Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Interview de Julien Pirou l'auteur du JdR Lore & Legacy
Bientôt une campagne et un atlas pour ce JdR science-fantasy

Lore & Legacy est un JdR de SF médiéval. Oui vous avez bien lu. Les joueuses/joueurs peuvent interpréter différents rôles avec des personnages de races diverses allant des désincarnés, sorte de réplicant ou robot synthétique, aux nains, nommés dakti, en passant par les humains originaires de la Terre, bien sûr mais aussi des elfes appelés Ælfyn, proche de l’androgyne végétal, ou les agamides qui sont des reptiles bipèdes à 4 bras, ou encore les orcs forts physiquement mais qui sont de pacifiques nomades si on ne les provoque pas. Ensuite des traits et des capacités définissent les personnages et leur équipement de départ au début de leurs aventures sur Empyréa. Cette dernière est une planète sur laquelle cohabitent les descendants de races très évoluées et ayant naguère maîtrisé les vols spatiaux, dont les connaissances « avancées » sont aujourd’hui perdues. Les pj sont des francs-lanciers qui vivront différentes missions ou aventures qui les mèneront parfois à découvrir certains de ces anciens savoirs oubliés…

 

Ce JdR publié sous le label Empyreal Media Productions est disponible en version pdf et papier sur son site https://empyreal.pirou.games . Depuis le lundi 14 septembre est lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule pour l’atlas et une campagne complète : https://fr.ulule.com/lore-and-legacy-atlas-campagne.
Profitons de cette actualité pour en savoir d'avantage directement auprès de son créateur Julien Pirou !

SFU-Lore&Legacy-01

 

SFU: Bonjour Julien Pirou merci de te présenter à nos lecteurs qui ne te connaitraient pas ?
Julien Pirou (JP): Bonjour ! Je suis donc l’auteur du jeu de rôle Lore & Legacy, mais le reste du temps je travaille dans le jeu vidéo en tant que designer (orienté narration) et scénariste. J’ai notamment travaillé pendant près de 10 ans chez Ubisoft, principalement sur la série Might And Magic (Might & Magic Heroes VI : Danse Macabre et Might & Magic Heroes VII, Might & Magic X, et quelques projets malheureusement annulés), mais aussi en tant que « creative partner » de jeux tels que The Settlers, Anno 1800, For Honor, Watch Dogs: Legion… J’ai quitté Ubi à l’été 2019 pour me lancer en freelance.

Comme j’aime bien les journées bien remplies, j’ai aussi eu l’occasion d’écrire et présenter diverses émissions sur feue la chaîne de télévision Nolife : Retro & Magic (et désormais son « successeur spirituel » Retro Island chez Gamekult), La Minute du Geek, Crunch Time, et les émissions dédiées au JDR 1D6 et Roleplay, cette dernière étant le seul actual play (à ma connaissance) diffusé à la télévision et pas uniquement sur Internet.

J’ai aussi écrit pour la presse papier : Dragon Rouge et surtout IG Magazine

Enfin je tiens plusieurs sites internet : Triple 9 dédié aux œuvres du mangaka Leiji Matsumoto (créateur d’Albator et Galaxy Express 999), Fondation Draco consacré à Shadowrun, Earthdawn et BattleTech, La Gazette Draconique sur Castle Falkenstein

Bref, on s’occupe 😊

SFU: Lore & Legacy est JdR de science-fantasy ! Qu’est-ce que la science-fantasy ? Que propose précisément ton JdR et merci pour quelques exemples concrets ?
JP: S’il est aujourd’hui courant de distinguer fantasy d’un côté et science-fiction de l’autre, les deux genres étaient originellement beaucoup plus poreux. John Carter of Mars, d’Edgar Rice Burroughs, est en quelque sorte le père fondateur de la science-fantasy : on y retrouve tous les poncifs associés à la fantasy, mais l’action se déroule non pas dans un passé mythique mais sur une lointaine planète, et on y trouve fusils et aéronefs… Lorsque la magie est présente, elle possède en général une explication pseudo-scientifique. Ce mélange de SF et de fantasy se retrouve dans de nombreuses autres œuvres, la plus connue étant probablement Star Wars. On peut également citer les films Thor de Marvel, qui sont sur une ligne similaire. Les dieux d’Asgard sont en fait des aliens avancés, les elfes noirs sont également une race extraterrestre, etc.

