Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Pierre Lapin #1 [2018], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 30 juin 2021 à 09h00

Général Hux contre les Lapins Crétins

Pierre Lapin, ou Peter Rabbit dans sa version originale, est une institution de la littérature pour enfant surtout outre-manche. Il est donc logique que le cinéma tente de l'adapter dans une production pour le moins surprenante. Alors que Pierre Lapin 2 : Panique en ville sort aujourd'hui, retour sur le premier épisode.

A l'origine, il y a les livres pour enfants écrits sous formes de contes et illustrés par l'Anglaise Beatrix Potter durant la première moitié du XXème siècle. Des histoires assez sages qui ont été les livres de chevets de générations de bambins attirant évidemment les convoitises du cinéma et de la télévision. Je dois pourtant avouer ma méconnaissance crasse de cette œuvre donc cette critique ne pourra pas faire les jeux des comparaisons et noter le degré de fidélité que j'imagine quand même assez faible par certains égards. En tout cas c'est autour de l'année 2015 que Sony (via sa filiale Columbia Pictures) se tourne vers une adaptation en confiant les rênes du projet au peu connu Will Gluck. Cet américain accumule ici les casquettes de scénariste, producteur et réalisateur à l'image de sa carrière démarrée au tournant des années 2000 dans de nombreuses sitcoms avant d'arriver au cinéma via des comédies assez appréciées comme Easy Girl ou Sexe entre amis avant le remake de la comédie musicale Annie au succès mitigé. Pas le candidat le plus évident à priori pour mener à bien cette production riche en effets-spéciaux puisque les animaux sont réalisés en images de synthèse pour ensuite être intégrés à des prises de vues réelles. Doté d'un casting vocal de stars ainsi que des présences de Rose Byrne et Domhnall Gleeson devant la caméra, Will Gluck a disposé d'un budget confortable de 50 millions de dollars pour donner vie à Pierre Lapin.

Le film se déroule au fin fond de la campagne anglaise alors qu'une bande d'animaux au comportement et à l'accoutrement curieusement humains vivent dans une quiétude bucolique avec, semble-t-il, un seul objectif en tête : piller le potager magnifiquement entretenu de l’irascible McGregor (Sam Neill). Surtout Pierre Lapin (doublé par James Corden) ainsi que ses sœurs qui veulent se régaler et un peu se venger du vieil homme qui a assassiné leurs parents. Ils sont quand même protégés par la gentille Bea (Rose Byrne) artiste plus ou moins accomplie s'étant installée à la campagne pour trouver l'inspiration. Néanmoins, McGregor succombe d'une crise cardiaque lors d'un nouvel affrontement avec Pierre Lapin apportant une sorte de paradis aux animaux du coin qui investissent le potager et la demeure. La joie est de courte durée quand le neveu du défunt, Thomas McGregor (Domhnall Gleeson) investit les lieux afin de revendre la demeure. L'homme vient de Londres après avoir perdu son emploi après avoir perdu pied suite à une promotion refusée pour cause de népotisme... Cette mise au vert forcée va être pour lui l'occasion de tomber sous le charme de Bea qui n'est pas insensible non plus à cette nouvelle arrivée. Une double mauvaise nouvelle pour Pierre Lapin qui a un nouvel adversaire redoutable dans sa lutte pour chaparder des légumes mais aussi dans le cœur de Bea...

Le réalisateur Will Gluck est donc co-responsable du scénario de cette comédie qui vise vraiment un spectacle familial souhaitant le plus possible contenter petits et grands. Pour cela, l'histoire reprend les bases et la structure des comédies romantiques. On a affaire à une sorte de triangle amoureux entre Bea, Pierre Lapin et Thomas permettant au scénario de dérouler sans surprise mais apportant une véritable efficacité. Le film se suit donc avec plaisir plus pour ses péripéties que pour son déroulement assez convenu. C'est pour le coup un spectacle assez original de voir s'affronter des lapins et un homme pour gagner l'affection d'une femme. Le vrai problème du scénario, outre qu'on devine trop facilement son déroulement, reste qu'il a du mal à respecter l'univers qu'il tente de mettre en place. Cela s'explique par des personnages principaux qui semblent conscients une scène sur deux qu'ils ont affaire à des animaux vraiment particuliers avec une fin finalement très confuse où le film semble bafouer ses propres règles tout en s'en sortant par une pirouette peu convaincante. Cela gâche un peu l'ensemble et on sent que les scénaristes ont vraiment eu du mal pour donner de la cohérence à l'ensemble. En termes de messages que le film veut aborder, cela ne vole pas bien haut avec une sorte d'apologie de la quiétude rurale mais aussi des conséquences négatives de l’égoïsme ou qu'un mensonge finit toujours par se savoir... Du classique qui a le mérite de ne pas trop envahir ce divertissement familial.

