75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Justice League
Justice League >

Critique du Film : Justice League

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 17 novembre 2017 à 09:00

Le Seigneur des Héros

Dans l'affrontement amical qui oppose les deux géants du comics américain, Marvel et DC Comics, le premier a pris une avance considérable en ce qui concerne la construction d'un univers cinématographique cohérent avec notamment le triomphe du premier Avengers en 2012. Il fallut attendre 2013 pour que DC réponde, et propose quatre ans plus tard son équipe de super-héros avec la sortie de Justice League.

DC Comics est la propriété d'un géant du cinéma (Warner Bros.) qui a, depuis un moment ,l'idée d'adapter sa super-équipe de justiciers (dont le projet fut un temps confié à George Miller avant d'être avorté). L'idée reprit évidemment son chemin quand Warner ne pu que constater le succès insolent de son rival avec des personnages tous aussi populaires que ses Batman, Superman et autres Wonder Woman. Le DC Extended Universe prit ainsi vie en 2013 avec Man of Steel, puis fut réellement lancé avec le sympathique mais perfectible Batman v Superman : L'aube de la Justice, le très moyen Suicide Squad et l'efficace Wonder Woman qui sauva un peu les meubles après deux sorties certes lucratives mais jugées décevantes. Le résultat fut un allègement du ton de la saga dont Justice League est le quatrième film, avec en coulisse le retrait progressif du réalisateur Zack Snyder (300, Watchmen et donc Man of Steel ainsi que Batman v Superman...), du producteur Christopher Nolan et du scénariste David S. Goyer (les deux ayant œuvés sur la trilogie Batman). Sans rentrer dans les détails, la préparation de Justice League connu des changements de directions, donc de tons, dictés par les résultats successifs des autres films au box-office. Justice League termina d'ailleurs chapeauté par Joss Whedon (scénariste et réalisateur chargé des reshoot), le réalisateur de Avengers...

Ce paragraphe reprenant le synopsis du film va spoiler de manière assez violente Batman v Superman. Vous voilà prévenu. Superman (Henry Cavill) est donc mort, laissant la planète apparemment sans défense alors que Bruce Wayne/Batman (Ben Affleck) constate qu'une avant-garde alien prépare l'invasion de la Terre. Ses craintes sont justifiées alors que des boîtes aux pouvoirs titanesques sont enlevées par un puissant guerrier alien répondant au nom de Steppenwolf (Ciarán Hinds). Batman doit réagir et il décide de faire appel à tous les héros dotés de supers-pouvoirs qu'il peut trouver. Il recrute évidemment Diana Prince/Wonder Woman (Gal Gadot) qui a déjà combattu à ses côtés, mais également Barry Allen/The Flash (Ezra Miller), Arthur Curry/Aquaman (Jason Momoa) et l'étrange Victor Stone/Cyborg (Ray Fisher). Tout en regroupant cette équipe très hétéroclite, Batman va en apprendre plus sur ces boîtes dévastatrices, le passé de notre Terre et le fonctionnement de son ennemi. L'avenir s'annonce sombre, la Justice League se forme et le salut viendra peut-être d'une solution qu'ils n'auraient jamais osé imaginer...

On peut dire que le scénario écrit par Zack Snyder, Chris Terrio puis Joss Whedon est assez direct et linéaire, évitant de se perdre comme celui de Batman v Superman et visant l'efficacité de Wonder Woman. Le film faisant deux heures (générique compris), il n'y a pas de temps à perdre ! Il s'avère que le scénario est aussi classique qu'efficace, sans autre ambition narrative que de faire tenir debout cette histoire de réunion de supers-héros face à une menace d'invasion alien. Et c'est une réussite, car l'ensemble s'avère très agréable à suivre grâce à une bonne caractérisation de tous les personnages, qui ne sont certes pas énormément étoffés, mais qui disposent d'une personnalité bien taillée apportant tous quelque chose aux échanges. La confrontation entre le héros désespéré (Batman) et la guerrière pleine d'espoir (Wonder Woman) fonctionne bien, tandis que le surdoué maladroit (Flash), la force de la nature cynique (Aquaman) et le monstre de métal en quête d'identité (Cyborg) s'associent bien au reste du groupe. Les scènes d'introduction de chacun sont intéressantes, les séquences de bravoure s'enchaînent bien et les pointes d'humour sont efficaces. On regrettera surtout un super-vilain sans aucune nuance (il veut tout détruire parce que... c'est un méchant...) et une fin un peu trop facile. L'intégration du film à la saga fonctionne assez bien et se fait plus intelligemment que Batman v Superman. Sinon, c'est peut-être juste moi, mais le scénario m'a vraiment fait penser à La Communauté de l'Anneau...

