75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Chroniques Martiennes [1954], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 14 mars 2006 à 01h00

L'Ode à la vie

"A un moment donné c'était l'hiver en Ohio, avec ses portes fermées, ses fenêtres verrouillées, ses vitres masquées de givre, ses toits frangés de stalactites, les enfants qui skiaient sur les pentes, les ménagères engoncées dans leurs fourrures qui, tels de grands ours noirs, avançaient pesamment dans les rues verglacées..."
La première expédition habitée atterrit sur Mars en 2030. Le Terrien disparaît mystérieusement. Une autre mission est envoyée. La planète Mars serait habitée. Par qui, par quoi ? Faut il établir le contact entre les deux civilisations ou bien, faut il chasser les autochtones avant l'arrivée des colons ?...
Science fiction ou fantasy ? Parues à l'origine sous forme de nouvelles, les chroniques martiennes comptent parmi les oeuvres majeures de la science fiction. Pourtant, s'agit-il de science fiction ? Telle est la question quand on regarde de près ce recueil. Le thème principal est la colonisation de Mars, mais la civilisation martienne n'est pas décrite de manière habituelle. Quid de la technologie ? Ray Bradbury se cantonne à décrire les martiens comme des êtres télépathes aux yeux d'or, mais la ville de ces derniers est décrite comme une banlieue aisée où les habitants oisifs s'occupent de tout sauf de choses bassement matérielles. Yll et Ylla préfèrent les activités plus spirituelles. La littérature semble être une activité de haute importance, par exemple pour Mr K. L'auteur replonge le lecteur dans un conte, vous savez, ces histoires qui commençaient par "il était une fois...". Tout est là. Ce sont des contes fantastiques. C'est pourquoi il n'est pas surprenant de rencontrer des fantômes, ces êtres protoplasmiques impalpables, qui peuplent nos meilleures légendes. Edgar A Poe semble être une des sources d'inspiration de Bradbury, d'ailleurs, ce qu'on retrouve dans la construction même des chroniques. Fantastique, fantasy dans le sens anglo-saxon du terme semble être le genre auquel appartient ce recueil de nouvelles, à contre courant du space opera qui fleurit dans les magazines tels Astounding stories, dans ce qu'on qualifie maintenant de l'âge d'or de la science fiction. Pas d'aventures spatiales, mais la mise en place d'une colonisation graduelle de la planète rouge par les Terriens.
La parabole. C'est dans cette colonisation que tout devient plus sérieux. La poésie des mots ne saurait masquer le trouble que l'on ressent à la situation véritable. Les chroniques martiennes nous racontent la chute de la civilisation martienne, au même titre que la conquête de l'ouest. Le colonialisme a fait des ravages parmi les autochtones de l'Amérique. A l'instar des indiens, des peuplades aztèques et autres, les Martiens vont disparaître. Les Terriens prennent sans demander. Ils s'installent sur Mars comme dans une banlieue, comme si Mars était leur annexe où le trop plein des hommes de la Terre décadente vient s'installer. La ruée vers l'or est devenue la ruée vers Mars. Mars est le nouveau continent, la Terre le vieux continent. A cela s'ajoute le côté écologique de la colonisation. Si les villes martiennes voyaient la vie, l'eau, la végétation se développer par des procédés technologiques indéniables, la situation des terriens est plus précaire. La difficulté réside dans le fait de faire pousser la végétation...

La conclusion de à propos du Roman : Chroniques Martiennes [1954]

Manu B.
90

Ray Bradbury, à travers ce recueil de nouvelles poétiques paraboliques, nous conte la chute de deux civilisations. A travers ces 28 nouvelles, Ray Bradbury écrit le plus beau recueil de nouvelles de l'histoire de la science fiction. Son écriture fluide, poétique a marqué la littérature. La nouvelle qui m'a le plus marqué est sans conteste cette "rencontre nocturne" où le passé rencontre le futur et le présent, où le choc des civilisations est le plus frappant. Un chef d'oeuvre.

Acheter le Roman Chroniques Martiennes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Chroniques Martiennes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Chroniques Martiennes

  • Voir la critique de Chroniques Martiennes : Du pamphlet poétique à la pseudo science-fiction...
    80

    Chroniques Martiennes Critique du roman par Lucie M.

    Du pamphlet poétique à la pseudo science-fiction... : Ce roman recueil est un ouvrage atypique de par sa construction et de par son côté très littéraire. Il y a même des passages qui s…
    Temps de lecture : 2 mn 6

  • Voir la critique de Chroniques Martiennes : Chroniques d'un désastre annoncé
    88

    Chroniques Martiennes Critique du roman par Lujayne M.

    Chroniques d'un désastre annoncé : Un grand classique, doux-amer, de la littérature de science-fiction. Une succession de nouvelles aux styles et aux propos différen…
    Temps de lecture : 1 mn 26