75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Orcs vs. Elves >

Critique du Jeu de société : Orcs vs. Elves

Avis critique rédigé par Benoît F. le lundi 5 septembre 2011 à 08:18

Petits mais costauds

Il était une fois, dans un pays fort fort lointain, de gentils elfes qui aimaient bien pique-niquer tout en laissant promener leurs appendices si délicats sur des instruments à corde reléguant la guitare d’Yves Duteil au rang d’une vulgaire guimbarde. Bref, les elfes vivaient paisiblement jusqu’au jour où la horde verte débarqua. Les orcs, sans manière aucune, décidèrent de faire main basse sur les précieuses reliques musicales elfiques, joyaux d’une ébénisterie millénaire. Et oui, ces fils du Métal à la peau verte avaient bien l’intention de faire raisonner leur sombre litanie jusqu’aux confins du monde connu. Et ce fut la guerre. Finalement, personne ne connaît la véritable origine de cet affrontement, mais nous sommes sûrs d’une chose : les armées se levèrent et les bannières flottèrent au gré d’un vent empli de larmes et de sang.

 

 

BASTON DANS TON PANTALON !

Pocket Battles est un concept de jeu d’affrontement crée par deux auteurs italiens et mis au point par l'éditeur américain Z-Man Games. Pocket Battles : Orcs vs Elves est donc le deuxième opus de la gamme tout en étant le premier volet de la série Fantasy. En effet, le premier jeu ayant porté le nom de Pocket Battles voyait s’affronter des celtes et des romains inaugurant ainsi la gamme et la série Ancients. Voilà pour la petite histoire mais qu’en est-il de ce fameux concept ? Et bien l’idée repose sur le fait de faire loger un jeu d’affrontement, plus communément appelé wargame, dans un petit format aisément transportable et aux règles relativement abordables. Tous les jeux de la gamme Pocket Battles sont donc livrés dans une petite boîte présentant un design plutôt sobre mais dont l’illustrateur Karim Chackroun (Batt’l Kha’os) parvient à faire ressortir l’ambiance belliqueuse. A l’ouverture du contenant, vous découvrirez 60 tuiles Troupe symbolisant les unités, 6 dés de petite taille et 20 jetons recto-verso, Ordre d’un côté et Blessure de l’autre. Le matériel est donc des plus fonctionnels, à la fois solide et parfaitement lisible malgré la petitesse des éléments de jeu.

Un objet pris au hasard... afin d'évaluer les proportions (DVD non fourni)

 

Afin d’entrer tranquillement dans cette danse macabre, les règles ont été relativement bien rédigées et ponctuées d’exemples. De plus, deux aides de jeu extrêmement complètes seront là pour vous assister et vous guider vers la victoire. A noter que le jeu est édité en langue anglaise. Cependant, une traduction non officielle erre sur la toile et une édition française devrait pointer le bout de son nez  prochainement.

 

 

SUR TOUS LES FRONTS

Comme son nom l’indique, Pocket Battles : Orcs vs Elves voit s’affronter deux joueurs à la tête d'armées issues des clichés de l’Heroic-Fantasy. Comme dans tous bons vieux wargames qui se respectent, chacun va constituer son armée en dépensant des points de déploiement afin de recruter ses unités. En fonction de la durée de partie désirée, on oscillera entre 50 et 100 points. Une fois votre armée constituée, vous percevrez un nombre de jetons Ordre/Blessure égal au dixième des points de déploiement déterminés initialement. N’oublions pas le but du jeu : détruire la moitié des forces adverses, en termes de points.

Quelques troupes orcs

 

Ensuite, le moment est venu de déployer vos armées. Chacun leur tour, les joueurs vont placer l’une de leurs unités (une pile ou une troupe isolée) sur l’un des six fronts présents devant eux. Une fois les armées déployées, la bataille peut commencer.

Le champ de bataille


Une partie se déroule en plusieurs manches elles-mêmes divisées en tours. Chaque commandant va jouer alternativement jusqu’à ce qu’il n’ait plus de jetons Ordre, ni l’un ni l’autre, symbolisant ainsi la fin de la manche.

Un tour se décompose de la manière suivante :

- Un redéploiement d’unité optionnel permettant de déplacer celle-ci sur un front adjacent de son camp.

- Une action obligatoire parmi les suivantes : déplacement, charge, poursuite ou abandon d’un combat en cours, tir, utilisation d’une capacité spéciale. Vous pouvez également passer votre tour si vous n’avez plus de jetons Ordre nécessaires à l’activation des unités.