Dans le cas de Lore & Legacy, l’action se déroule sur une planète nommée Empyréa, balayée par une énergie appelée champ éthérique, qui permet à certains de manipuler la réalité elle-même par la force de leur esprit. Les peuples qui se sont installés sur Empyréa ont oublié de larges tronçons de leur propre histoire, et les technologies qu’ils utilisent au quotidien ont acquis une aura quasi mystique.

On y retrouve par ailleurs des aventuriers explorant d’anciennes ruines et affrontant pillards et créatures terrifiantes (dont des dragons particulièrement monstrueux) en quête de trésors, et de réponses…

SFU-Lore&Legacy-02

SFU: Joues-tu à Lore & Legacy depuis longtemps ? Comment quand et pourquoi écrire ton propre JdR ? Et pourquoi porte-t-il ce nom de Lore & Legacy ?
JP: Pendant longtemps, Lore & Legacy a surtout existé dans mon esprit sous forme de composants épars, qui n’ont commencé à véritablement s’assembler qu’à l’été 2019. Beaucoup d’éléments qui composent le monde d’Empyréa découlent en réalité d’idées que j’avais à l’époque où je travaillais sur Might & Magic chez Ubi. Il faut savoir qu’à l’époque où j’ai découvert Might & Magic, au milieu des années 1990, il s’agissait d’un univers de science-fantasy. C’est particulièrement visible dans l’un de mes épisodes préférés de la série, World of Xeen (combinaison de M&M IV et M&M V).

Mais après le rachat de l’IP par Ubisoft dans les années 2000, l’univers a été « rebooté » pour devenir de la high fantasy pure et dure. À l’époque, ça ne se faisait plus trop de mélanger les genres… Du coup, pour moi c’était parfois un peu frustrant. Le Might & Magic que j’aimais avait des cyborgs et des blasters, et les démons étaient des aliens (dont le vrai nom était kreegans), pas juste des créatures du chaos :p

Du coup lorsque j’avais une idée un peu trop « SF », je devais la mettre de côté car elle ne collait plus avec l’univers post-reboot. Petit à petit je me suis rendu compte que ces idées pourraient former la base d’un univers à part entière.

Le nom Lore & Legacy est un clin d’œil à Might And Magic, une manière de rendre hommage à la source en quelque sorte. Et il s’inscrit bien évidemment dans une tradition des titres de JdR allitératifs : Donjons & Dragons, Tunnels & Trolls, Mutants & Masterminds, Pits & Perils, Tranchons & Traquons, etc.

SFU-Lore&Legacy-03

SFU: Comment est né ce projet d’éditer son JdR ? Comment es-tu venu à travailler sur ton projet ?
JP: Lorsque je suis parti d’Ubisoft, j’ai réalisé que j’avais désormais le temps de rassembler mes idées et concrétiser cet univers encore un peu nébuleux. Le faire sous forme de JdR sur table m’a paru approprié, déjà car je suis rôliste, et aussi parce que je n’avais de toute manière pas le budget pour produire mon propre jeu vidéo 😊

SFU-Lore&Legacy-04

SFU : Empyreal est une toute jeune maison d’édition que tu as toi-même fondée, peux-tu nous la présenter et nous dire pourquoi n’as-tu pas décidé de faire éditer ton JdR par une maison d’édition ayant déjà pignon sur rue ?
JP: Comme je suis auto-entrepreneur, Empyreal Media Productions n’est pas véritablement une maison d’édition à proprement parler, plutôt un label que j’utilise pour la partie « éditoriale » de mes activités.

