Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Les Francs-tireurs de Baker Street [2020], par Gaetan G.

Avis critique rédigé par Gaetan G. le vendredi 20 novembre 2020 à 09h00

Carton plein

Sherlock Holmes Détective Conseil fait incontestablement partie des plus vieilles licences encore active du jeu de société « moderne ». Le premier titre de la série est sorti en 1981 aux Etats-Unis et en 1984 en France, mais vous pouvez toujours le trouver facilement malgré son âge canonique. Il est en effet régulièrement réédité, la dernière version de 2011 étant encore en stock chez tous les bons détaillants.

A ce jour, 4 boîtes sont sorties dans nos vertes contrées. Il y a eu successivement « les meurtres de la Tamise », « Carlton House & Queen's Park », « Jack l'Éventreur » et pour finir « les Francs-tireurs de Baker Street » – le petit dernier dont nous allons parler aujourd'hui.

La formule n’avait pas changé depuis ses origines : tous les Sherlock Holmes Détective Conseil sont des jeux d'enquête coopératifs, dans lesquels les joueurs doivent résoudre des énigmes criminelles en compétition amicale avec Sherlock Holmes. Le matériel est réduit à sa plus simple expression : un annuaire, un plan de Londres, des coupures de presse et un livret que vous allez parcourir dans le désordre, selon un principe apparenté aux Livres Dont Vous Êtes Le Héros.

Pourtant, ce nouvel opus promet du changement, en introduisant notamment un nouvel arc narratif autour des Francs-tireurs de Baker Street (les informateurs habituels du détective), et surtout en proposant un système astucieux pour mesurer l'avancée des joueurs dans chaque enquête.

Cela suffit-il à révolutionner la formule ? Ce nouvel épisode parvient-il à se démarquer de ses prédécesseurs ? Se destine-t-il plutôt aux nouveaux venus ou aux vétérans de la série ? C’est ce que l’on va voir maintenant.

Mi livre, mi jeu de société

La boîte contient le matériel suivant :

  • 1 plan de Londres ;
  • 10 livrets d'enquête ;
  • 10 journaux ;
  • 1 annuaire de Londres ;
  • 1 livret de règles du jeu.

En résumé : du papier, du papier et encore du papier… Il faut le savoir, Sherlock Holmes Détective Conseil est à la frontière entre le livre et du jeu de société. Conséquence logique, la boîte du jeu a environ l’encombrement (et le poids) d’une ramette de papier A4.

A l’image des autres productions des Space Cowboys, l’ensemble a en revanche un rendu vraiment qualitatif. Le papier est de bonne qualité, tandis que les différents livres sont truffés d’artworks dans tous les sens. Petit détail qui change tout, la boîte bénéficie d’un vernis sélectif du plus bel effet.

Les règles sont succinctes, mais suffisantes pour se lancer dans l’aventure. Signalons également que l’éditeur met à disposition une version Print & Play de son titre pour se frotter au concept sans bourse délier. C’est disponible juste ici, et c’est une excellente attention qu’il convient de saluer.

Fromage de tête au menu

Comme le titre le laisse clairement entendre, cette boîte vous propose d’incarner les informateurs habituels du plus grand des détectives :

« Vous et vos partenaires y incarnez les francs-tireurs de Baker Street de Wiggins, ces gamins des rues de Londres qui aident le plus fameux des détectives dans ses investigations. Interrogez les suspects, examinez les journaux et parcourez les rues de Londres à la recherche d'indices. Lorsque vous pensez avoir résolu l'affaire, comparez vos conclusions avec celles de Sherlock Holmes lui-même ! »

Le jeu comporte 10 scénarios globalement indépendants, à l’exception du dernier qui les rassemble tous au sein d’une même trame narrative. Chacun d’entre eux se présente sous la forme d’un petit livret d’une vingtaine de pages. La première enquête porte par exemple sur l’enlèvement d’une domestique qui semble à première vue sans mobile apparent. L’objectif du scénario va être, comme vous l’imaginez, de comprendre le mystère qui se cache derrière tout cela.

