75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Kingdom Hearts 2
Kingdom Hearts 2 >

Critique du Jeu Vidéo : Kingdom Hearts 2

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 25 mai 2010 à 1210

Square/Disney, acte 2

Si le premier épisode était assez perfectible, marchant surtout à l’affectif, ce second opus de la série Kingdom Hearts sorti quatre ans plus tard est tout simplement une petite merveille et il serait vraiment dommage de passer à côté…

Le jeu mélangeant les univers des créations Disney et de la saga Final Fantasy revient donc en voulant proposer quelque chose de moins bancal afin d’installer la série dans les plus grands de l’action RPG. Concernant l’histoire, sachez que le jeu comporte un long prélude d’environ 3 heures que je vous laisse découvrir mais qui installe le jeu dans une sorte de mélancolie et d’innocence faisant de cet exercice de style une véritable réussite et un grand moment du jeu vidéo, rien que ça. Ce prologue est aussi déroutant puisqu’il propose une narration et des systèmes qui n’auront rien à voir avec le reste de l’aventure mais pose quand même quelques bases comme le nouvel ennemi de l’aventure mais aussi les grand thèmes de la licence comme l'amitié indéfectible et la volonté de toujours se surpasser. Ce nouvel ennemi s’affiche quand réapparaissent Sora, Donald et Dingo que tout le monde avait perdu de vu depuis la précédente aventure sans qu’ils ne puissent l'expliquer eux-mêmes. Quoi qu’il en soit, ils sont maintenant sur la piste du Roi Mickey, qui ne tardera pas à faire parler de lui, mais aussi de Rikku et Kairi pendant que les sans-cœurs reviendront leur mettre des bâtons dans les roues avec le retour de Maléfique. Mais en même temps il y a ces étranges créatures, les Simili, que contrôle la mystérieuse Organisation XIII avec ses membres encapuchonnés dont les motivations restent ambigues. Il faudra bien sur, à l’image du premier opus, naviguer entre les différents mondes s’inspirant des long-métrages Disney où il faudra régler les histoires internes des personnages de ces mondes.

Avant de revenir sur ces mondes Disney, sachez que la figure de Square Enix (développeur mais néanmoins éditeur du jeu) Tetsuya Nomura est bien là à la création des personnages et au scénario. Et cela est une grande valeur de qualité quand on sait que le monsieur occupait les mêmes postes sur Final Fantasy VII… Les personnages originaux du jeu ont donc une allure leur conférant de vraies personnalités que le scénario réussit à bien souligner. La patte graphique du génial créateur se mélange agréablement avec celle des productions Disney et le réel plaisir du premier opus est toujours là : Combattre avec ses héros préférés, ceux qui ont parfois bercés votre enfance. Pour ma part elle se situe plus du côté d’Aladdin et Le Roi lion qui est un monde assez original puisque Sora se voit transformer en lionceau. Combattre aux côtés de Simba ou avec le génie ont donc des aspects nostalgiques plus qu’appréciables. Là est donc tout le charme du jeu, croiser les différents personnages qui ont fait l’histoire du dessin animé mais aussi des films puisqu’on a le droit à une petite balade navale et fantomatique aux côtés des héros de Pirates des Caraïbes… Un autre grand film Disney à le droit à son adaptation façon Kingdom Hearts mais je vous laisse découvrir les nouveaux mondes accompagnant le retour de L'étrange noël de Monsieur Jack, Hercule ou encore La Petite Sirène et Winnie l’Ourson qui pour leurs parts proposent des sortes de mini-jeux rafraîchissants et bien pensés. 

Graphiquement, chaque personnage est reconnaissable directement sans aucun problème et au niveau général la charte graphique reste la même que le premier opus. Tout est clair et coloré sauf dans les mondes des deux Jack (Skellington et Sparrow) évidemment. L’ensemble est plus joli, plus fin qu’en 2002 sans réel révolution toutefois et on regrette d’ailleurs le très petit nombre de cinématiques dont Square Enix a pourtant le secret… Les différents mondes sont donc fidèlement modélisés ajoutant un petit plus à l’ambiance nostalgique du titre quand on sait que les œuvres Disney présentes dans le titre ne dépassent jamais l’année 2000 chronologiquement parlant, sauf pour Pirates des Caraïbes, cela donne une vraie place aux grands monuments Disney quand on connaît la qualité des productions au tournant du nouveau millénaire. Les prochains jeux de la licence incluront peut-être des œuvres Pixar, l’avenir nous le dira. Le jeu est donc vraiment beau, très proche de l’esthétique dessin animé et on peut aussi dire la même chose du travail sonore réalisé. Les combats et la musiques donnent une bonne dynamique à l’ensemble et dans les moments plus calmes la musique est une merveille pour les oreilles. Pour ce qui est du doublage c’est en revanche plus nuancé, certains s’en sortent très bien comme les personnages principaux (Dingo est notamment doublé par Gérard Rinaldi, oui celui des Charlots…) sans oublier qu’on a le droit parfois aux doubleurs originaux des films présentés comme l’inévitable Roger Carel. Les personnages nouveaux n’ont pas la chance d’avoir des voix aussi expérimentées au micro et cela se ressent même si ça n’entache jamais le plaisir de jeu.

L’ambiance est donc magnifiquement plantée mais qu’en est il du jeu en lui-même ? Le premier opus accusait des combats beaucoup trop répétitifs, même pour un action RPG. La donne a changé dans cet opus puisqu’en plus des magies, invocations et nombreuses compétences déjà connues s’ajoutent des Quick Time Event nombreux ainsi que la barre de flux permettant de gagner en puissance pendant un temps limité. Il existe aussi un mode coopération permettant de fusionner avec un autre personnage afin de déclencher des attaques dévastatrices. Les combats gagnent en stratégie et c’est beaucoup moins le bordel qu’avant avec une IA alliée pas trop mauvaise. Cela rend les nombreux boss plus mémorables à battre sans oublier des scènes d’anthologie comme ce passage où Sora va se battre aux côtés des plus grand héros des Final Fantasy sur PlayStation et ensuite affronter rien de moins qu’un millier d’ennemis. En revanche, on a encore le droit aux phases de shoot très moches entre les mondes mais c’est anecdotique. Pour ce qui est de la progression, l’ensemble est plus linéaire que dans le premier opus qui proposait bon nombre d’allers-retours au sein du même monde avec plusieurs entrées et sorties dans un même environnement faisant qu’il était fréquent de se perdre. Si on peut reprocher un trop grand dirigisme dans le jeu, force est de constater que les 30 à 35 heures que propose l'aventure n’ont jamais le goût du déjà vu et c’est tant mieux. Et cet état de fait permet aux plus jeunes, cibles légitimes du soft, de pouvoir jouer sans trop galérer allant de pairs avec le fait qu’en mode normal le jeu est assez facile à faire. Les hardcore gamers devront tout de suite opter pour le mode difficile puisqu’en normal j’ai fini le jeu sans mourir une seule fois et je ne suis pas le joueur le plus doué qui soit.

La conclusion de

Si le premier opus avait été une curiosité mal maîtrisée mais grandement sympathique, ce second opus est une très belle réussite. Il offre une ambiance unique reprenant pourtant des matériaux non-originaux mis ensemble dans un scénario complexe et multiple mais rondement bien mené. Sans oublier des combats en veux-tu en voilà dans un système amélioré et corrigé qui fait que Kingdom Hearts II est sûrement un des meilleurs, si ce n‘est le meilleur, action RPG de la PS2…

Acheter Kingdom Hearts 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Kingdom Hearts 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Kingdom Hearts

En savoir plus sur l'oeuvre Kingdom Hearts