La décision d’auto-éditer le jeu est la confluence de plusieurs facteurs. D’abord, j’ai eu l’occasion d’écrire sur deux gammes de JdR pour des éditeurs américains, et les ouvrages ne sont toujours pas sortis. Les éditeurs de JdR sont généralement de toutes petites structures, rapidement débordées. En tant qu’auteur, on manque souvent de visibilité sur le processus éditorial, ce qui n’est pas trop grave quand on participe au projet de quelqu’un d’autre, mais aurait vite été frustrant pour ma propre création.

L’autre facteur décisif est apparu lors de discussions avec Le Grümph, qui s’auto-édite depuis plusieurs années via son label Chibi. Je me suis rendu compte qu’il était possible de produire des ouvrages de qualité en impression à la demande via des plates-formes comme Lulu et DTRPG, sans passer par un éditeur tiers.

Ma formation initiale étant graphiste, j’étais en mesure à la fois d’écrire les textes et de réaliser la maquette de mes livres. Donc je me suis dit « pourquoi pas » ?

SFU-Lore&Legacy-05

SFU: As-tu écris tout ton JdR Lore & Legacy ou t’es-tu constitué une équipe et dans ce cas comment l’as-tu constituée ? Qui la compose ? Et comment vous êtes-vous réparti le travail ?
JP: J’ai écrit l’intégralité des textes et réalisé la maquette. Par contre, j’ai dû faire appel à des artistes « externes » pour les illustrations. J’ai d’abord fait appel à Pierre Le Pivain, avec qui j’avais travaillé à l’époque d’IG Magazine, puis à Pascal Blanché, un ancien collègue d’Ubisoft, ainsi qu’à Jean-Mathias Xavier, que je connaissais aussi depuis longtemps. Pierre m’a parlé d’un artiste qu’il admirait et dont le style aurait pu bien coller à l’univers de Lore & Legacy, Jakub Rebelka. Je l’ai contacté et il a tout de suite répondu présent. Par bonheur, l’immense Jeff Laubenstein a lui aussi manifesté de l’intérêt pour le projet et a réalisé de nombreuses illustrations. J’ai aussi fait appel à des illustratrices un peu moins connues mais donc j’avais repéré le travail, comme Bex Lowe et Vagelio Kaliva.

En tout, Lore & Legacy contient environ 50% d’illustrations originales et 50% de stock art choisi avec soin. Le tout représente presque 90% du budget de Lore & Legacy, mais ça en valait la peine. (Toutefois, c’est aussi pour cela que j’ai décidé de faire un crowdfunding pour la suite, alors que le Livre de Base était entièrement autofinancé.)

SFU-Lore&Legacy-06

SFU: Comment est le monde d’Empyréa planète sur laquelle évoluent les personnages joueurs de ton JdR ? Cite-nous quelques exemples de personnages types que les joueuses et joueurs pourront incarner ?
JP: Empyréal est une vaste planète possédant une géographie et une topographie plus spectaculaires que sur Terre. Et surtout, c’est une planète résolument alien : la faune et la flore sont uniques. On n’y trouve ni chiens, ni chevaux par exemple. Pour que le joueur retrouve quand même une certaine familiarité (trop d’étrangeté peut finir par gêner l’immersion), certaines créatures s’inspirent de mythes et légendes ou d’animaux préhistoriques, mais toujours avec un twist « empyréen ».

Les joueurs, eux, incarneront des Francs-Lanciers. Ce sont des aventuriers assermentés, c’est-à-dire qu’ils appartiennent à une organisation, agissent au travers de mandats officiels, etc. Plus je vieillis, plus j’ai du mal à croire dans le concept de l’aventurier sorti de nulle part, à qui le premier village traversé va confier la résolution de ses problèmes. Sur Empyréa, les habitants savent qu’ils peuvent faire appel à la Guilde des Francs-Lanciers pour leur venir en aide.