Évidemment, ce qu'on attend le plus d'un tel film, c'est d'assister à la réunion des plus grands héros de l'univers DC, de les voir interagir puis combattre. Là dessus le film ne déçoit pas car une bonne dynamique de groupe se dégage, parfois lors des scènes de tension réelle, parfois pendant d'autres plus légères. Certes, le film semble souvent chercher sa voie entre une histoire sombre et un divertissement plus léger (Vincent en parle admirablement dans sa critique), mais cela permet au film d'avoir de vrais respirations. Ce mélange est de plus plutôt bien dosé, on reste loin de certaines bouffonneries proposées par quelques films Marvel. Je ne suis pas un spécialiste des comics DC, mais mes lectures me permettent quand même de retrouver un véritable esprit comic-book dans ce métrage, que cela soit l'histoire comme la direction artistique globale. Les combats permettent à chaque héros de briller avec de gros moments de bravoure et des séquences iconiques où Zack Snyder tisse des images dignes des meilleurs covers du genre. Au final, le scénario nous propose une grande efficacité, qui certes manque de profondeur et de thèmes, mais qui parvient à reflèter complètement le côté divertissant et symbolique des comics (qui n'ont pas forcément besoin d'être plus qu'un divertissement de qualité, comme ce film en somme).

Justice League est évidemment un blockbuster dont Warner a fait gonfler l'addition puisque le film aurait coûté la bagatelle de 300 millions de dollars. On voit bien à l'écran qu'il s'agit d'une énorme production dotée d'une grande variété des décors et d'une belle démesure avec des scènes d'action (sur l'île des Amazones ou dans l'Atlantide engloutie notamment). La volonté de proposer un univers le plus réaliste possible avec des tons sombres saturés comme photographie fonctionne toujours aussi bien, installant définitivement l'identité visuelle de la saga. Les différentes scènes d'action se font avec un déluge d'effets spéciaux et permettent d'assister autant à des batailles rangées que des affrontements avec peu de combattants où les pouvoir de chacun sont vraiment bien mis en scènes. Tout cela offre au spectateur des moments aussi impressionnants que épiques. On apprécie la force brute de Batman et d'Aquaman, la virtuosité de Wonder Woman, les effets de ralenti autour de la vitesse électrique de Flash et les capacités de métamorphose de Cyborg. Évidemment, la dernière demi-heure, qui propose un déluge de numérique aux couleurs plus improbables, pourra accrocher les rétines de nombreux spectateurs mais encore une fois, on reste proche d'un certain esprit comics et du divertissement efficace. Dans tous les cas, les amateurs de film d'action comme de super-héros apprécieront la diversité des scènes d'action proposées...

Cela s'explique d'abord par le talent de Zack Snyder pour mettre en scène l'action, montrant autant sa vision que ses compétences techniques qu'il a mainte fois prouvé dans ses œuvres passées. On ressent vraiment sa patte dans la mise en scène des combats avec l'utilisation de ralentis, de poses héroïques comme épiques, avec toujours une grande lisibilité de l'action. Pour le reste, blockbuster oblige, l'ensemble s'avère académique, donc propre et efficace. Le casting offre quand même une belle satisfaction avec des acteurs incarnant bien leurs personnages. Ben Affleck (Daredevil, Batman v Superman...) est toujours convaincant en Batman pugnace et vieillissant tandis que Gal Gadot (la saga Fast and Furious, Wonder Woman...) commence à être vraiment indissociable de l'iconique Wonder Woman. Les autres ne sont pas en reste, à commencer par Jason Momoa (Conan, Le trône de fer...) très charismatique ou le nouveau venu Ray Fisher en Cyborg. Ezra Miller (We Need to Talk about Kevin, Les Animaux Fantastiques...) est efficace malgré un personnage trop stéréotypé. Le reste du casting est au diapason, surtout quand on dispose de Amy Adams, Diane Lane, J.K. Simmons, Billy Crudup ou Connie Nielsen...

77

Justice League ne convaincra pas tout le monde, loin de là. Néanmoins, dans la catégorie blockbuster où l'on peut laisser son cerveau à l'entrée, il s'avère extrêmement efficace offrant un divertissement bien rythmé. Le film nous offre ce qu'il promettait sur le papier à savoir la réunion explosive des plus grands héros de l'écurie DC Comics dans un spectacle épique, un déluge d'effet spéciaux et une bonne palette d'émotions. Ni plus. Ni moins.

Critique de publiée le 17 novembre 2017.

Acheter Justice League en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Justice League sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !