75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film (Direct to Vidéo) : Fantômes et Cie
Fantômes et Cie >

Critique du Film (Direct to Vidéo) : Fantômes et Cie

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 10 août 2012 à 1432

Histoires de Fantômes sans-abris

Le jeune Humphrey trouve malencontreusement la mort suite à une chute d'un toit. Cependant, la mort, qui est loin d'être si terrible, va lui offrir une nouvelle famille, les Craggyfords, aussi excentriques qu'originaires de diverses époques. Mais notre époque étant sans pitié, les Craggyfords se trouvent chassés de leur demeure. Alors qu'ils sont en quête d'un autre lieu à hanter, ils découvrent qu'ils ne sont pas seuls à être dans ce cas. Humphrey va donc prendre des initiatives pour sauver sa famille et les autres fantômes.

Fantômes et Cie est une adaptation de "The Great Ghost Rescue (1975)", le premier roman jeunesse d'Eva Ibbotson, une romancière britannique, décédée en 2010, qui fut très populaire dans son pays (elle est décédée en 2010). En France, son succès fut moins franc. Seuls quelques-uns de ses titres sont parvenus jusque chez nous tels que, L'étang aux libellules, Bienvenue à Griffstone ou encore Recherche sorcière désespérément. Cependant, bien que "The Great Ghost Rescue" n'a pas encore eu l’honneur d’une traduction française une traduction en France, la réalisation de son adaptation a été confiée à un gars bien de chez nous : Yann Samuell !

Conçu, non pas comme un film dans lequel nous suivons les aventures de vivants confrontés à des fantômes, mais plutôt, dans un esprit "Beetlejuice",  en se plaçant de l’autre coté du miroir, Fantômes et Cie est aussi d'une certaine manière l'occasion pour Yann Samuell de continuer son cycle autour de l'enfance et du passage vers l'âge adulte (Jeux d'enfants, L'Âge de raison, La Guerre des boutons). Mais voilà, si les intentions sont louables sur le papier, Fantômes et Cie peine à trouver son rythme et à satisfaire ses multiples ambitions, dont la principale, est d’amuser un jeune public. L'esprit d'aventure, de péripéties, de défis manque et l'action n'existe quasiment pas (hormis sur la fin). S'il reste que l’ "humour" est bel et bien présent, voire même envahissant, celui-ci ne devrait combler réellement - et ce n'est pas certain -  que les moins de douze ans. Les gags utilisés apparaissent comme forcés (des traits de caractère et autres grimaces outrés) et n’évitent pas les clichés (la femme qui perd régulièrement sa tête, blague autour du kilt, référence appuyée à Ghostbuster). Tout juste nous concéderons que le crâne volant prénommé George ou encore le soldat romain pourront faire sourire de temps à autre (du moins, les plus jeunes y seront certainement réceptifs).

Même "le Woo" qui aurait pu être un élément attractif et drôle de cette aventure - la jonction avec la "Force" des Star Wars étant assez apparente - ne fonctionne pas, car utilisé de manière anecdotique dans une grosse partie de l'histoire et de manière dérisoire lors de la confrontation avec "le grand méchant" de l'histoire.

Puis, à l'inverse d'un Beetlejuice, le film de Yann Samuell manque réellement de créativité dans les maquillages et les décors et il subit les affres d’une réalisation consensuelle, limite télévisuelle. Là encore, comme évoqué un peu plus haut, seul "George" apparaitra comme l'élément le moins sage du film, le plus farfelu, et même si techniquement les FX numériques de ce dernier sont faillibles, ils restent suffisamment corrects pour qu'on adhère et qu'on trouve que le film aurait mérité plus d'éléments similaires.

Du côté du casting, les acteurs sont en totale roue libre et semblent, sous prétexte que le film est destiné à un jeune public, jouer de manière la plus poussive possible. Le résultat insuffle surtout une agaçante sensation de délit de cabotinage.

La conclusion de

Si Fantômes et Cie posait sur le papier quelques idées qui auraient pu se montrer intéressantes et aboutir à un film pour la jeunesse plutôt plaisant, son manque d'énergie, de personnalité et de rythme conduit à un certain ennui. Seuls les plus jeunes, ou des adeptes du genre "Sabrina, l'apprentie sorcière" pourront trouver un quelconque intérêt à ce produit à la réalisation très télévisuelle.

Que faut-il en retenir ?

  • George le crâne.

Que faut-il oublier ?

  • La mise en scène télévisuelle.
  • Les gags assez lourds.
  • Le manque de péripéties.

Acheter Fantômes et Cie en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Fantômes et Cie sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Fantômes et Cie

En savoir plus sur l'oeuvre Fantômes et Cie