75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
The Suffering >

Critique du Jeu Vidéo : The Suffering

Avis critique rédigé par David Q. le mercredi 2 juin 2004 à 03:32

Taulard ou taulé?

Un peu de technique
The Suffering ne fera pas vraiment hurler de crainte votre PS2. Les graphismes sont bons et réalistes mais pas assez fins quand vous regardez de près les murs et objets. Il est d'ailleurs souvent difficile de repérer les objets à prendre et de les identifier. L'animation ne souffre d'aucun ralentissement mais les décors n'ont rien de très complexes. Certains lieux sont néanmoins assez beaux grâce à des effets de lumière réussis. Les ennemis rencontrés sont par contre bien modélisés et assez originaux. Leurs mouvements sont vifs et ils vont traquent dès qu'ils vous repèrent. On se sent vraiment comme un taulard en cavale. Les effets sonores (surtout les voix et cris lointains) sont très réalistes et utilisent bien le surround; à tel point qu'on arrive à tracer les cris dans les couloirs (de la mort?) pour retrouver la personne à l'origine et la voir mourir sous nos yeux.Originalités
La grande originalité vient du lieu duquel vous devez vous enfuir pour survivre : une prison de hauté sécurité. En effet, des évènements étranges hantent cette prison et chaque esprit mort ici fait revivre aux prisonniers et gardiens les façons dont ils ont été exécutés, mais de manière plus violente. Ceci nous donne droit à quelques scènes sanglantes. Heureusement il reste encore quelques survivants qui, même paniqués, pourront vous aider à vous en sortir.
Autre chose, lorsque votre personnage se bat et tue des ennemis, une jauge de colère monte en lui. Une fois atteint la limite de la jauge, vous pouvez vous transformer à la manière de Hulk en un énorme monstre-humain déchainé qui tue tout sur son passage, ceci pendant un temps limité. Cette condition vous permettra de déchiqueter sans problème plusieurs monstres vous harcelant. Il est d'ailleurs intéressant de noter que les créatures ont été designées par Stan Wilson, vainqueur des Emmy Awards et qui a réalisé des design de créatures pour Jurassic Park, Alien et Edward aux mains d'argent (dont l'inspiration est notable).
Le level-design est aussi pas mal fait. On ère dans les couloirs de divers blocs de détention ou en extérieur entre ces blocs à la recherche d'une sortie définitive. Vous devrez actionner des portes ou vous faufiler par des fissures de murs pour sortir d'ici. Beaucoup de grilles et de portes resteront néanmoins fermés et un petit détour par les douches du bloc D vous rappelera surement de désagréables souvenirs.
Les objets amassés par Torque sont classiques : flingues, mitrailleuse, pillules de soin, lampe torche, couteau, bref tout ce qui traine dans une prison après le passage de monstres. L'utilisation de la torche est toujours très sympa, tant pour le coté technique que pour la baisse de tension qu'elle suscite (Ah la lumière, quel réconfort !).

55

Le jeu, un mix de survival-horror et de Devil May Cry est finalement assez moyen. Quelques éléments comme l'ambiance sonore et le design des monstres sont bons, mais il n'y a pas la petite étincelle qui fait les Hits. Les graphismes sombres en extérieur comme en intérieur manquent de finesse de près et le fantastique n'est pas assez présent à mon goût pour m'effrayer. Quelques originalités parsèment quand même ce titre et relèvent sa note. A posséder que si vous avez déjà bien exploré le genre et que vous souhaitez de l'action au profit des frissons.

Critique de publiée le 2 juin 2004.

Acheter The Suffering en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Suffering sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !