75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Crossing Souls
Crossing Souls >

Critique du Jeu Vidéo : Crossing Souls

Avis critique rédigé par David Q. le samedi 10 mars 2018 à 1411

80 bonnes raisons d'aimer Crossing Souls

Crossing Souls est un jeu d'aventure qui se déroule dans les années 80. 5 adolescents vont faire une découverte étonnante dans les bois près de leur ville de Tajunga, cette trouvaille va changer leur vie et celle des habitants de leur ville. En effet, ils trouvent un objet magique, la Pierre de Douat, permettant de voir et de se déplacer dans le monde des morts. Un ancien militaire cherche à s’emparer de cette pierre pour créer une armée des morts et dominer le monde. Il n’en fallait pas plus à nos 5 amis pour rentrer dans l’aventure de leur vie et contrecarrer les plans du diabolique chef militaire.

Petits dessins animés

Une fois le scénario mis en place à l’aide de petites vidéos en dessin animé (style les mondes engloutis ou T'as le bonjour d'Albert), le jeu peut commencer. On dirige tour à tour l’un des personnages à travers des décors en 3D isométrique de face, c’est-à-dire qu’on voit la perspective vue de face et pas de trois-quart, de la même manière que le jeu The Legend of Zelda : A Link to the Past sur Super Nintendo. Le système de jeu est assez intéressant car chaque personnage a une caractéristique unique qui permet au groupe d’avancer. Voici la composition de cette équipe de choc.

Big Joe : Gras du bide, joueurde basket, le puissant de l'équipe qui peut déplacer des objets lourds
Chris : Le personnage principal. Possède une batte de baseball et peut s'accrocher aux parois et échelles
Matt : Le scientifique qui peut voler grâce à ses boosters aux pieds et peut tirer avec son rayon à énergie
Charlie : Le garçon manqué qui fonce comme l'éclair et utilise sa corde à sauter comme un fouet
Kevin : Petit frère de Chris, qui met les autres dans le pétrin et peut accéder au monde parallèle grâce à la pierre de la Douat.

La chambre de Chris

L'aventure permet de faire ressurgir de nombreux souvenirs et références d'époque tout en s'amusant à parcourir les vastes niveaux du jeu. C’est ainsi que vous repèrerez assez facilement les nombreuses références à E.T. lorsque les enfants devront s’échapper à vélo en étant poursuivis par les militaires ou encore lorsque Chris devra s’infiltrer chez lui à travers des conduits en plastique reliant diverses maisons sous quarantaine entre elles. On appréciera aussi les nombreux dialogues qui parlent de Gremlins, Les Tortues Ninja ou de V, comme bien d’autres films et séries de l’époque glorieuse d’Indiana Jones.

La maison de Chris

Les graphismes pixellisés nous rappellent à chaque instant qu’on pourrait très bien jouer sur une console 8bits. Ce parti pris est intéressant mais oblige parfois à se creuser la tête pour comprendre la topologie des lieux et surtout des plateformes. Ca va encore lorsqu’il s’agit d’aller de gauche à droite, mais dès qu’on doit faire un mouvement haut-bas (ou avant-arrière), la manœuvre est plus difficile car on est pile dans l’axe de la perspective et cela rend nos sauts assez imprécis. Heureusement, cela n’arrive pas souvent, mais certaines parties du jeu qui demandent de la coordination entre les sauts sur des plateformes qui disparaissent sont assez rageantes, surtout lorsqu’il faut tout recommencer faute de point de sauvegarde proche. Mais à part ça, la variété des décors et des situations rattrapent tout.

La salle d'arcade

Le gros point fort du jeu est son ambiance proche de Stranger Things. Il est aussi question d’un monde parallèle, comme dans la série, et d’un garçon, Kevin, capable d’évoluer dans ce monde. La comparaison pourrait s’arrêter là s’il n’y avait pas ce groupe d’ados en plein milieu des années 80, prêts à tout pour sauver leurs parents et leur ville. La musique et les bruitages du jeu nous plongent avec délectation dans cet univers et ce, dès les premières secondes de chargement du jeu (avec un effet bande de VHS assez sympa). Pour le reste c’est parfois musique disco, parfois thème angoissant à la Thriller. Bref avec Crossing Souls on s’amuse à revisiter nos vies d’il y a 30 ans et ça fait du bien.

Mise en quarantaine façon E.T.

La conclusion de

Crossing Souls revisite l'aventure des années 80 avec graphismes pixellisés et bruitages synthétiques d'époque. Le groupe de 5 enfants que l'on contrôle nous permet de profiter des avantages de chacun dans un jeu qui mêle habillement plateformes, combats et énigmes. Loin des canons de la PS4, le jeu prend le contre-pied des graphismes hyperréalistes pour nous proposer un retour dans le passé très agréable et rafraichissant. Avec Crossing Souls, vous allez ressortir vos VHS et votre walkman pour une cure de jouvence agrémentée de combats façon Bronson et Rambo. Et croyez-moi, c'est de la bonne !

Que faut-il en retenir ?

  • L'ambiance eighties
  • Les nombreux clin d'oeil et références aux films et séries des années 80
  • La complémentarité des personnages

Que faut-il oublier ?

  • Des passages inégalement difficiles (surtout dans les sauts)

Acheter Crossing Souls en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Crossing Souls sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+