Pour ce qui est de l'humour présent dans le film, il est assez efficace à plusieurs niveaux. Il y a d'abord l'aspect très cartoon des affrontements entre les McGregor et les lapins comme les pitreries des animaux dans la maison vide. Le film offre par moments une petite saveur agréable liées aux productions animées du style Looney Tunes. Un humour assez universel capable de scotcher les gamins. C'est plus dans les dialogues qu'on ressent que Will Gluck s'est formé dans l'univers des sitcoms avec un humour plus adulte à base de répliques vite enchaînées et d'insistances sur les caractères spécifiques des personnages secondaires. Un humour plus adressé aux parents avec un Pierre Lapin jouant beaucoup l'introspection n'hésitant pas à briser le 4ème mur. Un personnage principal qu'on imagine finalement assez éloigné de l'original et qui à mon sens a du perdre pas mal de bambins tant ses déclamations peuvent leur paraître incongrues. Mais force est de constater que cela fonctionne assez bien si on accepte que ce fleuron de la littérature pour enfants anglaise soient remis au goût du jour à la sauce comédie américaine. Le métrage paraît plus fidèle à l’œuvre originale en ce qui concerne l'univers proposé et la direction artistique semblant tout droit sortir des travaux de Beatrix Potter notamment les animaux et leurs accoutrements.

La grande force du film vient finalement des effets-spéciaux qui intègrent parfaitement les animaux en images de synthèse aux séquences filmées. Les personnages animées proviennent de la collaboration des studios d'animation Sony et de l'entreprise australienne (pays où a été tourné le film) Animal Logic (Happy feet...) qui ont réalisé un incroyable travail. Les animaux mélangent magnifiquement un aspect réaliste et un comportement humain tout en interagissant de manière crédible avec les acteurs du film. Cela offre des moments épiques quand les McGregor se battent avec des animaux numériques. Des scènes dantesques à une échelle rurale où un simple potager devient un champ de bataille donnant un véritable cachet au long-métrage. Le tout mis en scène de manière efficace par Will Gluck qui démontre qu'il est à l'aise dans le genre comique et qu'il arrive à rendre lisible des scènes très rythmées. Bref du solide sans aucune once de folie néanmoins mais pas illogique vu le caractère familial de la production. Pour ce qui est du casting, Rose Byrne (X-Men : Le Commencement, Insidious...) fait le taf dans un rôle assez basique tandis que Domhnall Gleeson (Le Réveil de la Force, Ex Machina...) démontre son talent pour la comédie grâce à une grande palette d'émotion et une bonne faculté à produire des grimaces... N'oublions pas non plus Sam Neill (Jurassic Park, L'Echelle de Jacob...) complètement méconnaissable en vieux McGregor. Enfin le casting vocal est bien emmené par l'acteur et présentateur James Corden (Promenons-nous dans les bois...) excellent en Pierre Lapin sans oublier les prestations d'actrices confirmées comme Margot Robbie ou Daisy Ridley...

La conclusion de à propos du Film : Pierre Lapin #1 [2018]

Auteur Bastien L.
74

Pierre Lapin est un divertissement familial très efficace réussissant à contenter toute la famille. Cela provient d'un humour protéiforme renvoyant autant aux cartoons qu'aux sitcoms américaines... Le tout emballé dans une production de grande qualité avec des effets-spéciaux impressionnants et un casting au diapason. On regrette finalement une histoire trop classique voire confuse sur la fin... Les fans de l'oeuvre originale doivent peut-être y voir un produit formaté loin de l'esprit de Beatrix Potter...

On a aimé

  • Divertissement familial efficace
  • Production de qualité, notamment les animaux en images de synthèse
  • Film de guerre rural

On a moins bien aimé

  • L'histoire trop classique a du mal à faire tenir sa logique
  • Un fleuron de la littérature anglaise passé à la moulinette américaine
  • Les monologues intérieurs de Pierre Lapin

Acheter le Film Pierre Lapin #1 [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Pierre Lapin #1 [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter