75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Les ruines de Dieu #3 [2006], par David Q.

Avis critique rédigé par David Q. le vendredi 17 mars 2006 à 06h04

Déception chez les Eïams

Souvenez-vous la fin du tome 2, June Lennny rentrait dans les territoires interdits de Mayam à la recherche des larmes des Eïams. Toujours poursuivi par la femme assassin qui s'était substitué à sa bien-aimée il va enfin comprendre pourquoi ces larmes sont si spéciales.
Cette fin de cycle est la suite directe du tome précédent. Il serait difficile - et illogique - de commencer par lire ce dernier tome pour se faire une idée de la série même si certaines cases sont des flashbacks qui font références aux évènements précédents. Le statut de Dieu de Lenny - qui, il est vrai, est assez facile à obtenir dans le melting-pot de croyances de Mayam - permet de créer des petites situations amusantes entre les grandes phases de l'intrigue principale. Comme dans les tomes précédents, il y a quelques scènes chargées sexuellement et Lenny en est le premier bénéficiaire. En dehors de ça, l'album reste très correct et ne plonge pas dans la violence gratuite ni ne verse des hectolitres d'hémoglobine. Cependant, je me vois obligé de poser un bémol sur la fin de la BD qui, de par son ouverture à de nombreuses possibilités est frustrante et ne convainc pas suffisamment, surtout qu'il n'est pas franchement possible d'élaborer soit même une suite à partir du peu d'informations disséminées dans la BD. Du coup, je trouve ça dommage et la note finale s'en ressent.
D'un point de vue graphique, si les personnages gardent leur style, on peut regretter que la plupart des décors se trouvent dessinés de nuit ou dans des environnements sombre. Sur les premières planches on trouve ça sympathique puis à la longue on regrette les couleurs chatoyantes des autres tomes. Koller est bien plus à l'aise dans les scènes éclairées que dans les sombres. Du coup, l'album ainsi que la couverture donne une impression de délavé qui nuit à l'ensemble. Les personnages et les objets technologiques sont correctement représentés mais ne suffisent pas à illuminer les planches trop sombres.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Les ruines de Dieu #3 [2006]

David Q.
50

Le dernier tome, souvent décisif permettant de conclure la série est ici raté. Moins bon que les précédents graphiquement et avec un final laissant trop de liberté au lecteur, ce tome 3 est décevant.

Que faut-il en retenir ?

  • Quelques bons passages d'intrigue

Que faut-il oublier ?

  • Une impression de délavé
  • Un final qui ne convainc pas

Acheter la Bande Dessinée Les ruines de Dieu en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les ruines de Dieu sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Mayam