Il n’y a pas de classes de personnages dans Lore & Legacy, le système est plus proche dans l’esprit de ce qu’on va trouver dans RuneQuest ou GURPS, c'est-à-dire que le joueur choisit lui-même ses compétences, celles-ci ne découlent pas d’une profession qui déterminera ce qu’il est capable de faire ou non. Toutes sortes d’archétypes sont donc possibles : épéiste, pistolero, mage, archéologue, spécialiste de l’arcanotechnologie, cambrioleur, illusionniste, guérisseur, spirite… ou une combinaison de tout cela.

SFU-Lore&Legacy-07

SFU : Quelles sont les types d’aventures que les joueuses et joueurs pourront vivre avec Lore & Legacy ? Empyréa est-il un monde à secrets ?
JP : Dans le Livre de Règles, je décris 8 types de mandats « typiques » proposés à la Guilde des Francs-Lanciers : Escorte d’un dignitaire ou d’une caravane en territoire hostile ou inconnu, Exploration d’une région inconnue, Extermination de créatures dangereuses, Investigation, Médiation d’un litige entre deux communautés, Protection d’un village ou d’une communauté menacée par des créatures sauvages ou des bandits, Récupération d’un objet ou d’une relique volée, et enfin Sécurisation d’un site archéologique ou d’une épave. Mais il va sans dire que cette liste n’est pas exhaustive 😊

Le monde d’Empyréa comporte quelques secrets, notamment lié à l’ancienne civilisation des astarites, qui a laissé de nombreuses ruines. Pourquoi les astarites autrefois si puissants ont-ils décliné jusqu’à la quasi-extinction en l’espace d’à peine quelques siècles ? Il y a également la question de l’Altération, cette gangrène fongique qui se répand dans certaines régions, ou l’origine réelle des dragons… Et pour ceux qui joueront les aventures incluses dans le Livre de Base, un autre grand mystère est « teasé » à la fin de celles-ci.

Certains de ces secrets connaîtront une réponse dans les suppléments à venir (soit dans le supplément périodique L’écho éthérique que je publie chaque mois, soit dans le futur atlas), d’autres resteront probablement vagues afin de laisser chaque MJ se les approprier.

SFU-Lore&Legacy-08

SFU: Lore & Legacy dispose de sa propre mécanique de jeu avec différents dés et des dés de fortune (bonus) et/ou d’adversité (malus) ? Peux-tu nous définir son système et ses règles principales ?
JP: Le système de jeu de Lore & Legacy se nomme le « Moteur 3d ». Ce nom est un autre clin d’œil au monde du jeu vidéo, mais c’est aussi et surtout une référence au fait qu’on y utilise 3 types de dés (d6, d8 et d10) qui peuvent avoir jusqu’à 3 « fonctions » (dé de base, dé de fortune, dé d’adversité). Et si les circonstances s’y prêtent, on lancera au maximum 3 dés lors d’un jet donné.

Lorsque le joueur est avantagé par la situation, ou par ses traits ou son équipement, il bénéficie d’un dé de fortune. C'est-à-dire qu’il ne lance pas uniquement son dé de base (généralement un d10), mais aussi un dé supplémentaire du même type, et leurs résultats s’additionnent.

Au contraire, si le joueur est désavantagé, il lancera un dé d’adversité. Là encore, c’est un dé du même type que son dé de base, sauf que le résultat vient se soustraire au total.

Dans certains cas, un jet peut faire l’objet à la fois d’un dé de fortune et d’un dé d’adversité… et c’est notamment là que d’étranges phénomènes appelés « coup du sort » peuvent se produire.

