75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Sleepy Hollow [2000], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 13 janvier 2006 à 04h26

Une adaptation intimiste

Sleepy Hollow: Brom Van Brunt (Casper Van Dien), Katrina Van Tassel (Christina Ricci) et Ichabod Crane (Johnny Depp)
Sleepy Hollow: Brom Van Brunt (Casper Van Dien), Katrina Van Tassel (Christina Ricci) et Ichabod Crane (Johnny Depp)
L'origine. Sleepy Holoow est à l'origine une nouvelle de l'écrivain Irving Washington, contemporain de Edgar Allan Poe, et très peu connu -ou reconnu- de nos jours, Poe, étant généralement considéré comme l'auteur à l'origine de la littérature fantastique que l'on connait aujourd'hui. Cette nouvelle a été écrite en 1820 par Washington et ce dernier est en fait le précurseur de la littérature fantastique américaine. A la différence du film, l'auteur nous décrit un personnage de Ichabod Crane décharné et non à la gueule d'ange à l'esprit torturé de Johnny Depp, qui campe un Ichabod tout à fait crédible. Toujours est il que Edgar Allan Poe considérait avec dédain l'oeuvre de Washington car pas assez stylée, une littérature qui s'inscrit dans une littérature que l'on qualifie de fantastique gothique ou gothique horreur, . Et c'est là que Tim Burton était le réalisateur de la situation puisque son oeuvre et sa vision des choses correspondait tout à fait à ce genre: le fantastique gothique. On se souvient de Edward aux mains d'argent, de l'étrange Noel de Monsieur Jack ou bien récemment des Noces Funèbres. Sleepy Hollow s'annonçait comme étant en plein dans l'univers de Burton. La nouvelle d'origine soulignait la beauté des paysages, qui avait lieu en Hollande. Cette nouvelle a été adaptée de nombreuses fois: 96 (1896!), 1912, 1922, 1949 par Disney, et enfin, en 1982 comme téléfilm. Autant dire que si cette nouvelle n'a pas fait couler beaucoup d'encre, elle aura fait tourner des bobines.
Sleepy Hollow: Cavalier Hessois (Christopher Walken), Ichabod Crane (Johnny Depp), Brom Van Brunt (Casper Van Dien) et Katrina Van Tassel (Christina Ricci)
Sleepy Hollow: Cavalier Hessois (Christopher Walken), Ichabod Crane (Johnny Depp), Brom Van Brunt (Casper Van Dien) et Katrina Van Tassel (Christina Ricci)
L'adaptation de Burton. On saluera l'univers que nous propose Tim Burton, un univers surgi de son enfance, comme il avait fait pour Batman ou bien Beetlejuice. Parfois surgissent de son enfance des rêves, de la magie plutôt macabre qui conduisent à la réalisation de films d'animation comme les Noces funèbres, parfois prennent vie un rêve venu des émissions de télévision devant lesquels il a passé une partie de son enfance; ça donne Ed Wood. Ici, ce monde est gothique, frôlant presque le steampunk technolgique. On appréciera l'appareillage optique de Inchabod, avec sa boîte de parfait scientifique, qui rappelle les boîtes que l'on avait à Noël du genre de le petit chimiste 2000 ou bien le petit savant fou en 10 leçons. Que de souvenirs ! Johnny Depp est ce genre d'acteurs atypiques dont Tim Burton se sert pour camper ces personnages borderline. Encore une fois, Johnny Depp excelle dans ce rôle d'homme étrange, un peu incompris mais brillant dans un domaine bien précis. Christina Ricci a eu le malheur ou le bonheur d'interpréter Vendredi dans la famille Adams. Du coup, on se dit que sa présence dans un film gothique est très naturelle, son interprétation est tout à fait dans le ton que donne Tim Burton. Enfin la présence d'acteurs tels que Martin Landau ou Christopher Walken, de vieux brisquards, donne un certain poids à la distribution, et une certaine qualité à l'interprétation. Tim Burton a aussi mis l'accent sur le côté psychologique des personnages, en particulier pour les personnages principaux, en restant dans la lignée de cette fable noire. Et sans en dévoiler les tenants et les aboutissants, je dirais que c'est là qu'il a le mieux réussi son film.
Sleepy Hollow: Katrina Van Tassel (Christina Ricci)
Sleepy Hollow: Katrina Van Tassel (Christina Ricci)

La conclusion de à propos du Film : Sleepy Hollow [2000]

Manu B.
75

Tim Burton a su retourner aux origines, c'est à dire au texte de Washington, et se l'approprier. Ce film est un beau conte macabre. A voir.

Acheter le Film Sleepy Hollow en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sleepy Hollow sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Sleepy Hollow

  • Voir la critique de Pilote : Un cavalier sans-tête de nos jours ? Pourquoi pas
    68

    Pilote Critique de l'épisode du série tv par David Q.

    Un cavalier sans-tête de nos jours ? Pourquoi pas : L’épisode pilote de la série Sleepy Hollow est suffisamment complet et bien fait pour qu’on veuille continuer à suivre la série. L…
    Temps de lecture : 2 mn 14

  • Voir la critique de sleepy hollow OST : Elfman ne s'est pas endormi !
    85

    sleepy hollow OST Critique du musique par Manu B.

    Elfman ne s'est pas endormi ! : Ce projet de Sleepy Hollow est pile dans l'univers de Tim Burton, dont il a fait une adaptation très personnelle, et coïncide avec…
    Temps de lecture : 1 mn 36

  • Voir la critique de Sleepy Hollow : Burton résuscite la Hammer Films
    85

    Sleepy Hollow Critique du film par Nicolas L.

    Burton résuscite la Hammer Films : Sleepy Hollow, véritable conte macabre saupoudré d’humour et de poésie, n’est peut-être pas le film le plus personnel de Tim Burto…
    Temps de lecture : 5 mn 57

  • Voir la critique de Sleepy Hollow : Un cavalier sans tête pour une leçon de cinéma...
    75

    Sleepy Hollow Critique du film par Gil P.

    Un cavalier sans tête pour une leçon de cinéma... : Plein du gothisme sur lequel Tim Burton a bâti son imaginaire, le film illustre la virtuosité en frôlant les thèmes hollywoodiens …
    Temps de lecture : 4 mn 4