75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : New Vegas
New Vegas >

Critique du Jeu Vidéo : New Vegas

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 25 octobre 2011 à 0931

Fallout 3.5...

Sorti en 2008, Fallout 3 avait eu tôt fait de refroidir les ardeurs des fans de la première heure. Pas raté, mais pas franchement réussi non plus, il proposait un jeu certes fun et distrayant, mais qui s'avérait malheureusement plombé par un scénario terriblement creux et une propension à mettre de côté cet aspect roleplay qui avait fait la renommée de la saga. On attendait donc avec impatience un quatrième opus qui reprenne les points forts du titre, tout en proposant une histoire digne de ce nom et refasse de la franchise un véritable RPG, et pas seulement un jeu d'action légèrement amélioré par un système de caractéristiques/compétences. Deux ans plus tard débarquait donc New Vegas, sorte d'épisode 3.5 qui, en s'appuyant sur le même moteur graphique, annonçait un scénario à la hauteur, ainsi que le retour au premier plan du roleplay. Le programme promettait donc d'être particulièrement alléchant !

Sauf que, au vu des premières images, on a commencé à déchanter. Le problème, très simple, c'est que le moteur graphique de Fallout 3, déjà pas au top en 2008, a pris un sacré coup de vieux en l'espace de seulement deux ans. Les premières minutes de New Vegas piquent donc les yeux, et accusent déjà d'un retard technique flagrant (qui plus est avec des temps de chargement très longs). A peine sorti, le titre est déjà vieux et daté, et l'on sent que, contrairement aux premiers opus qui ont désormais une saveur vintage assez sympathique, ces épisodes next-gen ne vieilliront clairement pas comme du bon vin. Là où les environnement graphiques étaient superbes en 2008, ils sont aujourd'hui affreusement quelconques et, assez logiquement, les carences du moteur (vue à la troisième personne, animations, visages inexpressifs) sont plus visibles, rendant désormais le jeu particulièrement laid. Esthétiquement, New Vegas s'avère donc franchement décevant.

Il faut donc passer ces premières impressions négatives pour se plonger dans le jeu, et ainsi pouvoir apprécier ce qui fait la force ce cet opus : son scénario. A ce niveau, on ne peut être que très satisfait du travail de l'équipe d'Obsidian Entertainment, le jeu étant conforme aux promesses que l'on nous avait faites. Oubliez la très médiocre histoire de Fallout 3, on est désormais de retour dans ce qui fait le coeur de la franchise : une aventure passionnante mettant au premier plan l'aspect RPG. Ainsi, New Vegas s'avére aussi réussi dans le fond qu'il peut être raté dans sa forme : la notion de choix retrouve désormais une importance de premier plan, les réactions des PNJ vis à vis du personnage étant totalement dépendantes d'un système de réputation particulièrement réussi, lié à ses actes et à ses alliances. Le monde de Fallout n'est pas celui des Bisounours, il est impossible d'être ami avec tout le monde ; la question est : quel camp rejoindrez-vous ?

Tous ces éléments parviennent à faire passer la pillule de la laideur visuelle du jeu, et ainsi réussir à l'ancrer dans une tonalité tout simplement excellente. Aussi moche soit-il, New Vegas parvient à poser l'ambiance si particulière de la saga, et s'avère par la même occasion passionnant (et ce d'autant que le scénario principal, sous forme d'enquête, est beaucoup plus intéressant que celui de son prédecesseur). On sent que le travail de l'équipe de développement a principalement porté sur ces aspects primordiaux : les dialogues sont beaucoup plus matures, les choix plus difficiles, les personnages mieux esquissés. De plus, la multiplicité des quêtes proposées, ainsi que la présence d'un mode hard-core franchement sympathique (où il faut notamment gérer le sommeil, la déshydration et les blessures), donne au jeu une durée de vie plus que conséquente, le titre pouvant être refait de nombreuses fois sans que le joueur ait l'impression de revivre la même aventure.

On regrettera tout de même que New Vegas reste très orienté action. A l'instar de Fallout 3, oubliez tout espoir de faire un personnage un minimum subtil (même si le travers est moins important grâce à l'importance accrue donnée aux suivants). Si les dialogues permettent désormais d'éviter pas mal de combats et de gérer un grand nombre de quête de manière pacifique, les grands axes narratifs du scénario se résolvent malgré tout en faisant cracher les miniguns ou en allumant les lance-flammes ; quelque part, ce n'est pas totalement incohérent avec l'univers de Fallout, mais cela axe forcément le personnage vers des profils de bourrins. Ce parti pris permet cependant de doter New Vegas d'un rythme conséquent, le jeu s'enchaînant sans aucun temps mort, sans que l'ennui ne pointe le bout de son nez tout au long de la grosse vingtaine d'heures qu'il faut pour terminer la quête principale du jeu.

Au final, donc, New Vegas s'impose comme une version aboutie d'un Fallout 3 perfectible. Pourtant, tout au long du jeu, on regrette une véritable absence de surprise, comme si la saga s'était installée dans une routine la privant de toute forme de fantaisie. Ainsi, le titre n'apporte rien de neuf, rien de révolutionnaire à la franchise, et s'inscrit même comme un épisode pépère qui aurait minimisé la prise de risque en s'appuyant sur les pré-requis minimum de la fanbase. Les éléments réussis de Fallout 3 sont toujours présent (le Pip-Boy et la radio, notamment, qui s'avèrent toujours excellents pour poser une ambiance), mais on a constamment l'impression que New Vegas est plus conventionnel, moins étonnant. Nul doute que s''il était sorti en 2008, nous aurions crié au génie devant ce jeu ; aujourd'hui, s'il n'en demeure pas moins être bon, il ne possède plus rien de vraiment remarquable.

La conclusion de

Deux ans après un troisième opus relativement décevant, la franchise Fallout se dote désormais d'un nouvel épisode réellement qualitatif. Ainsi, si ce New Vegas reprend les défauts formels de son prédecesseur, notamment son moteur graphique moche et daté, il en modifie considérablement le fond pour offrir aux joueurs un scénario nettement plus intéressant, qui donne une importance considérable à la partie roleplay. Au final, cet épisode 3.5 propose donc une aventure aboutie, qui, certes, n'arrive toujours pas à la cheville du second opus, mais qui s'avère très correcte par rapport à ce que les fans peuvent attendre de cette saga post-apocalyptique. Dommage, simplement, que l'effet de suprise ne soit plus présent...

Que faut-il en retenir ?

  • Jeu rythmé et sans temps mort,
  • Excellente ambiance,
  • Scénario sympathique,
  • Système de réputation,
  • Multiplicité des quêtes,
  • Durée de vie conséquente.

Que faut-il oublier ?

  • Rien de révolutionnaire par rapport à Fallout 3,
  • Toujours aussi moche,
  • Reste trop orienté action,
  • Temps de chargement très longs.

Acheter New Vegas en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de New Vegas sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Fallout

En savoir plus sur l'oeuvre Fallout