La présentation du scénario vous donne de nombreux éléments à explorer : vous aurez le nom de l’employée de maison, le nom de ses employeurs ainsi que l’endroit où elle a été enlevée. Pour exploiter ces premiers indices, vous avez à votre disposition un annuaire et plan de Londres, ainsi qu’un exemplaire du Times daté du jour de sa disparition.

Imaginons par exemple que vous souhaitiez trouver un certain Patrick Hennessy. L’annuaire vous apprendra qu’il habite au 37CO. Les lettres indiquent le quartier, les chiffres le nom du paragraphe à regarder dans le livret. Le paragraphe existe ? Très bien, cela signifie que le personnage en question a quelque-chose à vous dire… Il n’existe pas ? Désolé, vous êtes tombé sur une fausse piste !

Pour progresser dans votre compréhension de l’histoire, vous devrez souvent confronter entre eux les différents indices en votre possession. Vous essayez de localiser un personnage ayant perdu un objet précieux ? Peut-être a-t ’il déposé une petite annonce dans le Times. Vous avez trouvé un parapluie finement ouvragé ? Il ne vous reste qu’à faire le tour de tous les magasins susceptibles de l’avoir vendu, en espérant pouvoir remonter jusqu’à l’acheteur.

De fil en aiguille, vous allez progresser dans votre compréhension de l’histoire. La particularité de Sherlock Holmes Détective Conseil est que vous vous arrêtez quand vous voulez. Quand vous estimez avoir compris les ressorts de l’histoire, vous n’avez plus qu’à retourner le livret et à répondre aux questions qui s’y trouvent (« qui a enlevé la domestique ? », « pourquoi ? », etc.).

La solution se trouve dans une enveloppe scellée. Chaque bonne réponse vous octroiera un certain nombre de points, et à la fin vous aurez un total sur 100 matérialisant grosso-modo votre compréhension de l’intrigue. Ce total représente le score de Sherlock Holmes, qui a bien entendu tout compris au mystère. Les joueurs les plus chevronnés pourront également trouver une deuxième série de questions, beaucoup plus difficile mais qui vous permettra peut-être de dépasser le score du maître …

Les grandes caractéristiques de la série…

Tous les jeux de la gamme partagent trois grandes caractéristiques, et les Francs-tireurs de Baker Street ne fait pas exception à la règle. Ils demandent tout d’abord une bonne autonomie. Vous pouvez en effet explorer chaque énigme comme vous le voulez, et au rythme où vous le voulez. Je vous conseille à ce sujet d’avoir toujours un petit carnet de note avec vous. Il vous permettra de noter vos principales découvertes, les paragraphes les plus importants et les indices. Le livre est fourni avec un petit encart qui sert à cela, mais c’est dommage d’abîmer votre exemplaire du jeu pour cela.

Ensuite, il faut accepter de s’investir un peu. Honnêtement, la première partie peut être intimidante. Le jeu vous lâche dans la nature dès la fin du paragraphe d’introduction. Passé les 5 ou 10 premières minutes de flottement, on commence à prendre ses marques et les choses s’arrangent progressivement. Cependant, il arrive fréquemment que l’on soit bloqué en cours de partie. On a l’impression d’avoir tout exploré, il reste bien quelques trous dans la compréhension du récit mais on ne voit pas comment aller plus loin. A ce moment-là, il ne faut pas hésiter à retourner voir Sherlock Holmes : il vous donnera de précieux conseils qui suffiront le plus souvent à vous remettre sur les rails.

Il faut, pour finir, savoir faire preuve d’humilité. La difficulté des enquêtes est variable, mais en général la victoire se mérite. Le jeu ne cherche pas à vous donner un sentiment de toute puissance. Ce qui est plutôt raccord avec le thème, dans la mesure où vous mesurez (gentiment) avec un des plus grands détectives… Si c’est votre première boîte, ne vous attendez clairement pas à taper le score parfait à chaque scénario, même avec les meilleures intentions du monde.

Perso, j’aime beaucoup faire les enquêtes deux fois. La première en mode normal, histoire de profiter de l’histoire dans les meilleures conditions et de garder tout le plaisir de la découverte. La seconde en mode YOLO : l’objectif est cette fois-ci de trouver le chemin optimal et de tout comprendre.

