75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Oms en série [1972], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 29 mars 2006 à 00h29

Les petits oms contre les draags

"En silence, le draag s'approcha du hublot donnant sur la salle de nature. Souriant, il regarda jouer sa fille. C'était une jolie petite fille draag, avec de grands yeux rouges, une fente nasale étroite, une bouche mobile et, de chaque côté de son crâne lisse, deux tympans translucides à force de finesse..."
Terr est un petit om, le jouet, le petit animal de compagnie de Tiwa, une draag de sept ans de déjà 3 mètres de haut. Tout pourrait aller au mieux si Terr n'était pas tombé sur l'appareil d'apprentissage de Tiwa, qui lui avait donné la connaissance et une intelligence grandissante...
Cette fois-ci, les hommes ont eu ce qu'ils méritaient. Une bonne guerre les a fait régresser. Enfin ils se trouvent à la place de leurs anciens jouets, et ressentent ce qu'on dû endurer leurs anciens animaux de compagnie. Fraîche, assurément, naïve, pas si sûr, l'écriture de Stefan Wul est à lire sur plusieurs niveaux. Elle s'adresse à plusieurs publics d'ailleurs, car ses romans s'appuient sur des idées qui concernent bien souvent les adultes. C'est souvent une écriture pour les jeunes lecteurs, sous couvert de problématiques nous concernant tous. Ainsi, oms en série fait partie de ces fables modernes où l'intelligence triomphe sur la force physique. L'avènement de la civilisation de fourmis des oms, au début fort rudimentaire puis de plus en plus sophistiquée, est très intéressante, assez candide au sens voltairien du terme! L'avantage du nombre, une organisation sans faille permette le progrès rapide de ce petit monde souterrain. Et puis il y a ce dénouement étonnant, comme souvent chez Stefan Wul...
C'est un magnifique roman, qu'il faut avoir lu jeune, et relu plus tard pour en saisir toute la portée.

La conclusion de à propos du Roman : Oms en série [1972]

Manu B.
90

Adapté au cinéma par René Laloux et Roland Topor en 1973 sous le titre La planète sauvage, oms en série est un merveilleux roman très poétique où les oms auront fort à faire pour se libérer du giron des draags. Un grand classique.

Acheter le Roman Oms en série en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Oms en série sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+