75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Comics Aspen Comics 4 - / Delcourt

Aspen Comics 4

à propos du comics

Comparer les prix sur La bande dessinée Aspen Comics

Description du produit

La saga Fathom : A l'aube de la guerre se poursuit, centrée sur la bouillonante Kiani, alors qu'Aspen Matthews ets toujours retenue chez les ténébreux...
Fathom - A l'aube de la guerre - part 4 : Déchéance Fathom Dawn of war 2 : Novembre 2004
- Interview de Talent Cadwell
Soulfire : Le jour ou la magie s'éteignit... Soulfire Zero - été 2004
- Skethbook Soulfire

Critiques du staff

  • Aspen Comics 4 (Critique courte)

    Richard B. : Aspen 04 ― Le 22 novembre 2005 12h33

    La série Aspen – à l’aube de la guerre - continue et devient de plus en plus intéressante. Même si au départ j’avais été plutôt mitigé. Autant dire que la série, désormais, se lit très facilement. Les scénaristes J.T. Krul, Talent Cadwell et Michael Tuner commencent à glisser dans cette dernière de l’épique et de véritable enjeux. Les trahisons naissent et l’action est présente sans étouffer trop le récit.

    Côté dessin, c’est la force d’Aspen depuis le premier tome. Talen Caldwell porte bien son prénom puisqu’il ne manque pas de talent. C’est tout simplement superbe. C’est beau, lisible, dynamique et les couleurs de Christina Strain et l’encrage de Jason Gorder terminent en beauté le travail du dessinateur rendant parfaitement hommage à ses traits.



    Parlons maintenant du point faible de ce comics : Soulfire. Pour l’instant il parait bien inutile. Bien que nous ne soyons pas encore entré dans le vive du sujet jusqu’ici cela parait bien plat et classique. Le scénario ici de Joeb Loeb n’est ici présent que pour assouvir une frime visuelle de Michael Turner qui s’offre des pleines pages. C’est plutôt beau (même si Turner à souvent été meilleur jusqu’ici) ; mais c’est creux. Des pages inutiles qui permettent d’arriver à 48. Point positif 5 pages d’un Sketchbook de Soulfire limite presque plus impressionnant.


    68

Comparer avec les autres éditions de Aspen Comics