75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Rurouni Kenshin
Rurouni Kenshin >

Critique du Film : Rurouni Kenshin

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 2 avril 2015 à 1253

Kenshin passe du trait au live !

Après un manga (disponible en France chez Glénat), une série animée et quelques OAV, Kenshin le vagabond de Nobuhiro Watsuki se voit adapté en live pour le grand écran.

Kenshin Himura était un assassin redoutable surnommé Battosaï (qui vient de la technique du battō-jutsu, qui consiste vaguement à attaquer en dégainant le sabre à la position horizontale). Mais voilà, après plusieurs morts à son compteur, lassé, il a décidé d'abandonner la profession et surtout jure ne plus jamais tuer. Devenu un vagabond, il parcourt désormais le pays avec pour seule protection un sabre à lame inversée. Un jour, sa route croise celle de Kamiya Kaoru qui cherche à protéger son dōjō de Kanryu Takeda, homme de pouvoir, trafiquant d'Opium et obsédé par l'argent. Kenshin décide de s'installer un temps pour aider la jeune fille tout en s'efforçant de respecter les nouvelles règles qu'il s'est imposées.

Production japonaise de grande envergure, Rurouni Kenshin ambitionne à la fois une distribution internationale (le film est distribué par la Warner), mais aussi, par la suite, de devenir une série de films, peut-être même une série télévisée. Mis en image par Keishi Ohtomo, qui a justement un grand nombre de séries japonaises à son actif, Rurouni Kenshin apparaît comme une adaptation respectant l'essence du manga (du moins pour une personne qui n’a qu'une vague idée de ce qu'est l'oeuvre). On retrouve donc le richissime homme d'affaires, trafiquant d'Opium, Kanryu Takeda (Teruyuki Kagawa), Megumi Takani (Yû Aoi), Sanosuké Sagara (Munetaka Aoki) - pour le coup toujours équipé de son épée terriblement lourde pour son affrontement face à Kenshin - ou encore Jinei Udoh Kurogasa (Koji Kikkawa), ici homme de main de Takeda et redoutable assassin capable de bloquer ou de tuer un adversaire à distance (c'est d'ailleurs du fait de cet élément fantastique que nous parlons de ce film ici). Cependant, ne croyez pas qu'on se retrouve face à un projet qui ne se suffit pas à lui-même, Keishi Ohtomo réalisant un long-métrage à part entière (il y a un début et une fin) et surtout, mettant en scène un film totalement compréhensible pour n'importe quel novice. Pas besoin d'avoir donc la moindre connaissance du Manga, tout est assez bien écrit pour que chaque protagoniste soit clairement identifiable.

Au-delà d'une mise en image joliment soignée et des morceaux de bravoure plutôt bien orchestrés, on peut cependant reprocher au réalisateur de rester dans un certain classicisme du cinéma japonais face à celui, plus créatif et imaginatif, de Chine et de Corée. Ainsi, même si les combats se montrent excitants, très lisibles et plutôt bien chorégraphiés, on n'atteindra jamais le niveau des films de sabre de Tsui Hark (mais peu y arrivent cependant). Toujours dans le domaine du potentiellement reprochable, certains spectateurs pourront trouver que Teruyuki Kagawa cabotine quelque peu. Pour autant cette prestation peut aisément se défendre puisqu'il apparaît évident que l'acteur a voulu se rapprocher de l'aspect cartoon pour donner vie à son personnage (une approche que l'on pourrait trouver similaire à celle de Gene Hackman sur Superman). Conviction appuyée par le remarquable travail de composition de Naoki Sato (Space Battleship Yamato) qui a réussi à créer un magnifique thème pour ce dernier.

Clairement, le budget pour donner vie à cette version de Rurouni Kenshin semble être assez conséquent : superbes décors (de plus très fidèles à l'esprit du Manga), grand nombre de figurants apparaissant sur l'écran, travail sur l'image digne de toute grosse production (avec en premier lieu une photo moderne de Takuro Ishizaka , directeur photo de Lost in translation) rendant les scènes de nuit particulièrement visibles et poétiques. La dernière partie constitue de plus tout ce qu'il faut pour que le spectateur sorte heureux de la salle : c'est noble, épique et ça donne incontestablement la patate !

La conclusion de

Rurouni Kenshin est au final un film particulièrement solide qui mélange tous les ingrédients aptes à réjouir le plus large des publics : amour, amitié, musique et combats épiques, tragédie... Plus généralement, Rurouni Kenshin est surtout une grande aventure et si les suites se montrent à la hauteur, ça pourrait devenir une très belle franchise cinématographique.

Acheter Rurouni Kenshin en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Rurouni Kenshin sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+