75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Freak Angels, volume 1
Freak Angels, volume 1 >

Critique de la Bande Dessinée : Freak Angels, volume 1

Avis critique rédigé par Nicolas W. le mardi 22 février 2011 à 1651

Des anges pas comme les autres

"Il y a une fille avec un gros fusil qui se balade dans la rue en hurlant qu'elle cherche la famille de Mark. Apparemment, Mark aurait tué ses frères à Manchester."

Warren Ellis a beaucoup travaillé pour DC, que se soit dans leur collection Vertigo avec sa formidable série Transmetropolitan (critiqué ici) ou la collection Wildstorm pour l'excellent Planetary (critiqué ) et le divertissement Global Frequency (critiqué ici et ). Le scénariste anglais n'en a pas moins oeuvré pour d'autres éditeurs tels qu'Apparat ou encore Avatar Press. On connaissait déjà Black Summer (critique ) ou No Hero (critiqué ici), mais Ellis revient avec une série en 6 tomes d'abord popularisée sous forme de webcomics, et publiée enfin chez nous par Le Lombard. Accompagné par le nouveau venu Paul Duffield au dessin, le Britannique nous présente ses Freak angels.

Pour cette nouvelle aventure science-fictive, nous nous retrouvons dans un Londres envahi par la Tamise et complètement à l'abandon. Vingt-trois ans auparavant, douze enfants étranges sont nés au même moment. Dix-sept ans plus tard, le monde a pris fin. Dans le quartier de Whitechapel, une petite communauté s'est formée tout en tentant de protéger et d'aider d'autres survivants. Au nombre de onze, ces individus forment le gang des Freak Angels. En arrivant pour se venger d'un des membres du clan, Alice va découvrir les formidables pouvoirs de ces étranges jeunes gens.

Deux éléments surprennent dans cette nouvelle série. D'abord, le dessin de Paul Duffield. Celui-ci lorgne clairement du côté du manga avec des visages assez typiques de cette école - sans tomber néanmoins dans le ridicule - tout en faisant évoluer les personnages dans un environnement londonien désert du plus bel effet. C'est donc un pari assez risqué pour un comic book. L'autre surprise, c'est la lenteur du récit. Warren Ellis prend tout son temps pour planter le décor et installer ses protagonistes. Si bien que ce premier volume n'est guère consacré qu'à présenter les Freak angels, à esquisser le monde dans lequel ils évoluent et à y introduire quelques éléments perturbateurs mineurs en fin d'ouvrage. Si l'on excepte la jeune Alice, tous les acteurs de ce tome appartiennent aux Freak angels. On découvre assez vite qu'ils sont au nombre de douze mais que seuls onze demeurent à Whitechapel, et surtout qu'ils disposent de pouvoirs télépathiques très puissants. Ellis affiche un talent consommé pour dresser des portraits forts et bâtir une galerie aux caractères bien dissemblables. Evidemment, le gros risque d'introduire une dizaine d'individus sur cent cinquante pages, c'est de perdre le lecteur. Fort heureusement, l'Anglais, bien aidé par le coup de crayon de Duffield, arrive très bien à les faire tous exister. On notera surtout le personnage d'Arkady, une intriguante jeune femme qui dispose d'une puissance supérieure aux autres et un tempérament des plus rafraichissants. Nul doute que d'autres s'affirmeront dans les volumes à venir.

Il reste pourtant bien des points à aborder à Ellis. On reste dans un certain flou quant au pourquoi de l'apocalypse qui s'est abattue sur le monde ou le pourquoi du bannissement de Mark, le douzième Freak Angels. Cette longue mise en place laisse un arrière-gout d'inachevé dans la bouche du lecteur et l'on espère davantage d'action par la suite. En attendant, on pourra toujours se délecter de personnages hauts en couleur et du ton impertinent du scénariste britannique.

"Tu t'inquiètes trop.

Il faut bien que quelqu'un le fasse. KK baise les semi-humains de Lambeth, Connor ramène des nécessiteux et des paumés, Sirkka commet des crimes contre la nature... Kirk passe sa vie dans sa tour, Karl porte un chapeau d'étain et parle à ses fraises. Et ce n'est que la moitié d'entre nous."

Remerciement à Amandine V. pour la relecture.

La conclusion de

Premier volet d'une série de six tomes, cet opus de Freak Angels installe une foule de protagonistes tout en esquissant un monde ravagé par un obscur cataclysme. Pour décider de la qualité de l'entreprise de Warren Ellis, il va falloir attendre les prochaines tribulations du gang de Whitechapel.

Que faut-il en retenir ?

  • Une excellente galerie de personnages
  • Un monde bien mystérieux
  • Arkady
  • Un peu d'action vers la fin
  • Un dessin surprenant

Que faut-il oublier ?

  • Un récit très (trop ?) lent
  • Une simple mise en place

Acheter Freak Angels, volume 1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Freak Angels, volume 1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Freak angels

En savoir plus sur l'oeuvre Freak angels