SFU : La magie et la technologie sont présents sur Empyréa. Mais qu’en est-il pour les personnages joueurs dans ton JdR Lore & Legacy ?
JP : N’importe quel personnage peut apprendre un sortilège ou utiliser un appareil arcanotechnologique. Empyréa n’est pas un monde où la magie annule la technologie (puisque la magie n’est finalement qu’une « science » comme une autre), et son emploi n’est pas limité à une poignée d’élus. Par contre évidemment un personnage ne pourra pas être bon dans tous les domaines. Mais un aspect clé du système de Lore & Legacy, que j’appelle la Règle d’Or, est que n’importe quelle action peut être effectuée, même si le personnage ne connaît pas la Capacité. Il utilisera alors son Attribut par défaut, et lancera un d6 au lieu d’un d10. Lancer un sort sans avoir reçu d’entraînement en Sorcellerie ? C’est faisable avec l’Attribut Discernement. Mais c’est nettement plus difficile.

SFU-Lore&Legacy-09

SFU : Comment fonctionne la magie et cette technologie ? Et quels sont les bases de leur mécanique de jeu ?
JP : Il n’y a pas vraiment de théorie unifiée de la magie sur Empyréa. Les arcanologues ne se sont mis d’accord que depuis quelques décennies sur le fait que la magie était rendue possible par le champ éthérique. Mais il y a autant de manières d’interagir avec le champ éthérique qu’il y a de magiciens.

Dans le Livre de Règles, j’explore trois « écoles » de magie : la Magie Illusoire, qui trompe les sens mais n’affecte pas la réalité physique, la Magie Matérielle, qui nécessite une bonne compréhension des sciences physiques et chimiques puisqu’il s’agit finalement de reproduire des réactions, et la Magie Rituelle, des sorts ultra puissants mais qui demandent à plusieurs personnages de mettre leur mana en commun pour les lancer.

De la même manière que ce que je décrivais un peu plus tôt avec la Sorcellerie, les objets créés à l’aide d’une technologie oublié, ou Arcanotech, peuvent également être utilisés par tous. Mais le plus compliqué est bien souvent d’identifier ces reliques, et de comprendre à quoi elles servent et comment les faire fonctionner ! Les armes arcanotechnologiques ont également la particularité d’affecter la résistance magique de la cible, et non sa résistance physique… ce qui les rend particulièrement efficaces contre certains types d’ennemis naturellement coriaces.

SFU-Lore&Legacy-10

SFU : La campagne de financement qui a commencé le lundi 14 septembre propose un atlas et une campagne. Combien de paliers sont-ils prévus ? Combien de scénarios propose la campagne ? L’atlas concerne exclusivement Empyréa ou d’autres planètes ou mondes sont-ils présenté ou abordés ?
JP: J’ai préféré faire une campagne « pragmatique » plutôt que de multiplier ce que j’ai fini par appeler les paliers « gadget ». J’ai vu trop de projets proposer tout un tas d’objets bonus puis finalement mouliner pour les produire et les livrer en temps et en heure… De mon côté je ne voulais rien promettre que je ne sois pas sûr de pouvoir tenir. Dépasser les objectifs me permettra avant tout de commander davantage d’illustrations originales, de mieux payer mes illustrateurs. Et aussi de mieux me rémunérer moi-même !

L’atlas se focalisera sur Énélysion, le grand continent d’Empyréa qui sert de cadre principal à Lore & Legacy. Le plan pour l’instant est de le découper en 8 chapitres (chiffre qui pourrait être amené à évoluer en cours d’écriture), chacun se focalisant sur une région ou nation d’Empyréa.

