75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Série Télé : Almost Human [1x01] Pilot
Almost Human > [1x01] Pilot >

Critique de la Série Télé : Almost Human [1x01] Pilot

Avis critique rédigé par David Q. le mardi 19 novembre 2013 à 1348

Un épisode pilote qui donne l'eau à la bouche

L'épisode pilote d'une série TV est toujours très important car il nous permet de cerner l'univers de la série, ses personnages ainsi que la trame principale, les trois ingrédients essentiels pour savoir si on va apprécier ou non ce rendez-vous hebdomadaire. Le pilote d'Almost Human ne déroge pas à cette règle de présentation et nous présente de fort belle manière ces trois composants de la nouvelle série.

Kennex et Dorian parmi les MX d'Almost Human

Un univers entre Fringe et Blade Runner

L'univers d'Almost Human nous campe dans un 2048 plutôt sombre. Les rues sont de moins en moins sûres et les policiers sont obligés d'avoir comme partenaires des androïdes faits à l'origine pour le combat afin de pouvoir travailler sans se faire allumer. Ces êtres "presque humains" sont guidés par la logique pure et sont un peu comme les enseignes dans Star Trek : de la chair à canon que l'on peut sacrifier à chaque épisode. L'ambiance high-tech est omniprésente grâce à de nombreux gadgets comme des écrans virtuels, des drones, des trains à sustentation, des voitures électriques et toutes ces évolutions technologiques probables dans les 30 ans à venir. Le commissariat de police est une sorte de gigantesque salle de contrôle hyper-perfectionnée qui fait penser au monde parallèle de Fringe, pas étonnant quand on sait que Wyman et Abrams sont à l'origine de la série. Les effets visuels et la photographie des plans extérieurs en pleine journée font vraiment penser à Fringe, on reconnaîtrait presque les mêmes bâtiments... mais je vous rassure, il n'y a pas de dirigeables. Par contre, quand vient la nuit, l'ambiance change et on se retrouve dans du Blade Runner avec ses ruelles sombres éclairées par des néons, ses boutiques louches et illégales, cette ambiance de sol détrempé et de monde alternatif où tout est trouvable en échange de crédits. La superposition de ces deux ambiances est intéressante et plaisante et laisse présager d'une série qui sortira des sentiers battus.

Le détective Kennex en pleine action

Un flic désabusé qui n'aime pas les robots

Karl Urban (Docteur McCoy dans Star Trek) est assez convaincant dans son rôle du détective John Kennex, vieux flic déchu et amnésique qui reprend du service après une longue convalescence pour retrouver les auteurs de son assassinat échoué. Il se voit assigné un MX, son partenaire synthétique, et n'a pas le choix vu que la loi a évoluée pendant son long sommeil. Mais vous savez comment sont les bons flics, ils détestent être surveillés et conseillés par des boites de conserve ambulantes et c'est pour ça que sa direction finit par le confier à Dorian (Michael Ealy), un synthétique différent des autres, un androïde presque humain plus attachant et moins con que les autres. On se demande d'ailleurs pourquoi tout le monde n'a pas ce modèle qui semble bien meilleur que les MX de base mais passons. Le fait d'être amnésique va nous permettre de découvrir en même temps que le détective son histoire. C'est une situation vu et revue mais qui fonctionne assez bien pour rentrer progressivement dans la psychologie du personnage et pour en apprendre plus sur son passé en évitant de nombreux flash-backs.

Une jolie prise de vue

Une histoire conventionnelle mais qui a du potentiel

L'histoire de cet épisode pilote est simple et sert surtout de mise en bouche pour nous permettre d'apprécier les différents aspects de la série. Une opération simple tourne mal et plonge Kennex dans le coma. Il revient presque deux ans plus tard et doit s'intégrer dans un monde qui a évolué plus vite que lui. Kennex rejette son appendice synthétique autant que les MX et il fera tout pour retrouver ceux qui l'ont mis dans cet état. On espère que la trame principale va rapidement s'ouvrir pour, comme dans Fringe, sublimer la série avec de nombreux scénarii sortant des sentiers battus. Le danger pour Almost Human serait de se cantonner à des épisodes simples d'enquête/action sans explorer les possibilités de l'intéraction avec les synthétiques ou de sous exploiter les bas fonds de la ville. Il faudra attendre plusieurs épisodes pour savoir on Abrams et Wyman nous emmène mais pour l'instant, ils tiennent le bon bout.

Dans la salle d'interrogatoire

La conclusion de

Un pilote bourré de high-tech avec une bonne ambiance de jour comme de nuit. Almost Human a du potentiel et on peut espérer des scénarios plus complexes très rapidement. Le duo Kennex/Dorian semble prometteur, en opposition aux autres MX qui paraissent fades. L'épisode bouge bien et on ne s'ennuie pas, les thématiques sont intéressantes et promettent une belle série. N'hésitez pas à vous y intéresser si vous aimer les univers futuristes et réalistes.

Que faut-il en retenir ?

  • L'ambiance high-tech et tous les gadgets un peu partout
  • Les bas fonds de la ville
  • L'interprétation de Dorian

Que faut-il oublier ?

  • Personnages secondaires vraiment au second plan

Acheter Almost Human [1x01] Pilot en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Almost Human [1x01] Pilot sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Almost Human

En savoir plus sur l'oeuvre Almost Human