75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Kingdom Hearts : Birth by Sleep >

Critique du Jeu Vidéo : Kingdom Hearts : Birth by Sleep

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 22 mai 2013 à 10:11

Une préquelle ambitieuse

Kingdom Hearts vient de fêter ses dix ans d'existence. Un bel anniversaire pour une série qui a su s'imposer en très peu de temps dans le cœur de nombreux joueurs grâce à ses jeux de qualité (n'en déplaise à ses détracteurs), devenant ainsi une pièce maîtresse de SquareEnix. Il faut dire que la licence est portée depuis le début par deux hommes forts de la maison Square, le character designer Tetsuya Nomura et le scénariste Daisuke Watanabe, qui ont travaillé sur l'ensemble des jeux de la saga : le premier a eu l'idée de base (et a réalisé tous les opus), le second est venu l'épauler au scénario (devenant par la suite un scénariste incontournable du milieu du jeu vidéo puisqu'en plus des Kingdom Hearts, on retrouve son nom sur tous les Final Fantasy depuis le dixième épisode).

Birth by Sleep se déroule dix ans avant Kingdom Hearts, et nous met dans le peau de plusieurs apprentis visant à devenir des maîtres de la Keyblade : le fougeux Terra, l'innocent Ventus et la douce Aqua. Le jour de l'examen final, leur mentor, Eraqus invite un autre maître : le troublant Xehanort, accompagné d'un mystérieux homme masqué. Aqua va réussir avec brio l'examen tandis que Terra ne pourra empêcher les ténèbres d'apparaître. Xehanort va alors s'intéresser à lui, et l'inviter à découvrir d'autres mondes pour comprendre que les ténèbres ne sont pas forcément négatives. Terra va donc commencer son voyage, suivi de Ventus et d'Aqua, chargée par Eraqus de ramener ses deux camarades. 

Les trois héros vont donc vivre leurs aventures séparément (en se croisant tout de même à des moments clés), et vont devoir se battre à la fois contre leurs propres ténèbres mais aussi contre Xehanort et tous les alliés qu'il mettra sur leurs routes respectives. Birth by Sleep propose donc un mélange entre une histoire principale assez ambitieuse, et des aventures propres à chaque monde Disney visité. Le jeu pouvantt se faire avec trois personnages différents, cela signifie en plus qu'on a le droit à trois histoires différentes. Certes, la base reste la même, mais les héros vont voyager sur les différents mondes à leur rythme. On assiste ainsi au début de leurs histoires avec Terra, au milieu avec Ventus et à la fin avec Aqua.

Il faut bien reconnaître que cette idée originale, géniale et qu'elle fonctionne très bien. Loin d'être un moyen artificiel pour augmenter la durée de vie du jeu, cela va permettre aux trois héros de ne presque jamais vivre les même événements, de rencontrer des personnages différents et de parcourir des portions de monde inédites. Cette idée fait clairement la force du jeu, et parvient à donner un réel intérêt à vivre cette histoire trois fois (intérêt renforcé par le fait que les trois héros sont attachant, même si Ventus reste finalement un peu trop dans l'archétype Sora/Roxas de la série).

Néanmoins, Kingdom Hearts reste ce qu'il est, notamment en conservant ce côté enfantin et joyeux en dépit de l'adversité. Ce n'est donc pas avec cet épisode que la série gagnera le cœur de certains de ses détracteurs, et, même si on ne peut pas forcément leur donner tort, le jeu possède tout de même une vraie fraîcheur liée au fantasme de parcourir les mondes Disney aux côtés de ses héros. Le scénario est quant à lui assez rempli de petits twists, de grand ennemis et d'un final dantesque pour qu'on s'amuse tout du long et, surtout, que l'on ait envie de parcourir les mondes trois fois.

