75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Dragon Celeste
Dragon Celeste >

Critique de la Bande Dessinée : Dragon Celeste

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 13 mars 2011 à 1947

Complot à Hong Kong

« Le vaisseau alien est arrivé, il y a 8 ans, un peu avant minuit. Il ne nous reste qu'un souvenir imprécis des premières minutes. Un flou orangé gravé sur les rétines et les cartes mémoire. Ensuite, chacun a répandu sa version d'une nouvelle légende urbaine, plus folle et colorée que la précédente... »


Durant cette période faite d'inconnu et d'incertitude, l'amiral Tsao avait fait abattre un avion de ligne, détourné par des terroristes, qui menaçait de s'écraser sur Hong Kong. Pour en sauver des millers, 214 personnes furent tuées. Peu de temps après, Lo Tsao qui semble-t-il n'a pas su vivre avec cette responsabilité, mis fin à ses jours. Jonah Bao, alias « Spyder », agent au HK3, va cependant bientôt découvrir que l'histoire entourant ce drame est bien plus complexe et que quelques secrets ont été savamment gardés.


Après la très bonne première impression laissée par le premier « Spyder » Sébastien Latour nous dévoile, deux mois après, la suite des aventures de Jonah Bao. Ne croyez pas pour autant que le dessinateur et le scénariste ont fait ça en quelques jours. Tout d’abord, cette fois-ci, on ne trouve plus Mr Fab au trait, ensuite, cette seconde histoire était écrite depuis bien longtemps. D'ailleurs, en cas de succès, Sébastien Latour travaille sur une nouvelle « saison » pour 2012 (deux autres opus, prévus pour paraitre cette année, sont déjà en stock). Si, comme sur le premier tome, l'album se lit comme un « one-shot », il renforce également la mythologie créée autour du vaisseau alien en, d'une part, renforçant les interrogations pesant autour de lui, mais aussi autour de la politique humaine concernant cette nouvelle technologie.

Spyder tome 2 extrait

Le scénariste parvient à nous captiver durant 48 pages, au cours desquelles on a l'impression de suivre une aventure digne des meilleurs James Bond, mais dans un univers qui apparaît complexe, créé avec une richesse qui tend à prouver qu'à chaque aventure l’on aura le droit a quelque chose de nouveau, mais en concordance avec le reste. Tout juste peut-on reprocher un découpage plutôt confus sur la dernière séquence d'action (page 46 et 47), à moins que cette défaillance soit dû à des dessinateurs qui n'auraient pas réussi à maîtriser parfaitement les angles de vue dans cette ultime confrontation ?

Visuellement le dessin se montre à la fois de grande qualité, mais non pas sans quelques faiblesses parfois ennuyeuses. Fréquemment, le lecteur est tenté de s’attarder longuement sur des planches entières, en raison des multiples petits détails présents dans une case, de même qu’il est très facile d’apprécier les choix pris dans la variété des angles. Il ne faut pas oublier non plus de signaler le travail autour des couleurs, qui confèrent une très belle ambiance et mettent très bien en avant le dessin. Afif Khaled et Jérôme Lothelier, aidés par Manchu pour le design des décors et par Didier Cassegrain pour le design des personnages, ont donc livré un album – presque- visuellement somptueux. Pourquoi « presque » ? Et bien, au-delà des problèmes concernant les deux planches mentionnées plus haut, force est de dire que, par moment, il nait une confusion visuelle assez dérangeante entre Jonah Bao (le héros) et le colonel Kan (le méchant). Confusion que l'on mettra principalement sur le compte d’une morphologie assez similaire et d'une coupe de cheveux quasi identique (seul un bouc semble différencier l'un de l'autre). Enfin, à noter aussi que, par moment, on a l'impression que Didier Cassegrain a participé activement à l'album tant certains angles « spécifiques » semblent porter la patte du dessinateur (en pense souvent à l'excellent code McCallum).

La conclusion de

Spyder tome 2 ne déçoit pas, au contraire, il renforce les bonnes impressions laissées par le premier tome. Les fans d'espionnages et de science-fiction devraient être aux anges tant l'univers décrit se montre passionnant, qui fait que la lecture ne s’avère jamais ennuyeuse. On attend donc impatiemment les tomes 3 et 4 qui devraient débarquer cette année.

Que faut-il en retenir ?

  • Une histoire prenante,
  • un univers qui s'annonce passionnant,
  • un dessin plutôt agréable.

Que faut-il oublier ?

  • quelques passages confus.

Acheter Dragon Celeste en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dragon Celeste sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Spyder

En savoir plus sur l'oeuvre Spyder