… Et les spécificités des Francs-Tireurs

Première nouveauté de cet épisode, vous n’incarnez pas un personnage unique mais toute la bande des francs-tireurs. Le récit change donc occasionnellement de narrateur, ce qui vous donne l’opportunité d’utiliser les talents des différents membres de la bande. C’est bienvenu, et cela permet de donner du corps et de l’épaisseur à la narration. Vous n’êtes pas qu’un pâle ersatz du détective de Baker Street.

De plus, cette boîte modifie très subtilement la mécanique habituelle des Sherlock Holmes Détective Conseil. Certains paragraphes vous demanderont en effet d’entourer une lettre sur le feuillet d’aventure livré avec le jeu.  Conséquence logique, d’autres paragraphes vous offriront des chemins et/ou des niveaux d’indices différentes suivant les lettres que vous aurez débloquées précédemment.

Cet ajout a l’air anecdotique, pourtant il modifie en profondeur le rythme des parties. Habituellement, on ne lit un paragraphe qu’une seule fois : ensuite, il ne tient qu’à nous d’interpréter correctement les indices qu’il contient et/ou de les mettre en perspective avec le reste des informations recueillies. Cette nouvelle boîte contient en revanche des « coups d’arrêts », c’est-à-dire des paragraphes qui ne permettront pas d’aller plus loin dans l’enquête tant qu’on ne possède pas le bon indice.

Ce n’est pas une mauvaise chose en soi : cela donne plus de contrôle à l’auteur sur la manière dont on va découvrir le récit. La narration est donc beaucoup plus complexe et travaillée que dans les épisodes précédents. Les auteurs ont mis à cette nouvelle mécanique à profit pour apporter de nouvelles choses à la licence : course-poursuite, twists, j’en passe et des meilleures. Et ça fonctionne vraiment bien. Ce n’est donc pas une surprise si ce nouvel épisode est considéré comme l’un des tout meilleurs de la série – si ce n’est le meilleur – d’un point de vue narratif.

De plus, cela permet aux auteurs d’ajouter un système d’indice très bien fait. Sherlock Holmes va en effet pouvoir vous faire des suggestions différentes selon les lettres que vous aurez débloqué. Les auteurs ont bien dosé le truc : cela suffit quasiment toujours à vous remettre sur la voie, sans non plus vous pourrir le reste du scénario. En tout cas, c’est un ajout notable qui facilitera vraiment l’aventure des joueurs moins expérimentés.

Probablement le meilleur de la série

Cependant, ce choix de game-design ne fera pas que des heureux. En effet, il bride en contrepartie la liberté du lecteur, qui ne peut plus aborder le récit comme il le souhaite. Pour avancer dans le scénario, il vous faudra impérativement comprendre – et suivre – le cheminement voulu par les auteurs. Vous risquez donc d’être frustré si vous plaisir consistait à aller fureter sans contrainte un peu partout.

Au chapitre des mauvaises nouvelles, signalons qu’il est possible d’échouer sur certains scénarios (les numéros 3 et 10, principalement) si vous faires certains mauvais choix lors de l’aventure. En soi, ce n’est pas la fin du monde : il suffit juste de les recommencer. Mais je n’ai pas le souvenir d’avoir déjà été placé dans cette situation, ça pourra surprendre quelques vieux routards dans mon genre.

Pour le reste, c’est vraiment du tout bon…  Les 10 scénarios de la boîte sont tous d’excellente facture, à part peut-être le numéro 9 qui ne restera pas dans les mémoires. L’enquête finale, en revanche, est juste éblouissante : elle parvient à rassembler avec brio tous les éléments précédents au sein d’une seule histoire. J’ai parcouru, comme je le fais d’habitude, les avis des joueurs sur BoardGameGeek pour affiner mon point de vue : il s’avère qu’aucun scénario n’est plébiscité par l’ensemble de la communauté. Chacun a ses petites préférences. En revanche, de nombreux joueurs considèrent que les Francs-tireurs de Baker Street est le meilleur Sherlock Holmes Détective Conseil, et je partage cet avis.

