75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Ghostopolis
Ghostopolis >

Critique de la Bande Dessinée : Ghostopolis

Avis critique rédigé par Gil P. le jeudi 22 mars 2012 à 2140

BOUH, t'es mort

Vous êtes vous déjà demandé dans quelle tête totalement dérangée était née Earthworm Jim ? Ne cherchez plus, l’auteur de Ghostopolis, Doug TenNapel est aussi le créateur original de ce personnage déjanté. On retrouve d’ailleurs un humour assez spécial dans cette aventure dans le monde des morts. Déjà parce que les enquêteurs (façon FBI) passent pour des blasés et que l’auteur amène une faute stupide comme centre d’une intrigue initiatique pour tous les personnages, ensuite car il a l’humour potache facile mais efficace et enfin car le style épuré et peu précis ajoute au plaisir jouissif d’une lecture ou l’on dévore.

L’histoire est assez classique et relativement évidente mais pimentée et avec une univers graphique très sympathique qui emporte l’adhésion. Ce qui est bien vu c’est de nous plonger directement dans une histoire qui est clairement déjà commencée, un peu comme si on avait loupé la moitié du film et qu’on arrivait à la pub, ça impose de se jeter directement à corps perdu et de rattraper le retard. Pour le reste les rebondissements sont relativement prévisible, seul le graphisme ne cesse d’apporter des touches originales et délirantes, un peu comme si un blockbuster moderne se replongeait dans les méandres d’un Festin Nu en toile de fond, c’est un petit bonheur inattendu.

Si le style qui manque de constance peut paraître un défaut, j’y trouve un charme particulier qui ne plaira peut-être pas aux lecteurs habituels de comics mais qui rappelle certains moments d’anthologie du manga à l’ancienne, des auteurs qui dessinaient 12 planches par jour et qui n’avaient pas le temps de récoler les symétries quand ils se loupaient.

La conclusion de

Une petite pépite à lire et relire, un plaisir un peu coupable dont on voit les ficelles sans que le tableau ne puisse être altéré en aucune façon, ce qui est particulièrement étonnant. Profitez de ce Ghostopolis, on n’en sort pas tous les jours qui nous étonne avec une telle simplicité dans le récit et pourtant une profondeur assumée dans le propos. Graphiquement je suis rarement convaincu par des dessins approximatifs, ici c’est un art. Un hit inattendu de cette année, assurément.

Que faut-il en retenir ?

  • une histoire punchy et un scénario débridé un style graphique très

Que faut-il oublier ?

  • ça passe trop vite

Acheter Ghostopolis en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Ghostopolis sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+