Les différentes zones sont délimitées par des tuiles non utilisées


Concernant les combats, ils se déroulent dans la zone d’engagement, à l’exception des tirs. Chaque tuile Troupe comporte des icones en forme de dés. Afin d’infliger des blessures aux unités adverses, les résultats des dés jetés doivent correspondre à ceux de vos troupes engagées. De base, on lancera un dé de combat voire plus en fonction de certaines capacités ou faits de jeu (ex : charge). Si les troupes de l'adversaire ne sont pas décimées lors de l’assaut initial, celles-ci seront en droit de riposter dans le même tour de jeu.

 

 

WARGAME MINI, PLAISIR MAXI

Vous aimez les wargames et vous n’avez jamais le temps de vous y consacrer ? Les jeux de bataille de figurines, c’est top mais la peinture vous fatigue d’avance ? Et bien, vous pouvez remercier Paolo Mori et Francesco Sirocchi d’avoir penser à vous.

En effet le tandem originaire de la botte chère à Claude Barzotti a réalisé une sacrée performance en créant un jeu d’affrontement simple, rapide, transportable partout et non dénué d’intérêt tactique. Tous les poncifs du genre sont bel et bien présents : création d’armée via un système de points, déploiement alternatif, présence de héros, etc.

Les elfes


On ajoutera à cela la finesse des mécanismes de jeu qui, non contents de s’inspirer du monde du wargame tactique, proposent en sus des concepts conférant sa propre identité à la gamme Pocket Battles. En premier lieu, on notera les décisions particulièrement tactiques qui devront être prises lors de la constitution de l’armée. Deux choix s’offriront à vous afin d’optimiser vos unités : d’un côté le « j’ai moins de chance de toucher l’adversaire mais je fais beaucoup plus mal quand çà arrive » ; de l’autre le « je frappe comme un coq de basse-cour mais j’ai plus de chances d’atteindre ma cible ». Deux choix simples reposant sur la loi des probabilités et qui conditionneront votre attitude lorsque la bataille sera lancée. La gestion des ordres est également remarquable puisqu'elle intègre l'état de santé des troupes: plus vos unités seront blessées, plus votre réserve de jetons Ordre sera réduite diminuant ainsi votre capacité d'action sur le champ de bataille. Un concept fort bien présenté et malin comme tout.

Concernant l'équilibre des forces, on s'apercevra rapidement que les orcs sont plus faciles à prendre en mains que les elfes. Ces derniers demanderont un peu plus de finesse dans ce monde de brutes. Pour résumer: deux factions, deux façons de jouer pour un équilibre préservé.

De plus, on notera une multitude de troupes aux capacités diverses et variées. De quoi assurer un renouvellement conséquent des parties. Et si en plus l’éditeur nous affirme que Pocket Battles : Orcs vs Elves est compatible avec les opus passés et à venir de la gamme, que demander de plus? On peut d’ores et déjà envisager des anachronismes éclatants voyant s’affronter des orcs contre des grognards, ou bien des soldats de la seconde guerre mondiale contre une horde de morts-vivants ! En tout état de cause, vivement la suite !

95

Nous voici face à un jeu qui nous rappellera l'oeuvre de Richard Borg (Mémoire 44, Command & Colors, BattleloreLe Trône de Fer : Les batailles de Westeros) dans le domaine de la vulgarisation du wargame. Le contrat est donc pleinement rempli par Z-Man Games qui nous propose non seulement un jeu d'affrontement simple d'accès mais aussi un produit dont le format ne fait que renforcer une gamme aux qualités ludiques indéniables. Certes, on pourrait repprocher la sobriété graphique d'un ensemble jouissant tout de même d'une grande lisibilité, mais l'enjeu ne se situant pas à ce niveau, les joueurs oublieront vite ce léger bémol pour profiter pleinement des qualités intrinsèques de ce petit bijou de la bastonnade en règle.

Critique de publiée le 5 septembre 2011.

Que faut-il en retenir ?

  • Simple et accessible
  • Le format
  • La finesse des mécanismes
  • Le renouvellement tactique
  • Une durée de partie paramètrable

Que faut-il oublier ?

  • Réservé à un public qui aime les jeux d'affrontement

Acheter Orcs vs. Elves en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Orcs vs. Elves sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !