75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : WarTech Senko No Ronde #1 [2007], par David Q.

Avis critique rédigé par David Q. le lundi 8 octobre 2007 à 13h36

Mélange de shoot'em up et de combat

L'originalité pure se fait rare dans le monde du jeu vidéo, la plupart des titres étant soit la suite d'une licence connue, soit une compilation des meilleures pratiques du genre ou encore une évolution technique permettant d'en mettre plein la vue. Wartech - Senko No Ronde - est un petit jeu qui est passé un peu inaperçu sur Xbox 360, surement à cause de son titre japonais, mais qui a le mérite de proposer un gameplay original et inédit.
En effet, ce jeu est un mélange de jeu de combat avec les bons vieux shoot'em up d'arcade. Vous pilotez un Wartech, sorte de robot transformable, dans des duels à mort contre vos adversaires, comme dans un jeu de combat classique. Les coups à distance sont faits de "petites boulettes", de missiles guidés ou de rayons lasers, tandis que le combat rapproché, délimité par un périmètre plus ou moins grand selon les Wartech, se passe à coup d'épées laser. Mais là où s'est vraiment original, c'est lorsque vous accumulez suffisamment de colère pour vous transformer car vous devenez le boss (au sens propre). Votre robot se transforme en l'un de ces boss de fin de niveau de ces fameux shoot'em up, vous voilà alors gros comme la moitié de l'écran tirant des centaines de "bullets" et des lasers dans tous les sens. Bien sur, vu votre taille il ne faut pas espérer bouger rapidement mais votre attaque devrait suffire à gravement endommager votre adversaire. Attention à ce que lui aussi il ne se transforme pas en boss car vous subirez le même sort.
Une fois que vous aurez battu une poignée d'adversaires vous aurez alors à faire avec le vrai boss du jeu. Ces boss (il y en a au moins deux différents) à l'allure de vaisseau géant sont vraiment coriaces. Ils se décomposent en trois phases de combat bien distinctes où vous devrez à chaque fois percer ses défenses et viser juste pour lui enlever de la vie. Ces trois phases s'enchainent naturellement sans que vous puissiez reprendre un peu d'énergie et il faudra vraiment bien jouer pour arriver à détruire ce boss final.
Techniquement, le jeu n'est pas exceptionnel. Ca bouge bien mais les décors sont minimalistes (l'espace), les robots assez petits (surtout comparés aux boss, et même si l jeu se déroule dans l'espace, le terrain est en fait en deux dimensions car vous ne pourrez attaquer par dessus ou dessous. Les musiques ne sont pas trop mal et collent à l'ambiance, tout comme les bruitages que le nostalgiques des salles d'arcade apprécieront. Les différents modes de jeu empruntés aux jeux de combats augmentent la durée de vie du titre et vous demanderont de finir le jeu de plein de façons différentes. Dommage que malgré les différences de caractéristiques des robots, la seule réelle difficulté soit le boss final. Et encore, il suffit de trouver ses points faibles à chacune des phases pour réussir à l'avoir en quelques essais seulement.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : WarTech Senko No Ronde #1 [2007]

David Q.
45

Wartech propose un bon concept de jeu, mélange de shoot'em up et de combat, le tout dans une réalisation correcte mais avec une difficulté mal dosée. Seuls les nostalgiques des jeux d'arcade y trouveront peut être leur compte.

Que faut-il en retenir ?

  • L'originalité du gameplay
  • Le mode "boss"

Que faut-il oublier ?

  • Difficulté parfois un peu aléatoire
  • Techniquement moyen

Acheter le Jeu Vidéo WarTech Senko No Ronde en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de WarTech Senko No Ronde sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+