Préquelle oblige, le jeu se concentre aussi sur les princesses de cœur de l'univers Disney qui vont expliquer les autres épisodes. C'est donc avec plaisir qu'on a le droit, dès le début de l'aventure, à trois monde inédits : celui de Blanche-Neige, de La Belle au bois dormant et de Cendrillon (mais aussi quelques autres dont on vous laisse le plaisir de la découverte). Du côté des mondes habituels, on a encore le droit à l'inévitable Colisée d'Hercule et le pays imaginaire de Peter Pan, mais ici dans des décors jamais vus. Les mondes sont assez différents et suffisamment grands pour qu'on prenne plaisir à les parcourir, à vaincre tous les ennemis et découvrir tous les secrets. Cela permet de mettre en avant les graphismes magnifiques du jeu pour de la PSP : Birth by Sleep semble aussi beau que le premier épisode de 2002, avec des détails importants et des personnages plutôt bien réalisés. Les héros bénéficient même du savoir faire de Nomura dans leur design et offrent des animations aussi fluides que magnifiques en combat.Le jeu est donc techniquement impressionnant de bout en bout. En contrepartie, les chargements seront longs et fréquents si vous ne pouvez pas installer le jeu sur la console.

Si graphiquement, c'est grandiose, l'ambiance sonore n'est pas en reste. Le jeu est certes en anglais sous-titré, mais quelle qualité dans les jeux d'acteur ! Les personnages principaux sont crédibles (dont l'habituel Jesse McCartney pour Ventus) et les seconds rôles invitent des acteurs comme Haley Joel Osment (Vanitas), Leonard Nimoy (Xehanort) ou encore Mark Hamill (Eraqus). L'ensemble du casting porte donc très bien l'histoire. Au niveau des bruitages, c'est de la grande qualité, et les musiques sont toujours aussi efficaces. Rien de bien étonnant quand on voit que Yoko Shimomura est toujours aux commandes, accompagnée de Tsuyoshi Sekito et Takeharu Ishimoto, deux valeurs montantes de SquareEnix.

Cette prouesse, tant scénaristique que technique, s'accompagne d'une troisième composante : une bonne amélioration du gameplay qui s'adapte sans problème à la PSP. Plus proche des épisodes PS2 que ne l'était celui sur DS, Birth by Sleep reprend le système de combo simple, de vérouillage et d'utilisation de la magie par raccourci. On doit toujours marteler le bouton X pour attaquer, puis le triangle pour faire appel à la magie ou objet que l'on choisi parmi ceux qu'on a installé dans notre jeu de compétence (paramétrable dans le menu où l'on peut placer les attaques spéciales, les objets et les magies que l'on jugera les plus utiles selon le personnage ou le monde visité). Ce système est aussi simple qu'efficace, même si il se révèle parfois perfectible face à des adeversaires nombreux ou des boss très rapides. Il devient ainsi difficile de choisir la bonne technique tout en esquivant puisque les deux nécessitent la croix directionnelle et le joystick. Néanmoins cela n'empêche pas de s'amuser avec les possibilités de parade, d'esquive, de pouvoir se concentrer sur des ennemis pour lancer des attaques spéciales, mais aussi d’enchaîner les attaques simples et les magies pour déclencher des moments d'adrénalines pouvant permettre une nouvelle palette de coups pour un court moment. Au final, le système de combat est donc extrêmement satisfaisant pour un action-RPG sur portable.

Il en va de même pour la durée de vie qui avoisine facilement les trente heures (voire plus si vous êtes un acharné de la licence). Finir les trois histoires prendra donc du temps, et un peu de patience sur la fin tant les boss montent clairement d'un cran dans leur difficulté. C'est d'ailleurs un défaut qu'on retrouve un peu trop dans le J-RPG actuellement, avec une progression mal pensée de la difficulté. Néanmoins la durée de vie est plus que respectable, surtout avec les quelques mini-jeux proposés, les secrets à découvrir (des boss et des fins secrètes) comme des modes de jeu indépendants. Il s'agit d'abord d'un jeu de plateau rappelant celui des Mario Party (sans les mini-jeux) assez dispensable mais plutôt complet. Enfin on a le droit à des combats ou courses en arène contre des bots ou contre des joueurs grâce aux capacités online de la console. De quoi bien prolonger l'expérience.

 

85

Au final, nous voilà en face d'un épisode PSP qui surprend agréablement de part son audace scénaristique, ses capacités techniques, son système de combat très efficace et sa durée de vie conséquente. Un véritable bijou préparé avec soin par SquareEnix et qui contribue grandement à prouver que Kingdom Hearts est une série qui compte. Tout amateur de la saga se doit donc de se précipiter sur cette préquelle ! Un jeu ambitieux pour la PSP, qui en a cruellement manqué de la part des éditeurs tiers.

Critique de publiée le 22 mai 2013.

Acheter Kingdom Hearts : Birth by Sleep en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Kingdom Hearts : Birth by Sleep sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !