Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Peut-être les étoiles #5 [2022], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 2 janvier 2023 à 00h00

Une fin maitrisée pour une saga intelligente

Peut-être les étoiles marque la fin de la saga Terra Ignota, tétralogie en anglais devenue en français chez le Belial une œuvre en cinq volumes. Ce livre cinq est ainsi la conclusion d’une saga de science-fiction brillante d’Ada Palmer, une utopie qui s’effrite et offre une société différente et une intrigue palpitante.

De quoi ça parle ?

2454. Notre monde n’est plus organisé en Etat-nation mais en ruche. La voiture volante a aboli les distances et le concept de religion (dans le sens d’une église organisée) a été abandonné. Les dix milliards d’humains qui peuplent notre planète se regroupent désormais par affinités intellectuelles. Sept ruches très différentes les unes des autres coexistent dans un équilibre et une paix fragiles. Au sein des ruches, les humains se regroupent en bash, sorte de famille étendue, de collectif partageant amitié et idées, ainsi que les tâches du quotidien et l’éducation des enfants. Chaque ruche a ses lois, son organisation politique et ses traditions. La spiritualité n’est pourtant pas inexistante et est aux mains des Sensayers de chaque ruche. Ces personnes peuvent vous guider individuellement par rapport aux questions existentielles, à la relation à la mort… Cette utopie offre à tous gites et couverts, ainsi qu’une technologie avancée. Mais ce monde parfait est fragile et le moindre grain de sel peut le faire s’effondrer.

Pas de spoil

Impossible de spoiler ce tome final mais nous sommes en février 2455 et l’âge d’or dans lequel vivait l’humanité depuis trois siècles n’existe plus. La guerre a bouleversé la donne. Ces six derniers mois, les tensions ne sont pas retombées et un black-out a rendu impossible l’accès à l’information et aux déplacements ultrarapides. Dans cette saga qui unit les idées des Lumières aux thèmes forts de la SF, l’autrice dépeint une société de façon très complète dès le tome 1. La chute est d’autant plus dure que cet univers est dense et crédible. Mais l’humanité est ce qu’elle est et il faut du drama pour une bonne histoire…

 

La conclusion de à propos du Roman : Peut-être les étoiles #5 [2022]

Auteur Nathalie Z.
97

Terra Ignota est une saga brillante de bout en bout, complexe et difficile à lire, mais qui pose l’humanité comme capable d’évoluer, de s’améliorer. Un espoir souvent écrasé par la corruption et la violence. La saga interroge également le lecteur sur la loi, la spiritualité, la gourvernance... La passion pour l’histoire de l’autrice est un atout dans son worldbuilding qui reste un des meilleurs en SF.

On a aimé

  • Brillant
  • Original
  • Mycroft, le narrateur le meilleur et le plus fourbe

On a moins bien aimé

  • Difficile à appréhender, à réserver à des lecteurs aguerris

Acheter le Roman Terra Ignota : Peut-être les étoiles #5 [2022] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Terra Ignota : Peut-être les étoiles #5 [2022] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Terra Ignota