Chacun de ces chapitres proposera également au moins une aventure très détaillée et plusieurs « esquisses » de quêtes optionnelles. Ces aventures suivront un fil rouge qui entraînera les joueurs d’un bout à l’autre du continent, d’où le titre de travail que j’ai donné à l’ouvrage, « Planète Caravane » (en référence à un de mes morceaux préférés d’un célèbre groupe de rock :p)

SFU-Lore&Legacy-11

SFU : Fais-tu jouer les scénarios proposés dans la campagne entre amis, en club et/ou en salon/convention ? Ou les fais-tu bêta tester et si oui à qui ?
JP: Pendant l’élaboration de Lore & Legacy, j’avais un groupe de testeurs principal avec qui on jouait une fois par semaine (d’abord en personne, puis quand le confinement est arrivé via Discord et des plates-formes comme Let’s Role). J’ai également fait appel à un « groupe B » afin de pouvoir comparer les expériences.

J’ai également eu l’occasion de pouvoir faire jouer un prototype de Lore & Legacy au Japan Tours Festival à la fin du mois de février 2020. C’était très intéressant de mettre le jeu entre des mains « innocentes ». Les retours que j’ai eu ont été très positifs, ça m’a rassuré.

SFU-Lore&Legacy-12

SFU: Proposes-tu d’autres éléments que des scénarios ou régions dans ce projet, comme des aides de jeu, des nouveaux sorts, d’autres formes de magies,… ? As-tu un pallier (ou plusieurs) mystère ou secret ?
JP: En dehors des informations de contexte et des aventures de la campagne, l’atlas proposera principalement de nouvelles créatures. Je réfléchis à de nouvelles options pour les personnages (sorts, armes, véhicules) mais à mon avis ce n’est pas le bon supplément pour cela. C’est en tout cas une piste pour le développement futur de la gamme.

Je publie tous les mois en prix libre un mini-supplément de 12 pages nommé L’écho éthérique, dans lequel je compte proposer des choses très variées, voire un peu expérimentales. Dans un premier temps, je pense que c’est plutôt là qu’iront ces nouvelles options.

Le palier un peu « foufou », si jamais la campagne explose vraiment les objectifs, ce serait de pouvoir proposer une bande-son officielle pour Lore & Legacy. J’adore les albums de musique d’ambiance pour JdR, mais ils sont en général très typés pure fantasy ou pure SF. Alors que dans mon esprit, Lore & Legacy devrait sonner comme « la rencontre de Basil Poledouris et de Pink Floyd » 😊

Mais chaque chose en son temps. Un album de musique est un budget très conséquent, bien supérieur à celui d’un « simple » livre de jeu de rôle. J’ai beau avoir la tête sur Empyréa je garde les pieds sur Terre !

SFU-Lore&Legacy-14

SFU : Un suivi et/ou suite à la gamme est prévu pour Lore & Legacy ? Si oui sous quelle forme et avec quel agenda idéal ?
JP : Chaque mois, un nouveau numéro de L’écho éthérique est publié en PDF, et l’idée serait de les rassembler chaque année en une sorte d’« almanach » qui serait disponible en version imprimée.

Et si la campagne de Planète Caravane est couronnée de succès, je pourrais lancer une nouvelle campagne pour un nouveau supplément avec une ambition similaire. Mais uniquement une fois celui-ci livré. Je ne veux pas avoir les yeux plus gros que le ventre.

SFU: A quel public est destiné Lore & Legacy et à qui le proposerais-tu ?
JP: J’ai essayé d’écrire un JdR proposant des règles à la fois simples mais complètes, qui sans être nécessairement le parfait jeu d’initiation ne nécessite pas d’être un rôliste aguerri pour s’amuser. La création de son personnage se fait en 15-20 minutes.

C’est aussi un jeu qui renoue avec une certaine ambiance, celle des RPG micro et console des années 1990, que je n’ai jamais totalement retrouvée dans les autres JdR sur table. Ai-je réussi à la reconstituer dans Lore & Legacy ? Je laisse les lecteurs en décider.

