75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Le troupeau aveugle [1975], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 19 janvier 2007 à 13h25

Pollution

"Le jour poindra où même les enfants pourront Jouer sur le gazon en toute quiétude. Le loup cruel ne les troublera point, Ils ne connaîtront du lion que son image dans un livre. Nul arbre vénérable ne laissera tomber Sa vieille branche sur des têtes sans méfiance. Les forêts donneront naissance à des bosquets soignés Et chaque désert sera une pelouse..."
Le monde de demain comme si vous y étiez: les mers intérieures sont polluées, les villes où le port du masque est obligatoire, la mer où l'on ne peut plus se baigner, les USA où l'eau potable devient une denrée rare... C'est demain, c'est déjà aujourd'hui. Ce monde est le nôtre, où l'humanité survit. Trouvera t-on une solution ou bien sommes nous déjà condamnés ?...
John Brunner a, avec sa tétralogie noire, imaginé son monde de demain, et s'est amusé à décrire sa société future, en insistant sur les côtés démographiques, sociaux, idéologiques et économiques. Mais ce monde est aujourd'hui effectivement le nôtre. Le troupeau aveugle est l'un des coins du carré de cette tétralogie où la pollution est tellement importante que l'humanité est menacée.
"Mes doigts sont verts, et parfois ils tombent."
A plus d'un titre, ce roman est visionnaire, quand on pense qu'aujourd'hui déjà on porte des masques dans certaines villes d'Asie du sud-est, c'est dire si la qualité de l'air s'est dégradée. Brunner couvre tous les sujets relatifs à la pollution: l'air, l'eau, et surtout la nourriture. Car bien que l'on fasse de récents efforts en matière d'assainissement de l'eau et de l'air -le protocole de Kyoto -, on voit bien que les dégâts provoqués depuis un siècle au moins ne pourront pas être réparés si une vraie politique environnementale n'est mise en oeuvre. Le protocole de Kyoto, d'ailleurs ne vise qu'à lutter contre le réchauffement climatique en stabilisant les émission de gaz à effet de serre, signé en 1992, par de nombreux pays industrialisés. Sachez qu'à l'horizon 2008-2012, les émissions doivent être réduites de 5.2%. Sachez aussi que les USA, plus gros pollueurs au monde, ont refusé de signer ce protocole. Mais ce n'est qu'une goutte d'eau dans l'enfer vénusien dans lequel on risque de se retrouver si rien n'est fait.
En pleine campagne politique ces jours-ci, Nicolas Hulot essaie de sensibiliser les candidats pour que ce soit, après la claque du film fiction/documentaire d'Al Gore (Une vérité qui dérange). Cela sera t-il suffisant pour éveiller les consciences ? Peut-être le dernier rapport sur le coût climatique (qui se monte à plusieurs milliers de milliards de dollars) va enfin éclairer les lanternes ?
Enfin, car chaque roman de Brunner contient un sociologue de ce nom, on a la présence d'Austin Train, devenu le symbole de la révolte contre la non-politique environnementale. Un mouvement "trainite" est en marche, où évidemment deux factions se dégagent: les pacifiques et les terroristes. Or, n'a t-on pas aujourd'hui l'émergence de factions "écolo-terroristes" ?
Tout est là. John Brunner signe sans doute son roman le plus lucide, après tous à Zanzibar. Le plus impressionnant à plus d'un titre.

La conclusion de à propos du Roman : Le troupeau aveugle [1975]

Manu B.
80

Le troupeau aveugle est une oeuvre puissante et l'on reconnaîtra toute la lucidité de John Brunner quant à l'avenir de la Terre si l'on ne trouve pas une solution à la pollution dès aujourd'hui.

Acheter le Roman Le troupeau aveugle en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le troupeau aveugle sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+