Pas de surprise, la qualité de l’écriture permet clairement à cet épisode de se démarquer. Bref, s’il ne faut en recommander qu’un seul, ce sera clairement celui-là. Si vous êtes déjà un fan inconditionnel de la série, il y a peu de chance que vous soyez déçu (sauf si la baisse de la difficulté est rhédibitoire pour vous, bien entendu).

Le titre sera également parfait pour les nouveaux joueurs qui souhaiteraient découvrir la série. Ce n'est pas une surprise, la baisse du niveau de difficulté et de frustration est clairement faite pour attirer ce nouveau public. En cas de besoin, Sherlock Holmes sera toujours là pour remettre le lecteur sur le droit chemin, et rien n'oblige à lui rendre visite si on se débrouille très bien tout seul. Autre point à signaler, les solutions sont plus étoffées. C’est un détail, certes, mais appréciable quand on est passé complètement à côté du scénario.

La conclusion de à propos du Jeu de société : Les Francs-tireurs de Baker Street [2020]

Auteur Gaetan G.
85

Les Francs-tireurs de Baker Street est déjà le quatrième épisode de la série Sherlock Holmes Détective Conseil. Sur la forme, le titre se situe dans la continuité de ses prédécesseurs : la boîte propose 10 enquêtes globalement indépendantes, chacune d’entre elle prenant la forme d’un petit livret d’une vingtaine de pages environ et comprenant une multitude de paragraphes numérotés.

Cependant, la mécanique se démarque fortement des « livre dont vous êtes le héros » habituels, Ici, on ne parcourt pas l’aventure en sautant d’un paragraphe à l’autre mais l’histoire s’explore peu ou prou comme on veut. Les joueurs disposent en effet d’un plan de Londres, d’un annuaire ainsi que d’une liste d’informateurs. A chaque lieu et/ou personnage rencontré correspond une référence de paragraphe dans le livret. S’il existe, c’est que le nom en question peut faire avancer l’intrigue. Sinon, c’est une fausse piste. De fil en aiguille, les joueurs doivent relier tous les morceaux d’indices collectés afin de démêler l’énigme soumise à leur sagacité.

Sur le fond, ce nouvel opus met la narration à l’honneur, notamment grâce à un système tout simple qui permet de mieux baliser la progression du joueur pendant l’aventure. Ceux qui aimaient « grignoter » l’histoire par tous les côtés risquent donc d’être un peu déçus : cette fois-ci, l’aventure se parcoure au rythme voulu par ses auteurs. En revanche, tous les autres profiteront du gain indéniable que cela amène sur la narration. Ce constat se vérifie sur les 10 histoires contenues dans la boîte : elles sont globalement toutes d’excellente tenue, même s’il est difficile d’en recommander une au détriment des autres car chacun aura ses petites préférences.

Vous pouvez donc craquer sans souci pour les Francs-tireurs de Baker Street, qui s’impose sans problème comme un des meilleurs épisodes de la série, si ce n’est le meilleur. Ce constat vaut pour les habitués de la série comme pour les petits nouveaux qui souhaitent la découvrir. Le jeu propose en effet un système d’indice très bien fait qui permet d’aider le joueur sans lui pourrir le reste du scénario, ce qui réduit un peu la difficulté de l’ensemble.

On a aimé

  • Demo print & play, possibilité d’essayer avant d’acheter
  • Matériel magnifique
  • 10 enquêtes passionnantes, pas de temps mort dans la campagne
  • La victoire se mérite, il faut de la patience, de la méthode et de la déduction
  • Plus accessible que les 3 autres boîtes. C'est idéal pour découvrir la série
  • Une nouvelle mécanique qui permet une narration plus travaillée…

On a moins bien aimé

  • … Au prix d’une réduction de la liberté d’exploration.
  • La formule a quand même prix un petit coup de vieux depuis Unlock !
  • La narration prend finalement un peu le pas sur les enquêtes
  • Moins difficile que les 3 autres boîtes, ce sera un problème pour ceux qui appréciaient justement le challenge (encore plus) relevé des autres épisode

Acheter le Jeu de société Sherlock Holmes Détective Conseil : Les Francs-tireurs de Baker Street [2020] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sherlock Holmes Détective Conseil : Les Francs-tireurs de Baker Street [2020] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Sherlock Holmes