75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : La bataille des étoiles
La bataille des étoiles >

Critique du Film : La bataille des étoiles

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 24 juin 2011 à 2337

Bolognaise Zombie from Outer Space


L’humanité est menacée d’extinction ! Abrités dans leur astéroïde en polystyrène, aidés par un gigantesque ordinateur Playschool, des zombies momifiés aux faciès de pizza bolognaise s’apprêtent à jouer les profanateurs de sépulture en s’emparant des corps de leur victimes terriennes. Les seuls à pouvoir les arrêter semblent être des astronautes en pyjamas et bonnets de bain, supportés par des militaires portant des salopettes de peintre en bâtiment et des bottes en caoutchouc. Autant dire que l’affaire est mal engagée. C’est alors que des renforts inattendus arrivent de la planète Galimède : un père et son enfant robot, qui détiennent une arme surpuissante : une boule de sapin de Noël à rayon sonique !

La bataille des étoiles est peut-être l’opus le plus connu d’une série de cinq films de space opera tournés «  in a row » par Al Bradley (alias Alfonso Brescia) à la fin des années 70. Tous tournés dans les mêmes décors, avec les mêmes costumes, les mêmes acteurs et des scénarii à peine renouvelés, ces films ont comme autre point commun une nullité totalement assumée. Maquillages pourris, panoplies de schtroumpfs, matte-painting à la truelle, décors de carton-pâte, dialogues débiles, musique synthé Bontempi et montage bricolé sont donc au menu de toutes ces productions ultra ringardes qui surfaient sur le succès de Star Wars et qui, aujourd’hui, frôlent le surréalisme. Le seul à se démarquer un peu du groupe est La bestia nello spazio, par son aspect érotique (le film s’inspire de La Bête de Walerian Borowczyk).

Même s’il ne manque pas de passages dialogués très chiants (l’amourette entre Mike et Diana), La bataille des étoiles vaut assurément le coup d’œil. Son visionnage est même un moment jouissif, presque un cérémonial, pour tout amateur de nanars. C’est simple, pour se faire une idée du ridicule des accessoires utilisées dans ce film (et les autres), il suffit de savoir que, en comparaison, les vieilles séries Star Trek ou Cosmos 1999 peuvent être considérées comme high tech. Cette esthétique kitch et fauchée, Brescia l’assume totalement et pourrait presque nous faire passer son bricolage cheap pour de l’art. La palme du grotesque revient sans doute à Azar, l’enfant-robot de Galimède, au look évoquant la tenue de scène de Boney M et recouvert de maquillage argenté. Armé d’une boule en plastique, le gamin, à grands renforts de pauses ridicules, élimine les Gonianes (de la planète Gonian !) en les faisant disparaître – Zip ! Boing ! - comme par magie.

Mais bon, tout est ridicule. Le métrage n’est qu’une succession d’effets spéciaux cheap (avec des sorties dans l’espace réalisées mettant en vedette des comédiens suspendus à des fils et incrustés sur fond bleu) impliquant des maquettes de vaisseau rudimentaires ou des personnages portant des panoplies risibles (allant du pyjama style Star Trek à la tenue d’astronaute bricolée avec un aquarium, un sac à dos et un combinaison de pilote de rallye). De plus, la misère technique n’est pas sauvée par le script, qui réussit la performance de marier débilité, incohérences et ellipses plus qu’osées, et la réalisation qui n’arrive jamais à nous proposer quelque chose de surprenant (si l’on met coté l’aspect ridicule, parfois sidéral, euh, sidérant).

Par contre, si vous êtes un amateur de cinéma bis transalpins, il y a de grandes chances que vous appréciez La bataille des étoiles. Son casting est en effet très riche en icônes du genre. Ainsi, même si la célèbre Malisa Longo n’a qu’un tout petit rôle dans ce volet, le connaisseur pourra y reconnaître dans les rôles principaux, John Richardson (qu’on ne présente plus !), la jolie Yanti Somer (vue notamment dans Trinita), Aldo Canti (plus connu sous le pseudo de Nick Jordan) et Vassili Karis (Ursus l’invincible, les films Sabata…). Bref, une sacrée galerie de monstres du bis qui, coiffés de bonnets de bain en caoutchouc, nous amusent à grands coups de répliques stupides et d’actes héroïques tournées avec les pieds.

Pour finir, un petit mot affectueux sur Alfonso Brescia, mal-aimé du cinéma italien. On a tendance, à mon humble avis, à trop oublier ce réalisateur touche-à-tout qui a traversé sans faire de vague quarante ans de cinéma transalpin. Certes, on peut lui reprocher d’avoir manqué de personnalité et, parfois, d’exigence.. Alfonso Brescia était ce que l’on appelle aujourd’hui à Hollywood un yes-man, c'est-à-dire un faiseur fiable qui a la confiance des producteurs car ne dépassant que rarement les limites budgétaires. Cependant, parmi la cinquantaine de films qu’il a signé entre le début des années 60 et le milieu des années 90 (le cinéaste nous a quitté en 2001), certains affichent un respectable niveau de qualité dans des genres aussi divers que le peplum (La révolte des prétoriens – 1964), le film de guerre (Dans l’enfer des sables – 1969) ou le western (Furie au Missouri -1967).  La bataille des étoiles n’est certainement pas son meilleur film, mais il a le mérite de pouvoir faire que l’on parle de lui sur Scifi Universe.

La conclusion de

Il y a de fortes chances que le spectateur contemporain reste perplexe à la vision de La bataille des étoiles. Il faut dire que ce film de space opera était déjà complètement ringard en 1977, année de sa sortie dans les salles transalpines. Plus de trente plus tard, il apparaît comme un spectacle si nul qu’il en devient surréaliste. La bataille des étoiles, c’est le must du nanar, le parangon du nawak kitch, l’œuvre que tout cinéphage amateur de bis italien se doit d’avoir vu.

Que faut-il en retenir ?

  • Un nanar, un pur, un vrai
  • Un casting d’icones du genre
  • Pour le amateurs de cinéma kitch

Que faut-il oublier ?

  • Une réalisation fauchée
  • Un scénario débile et mal écrit
  • Des effets spéciaux ridicules
  • Des décors et des costumes de pacotille

Acheter La bataille des étoiles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La bataille des étoiles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+