75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : The Invasion [2007], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le dimanche 21 octobre 2007 à 20h24

Un naufrage intéressant...

Quatrième adaptation cinématographique du roman de Jack Finney L’invasion des profanateurs, The Invasion marque les premiers pas du cinéaste allemand Oliver Hirschbiegel dans le système Hollywoodien, et, par extension, dans le film de commande. Et le moins que l’on puisse se dire est que les chose ne se sont pas spécialement bien passée entre le metteur en scène et ses producteurs.
En effet, initialement tourné en 2006 par Oliver Hirschbiegel, The Invasion a fait l’objet d’un tournage complémentaire ainsi que d’un nouveau montage début 2007, et ce à la demande de Joel Silver (producteur) et de la Warner (distributeur). Officiellement, ces derniers, non satisfait du film livré par Hirschbiegel, ont demandé aux frères Wachowsky de réécrire le scénario et à James McTeigue (réalisateur de V pour Vendetta) de tourner de nouvelles séquences. Conséquences principales : une sortie cinéma très discrète et un film au final assez bâtard, mix peu probable entre le film cérébral proche du documentaire et le pur blockbuster Hollywoodien dans ce qu’il a de plus mauvais.


Vu dans son intégralité donc, The Invasion est définitivement un mauvais film. Fort d’un sujet pourtant riche et porteur de thématiques universelles (solitude, suspicion, paranoïa, etc.), il réussit contre toute attente à livrer un récit sans aucune trace de suspense, d’angoisse ou d’émotion. Car si l’on ne s’attendait quand même pas à être surpris par le déroulement de l’intrigue (on se doute, avant même d’entrer dans la salle de cinéma, que le personnage de Daniel Craig va se faire contaminer), on ne pouvait qu’espérer une réalisation à couteau tiré de la part du metteur en scène du très claustrophobique L’expérience, ainsi qu’une audace scénaristique qui saurait inscrire le film dans de nouvelles thématiques. Mais au final, on alterne séquences grotesques, philosophie de comptoir et thriller sans tension, le tout sur un rythme incroyablement mou et au sein d’un montage brouillon que l’on sent fait à la va-vite.
Résultat : on se désintéresse très vite du sort des personnages présentés à l’écran, d’autant que le scénario, archi-classique, ne se donne même pas la peine d’essayer de sortir des jalons posés par toutes les productions antérieures se rapportant au même thème (L’invasion des profanateurs, Les maîtres du monde, The faculty). Pire que ça, il ne se donne même pas la peine de construire ses personnages, d’éviter les incohérences ou les effets purement et simplement ridicules. Et cerise au sommet du gâteau, il nous offre une fin bâclée comme on a pu n’en voir que dans les téléfilms catastrophe de TF1 du samedi après-midi.
Devant la caméra, les acteurs, pourtant généralement bons, se révèlent globalement fades : Nicole Kidman, peu inspirée, livre le minimum syndical, Daniel Craig semble complètement perdu et Jeremy Northam a énormément de mal à rendre crédible son personnage de contaminé. Seul Jeffrey Wright, dans le rôle d’un scientifique, tire son épingle du jeu en seulement quelques scènes.

Si le film est donc objectivement nul, il s’avère paradoxalement intéressant pour tout passionné de cinéma, non quant à la qualité du tout, mais plutôt vis-à-vis du naufrage de l’œuvre. Car pris indépendamment, certains éléments de The Invasion sont particulièrement intéressants. On repère ainsi sans mal les séquences tournées par Hirschbiegel (caméra à l’épaule, filmé de près dans un style proche du documentaire) de ceux réalisées par McTeigue (plans fixes ou filmés à l’aide d’un trépied, si possible en plan large pour faire profiter aux spectateurs des coûteux décors) et l’on peut s’étonner de les voir être alternées sans aucune logique… De la même façon, on passe d’un dialogue pertinent sur la nature humaine, empruntant ses exemples à la géopolitique actuelle – en citant notamment le Darfour - à une tirade stéréotypée emplie de philosophie de pacotille post-matrixienne. En cela, la fin du film se révèle être un parfait miroir du film : un happy-end Hollywoodien dégoulinant de niaiseries duquel se détache quelques pistes de réflexions assez sympathiques.
Il semble également que certains thèmes aient purement et simplement été effacés au montage. Est-ce un hasard, par exemple, si les trois personnages principaux, interprétés par Nicole Kidman, Daniel Craig et Jackson Bond, sont des blonds aux yeux bleus ?... Heureusement, au milieu de cette pléthore d’échecs, certaines thématiques sont pleinement exploitées, et notamment celle du contrôle de l’information, seule véritable idée aboutie du film, qui associe les évènements vécus par les personnages aux journaux télévisés diffusant images et communiqués officiels aux monde entier.

La conclusion de à propos du Film : The Invasion [2007]

Vincent L.
25

Un thriller hyper référencé et totalement raté qui passe largement à côté de son objectif : réactualiser les fameux "Profanateurs de sépultures" pour les années 2000. Néanmoins, pour tout amateur de cinéma, cet échec s'avère paradoxalement intéressant, tant il porte en lui les germes du bon film qui aurait normalement du sortir sur nos écrans.

Que faut-il en retenir ?

  • Quelques pistes de réflexion,
  • Quelques thématiques,
  • Une photographie adéquate au sujet.

Que faut-il oublier ?

  • Mou, sans suspens, sans stress, sans angoisse,
  • Des scènes d'actions ridicules,
  • Des scènes grotesques,
  • Un montage brouillon,
  • Un scénario mal construit qui accumule les poncifs du genre,
  • Globalement mal interprété.

Acheter le Film The Invasion en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Invasion sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'invasion des profanateurs de sépultures