paraître "nian-nian", mais malgré cela, c'est un véritable régal qui remonte d'un cran le niveau qui avait quelque peu baissé dans "Le Maître des Tempêtes".

La conclusion de à propos du Roman : La huitième porte #3 [2007]

Sylvain T.
85

Clôturant la trilogie d'une main de maître, et laissant fort heureusement un chemin pour une éventuelle suite, La Huitième Porte est le meilleur épisode de cette saga fantastique. Lisez-le, engloutissez-le s'il le faut, mais il ne faut pas le louper. Et qui sait, si vous êtes fan d'Ewilan, peut-être saurez-vous retrouver les liens qui unissent ces deux sagas ?

Que faut-il en retenir ?

  • La narration
  • Le suspens
  • La qualité d'écriture

Que faut-il oublier ?

  • Un peu trop axé jeunesse sur certains moments

Acheter le Roman La huitième porte en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La huitième porte sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Autre