SFU-Lore&Legacy-13

SFU: On te sait rôliste, à quels JdR joues-tu et à quelle fréquence ? Quels sont tes univers de JdR ou autres préférés ?
JP: J’ai eu plusieurs grandes histoires d’amour rôlistiques : Shadowrun et Earthdawn, qui restent les jeux auxquels je finis toujours par revenir, L'Appel de Cthulhu et RuneQuest, Château Falkenstein, et même GURPS, que j’ai découvert avec le jeu de rôle du Disque-Monde

Ces derniers temps, entre la crise sanitaire et le développement de Lore & Legacy, c’est toutefois ce dernier qui occupe la plupart des créneaux disponibles (on essaie tant bien que mal de garder un rythme hebdomadaire). Cela fait aussi plusieurs mois que l’on parle de mettre en place une table de Star Trek Adventures, et la réédition de Capitaine Vaudou me fait de l’œil (borgne)… Tant de jeux, si peu de temps !

 

 

 

SFU: Travailles-tu sur d'autres projets et à quels échéances (un ou des scoops pour SFU) ? Un livre sur le JdR, il paraitrait…
JP: Ce n’est plus tellement un secret vu qu’il a été officiellement annoncé il y a quelques semaines 😊 J’ai en effet écrit La Grande Aventure du Jeu de Rôle, un ouvrage retraçant l’histoire du loisir pour l’éditeur Ynnis. Ce sera un beau livre illustré d’environ 200 pages, sur le même format qu’Histoire(s) du manga moderne chez le même éditeur.

Ce n’est pas forcément un ouvrage qui s’adresse aux experts connaissant déjà tout du jeu de rôle (ce n’est pas comparable avec le niveau d’exhaustivité des milliers de pages de la série Designers & Dragons de Shannon Appelcline, par exemple). Avec Ynnis nous avons voulu faire un livre à la fois complet et facile d’accès. Finalement la démarche est assez similaire au travail de synthèse que je devais faire pour mes émissions sur Nolife : prendre un sujet complexe et le rendre aussi « digeste » que possible.

Surtout, mon parti-pris a été de donner autant que possible la parole à celles et ceux qui ont « fait » le jeu de rôle. On y retrouve donc des interviews et des témoignages de Sandy Petersen (L'Appel de Cthulhu), Liz Danforth (Tunnels & Trolls), Didier Guiserix (Casus Belli), Le Grümph, Mathieu Gaborit (Agone), Rob Kuntz (pilier de TSR et co-créateur de Greyhawk), François Bienvenu (co-fondateur du premier club de JdR français), Margaret Weis (Lancedragon), Ross Babcock (cofondateur de FASA), Pen of Chaos (Naheulbeuk), Coralie David des éditions Lapin Marteau, Kurt McClung (Jeux Pro) et bien d’autres…

Je suis très fier de ce livre, et j’espère qu’il permettra au grand public de mieux comprendre ce qu’est le jeu de rôle, d’où il vient, et pourquoi il ne mord pas 😊

Du côté d’Empyreal Media Productions, je préfère ne pas trop me disperser et donc Lore & Legacy va pour l’instant rester au cœur de mes préoccupations. Mais dans un futur que j’espère pas trop lointain, j’aimerais décliner le Moteur 3d sur d’autres types d’univers.

PLADETECARAVAYE LIVRET DE LIVRE DE BASE ATLAS & CAMPAGNE DECOUVERTE COUVERTUREPROVISOIRE PAR JESHIELDS

SFU: Merci à toi pour cette belle interview, bon vent pour le financement participatif de la campagne et l'atlas pour Lore & Legacy et qu’il réussisse. Depuis le lundi 14 septembre est lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule pour l’atlas et une campagne complète où l'on peut aussi acquérir le livre de base : https://fr.ulule.com/lore-and-legacy-atlas-campagne
JP: Merci à l’équipe de Sci-Fi Universe pour cette chouette opportunité 😊

Auteur : NURTHOR
Publié le jeudi 24 septembre 2020 à 09h00

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

Pour aller plus loin grâce à nos archives

Articles de 2020 : janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre