75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les Yeux de Julia >

Critique du Film : Les Yeux de Julia

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 31 décembre 2010 à 10:22

Le film que l’on devine assez clairement

Les films jouant sur la peur du noir, ou plus simplement autour d'aveugles persécutés par un pervers, n’appartiennent pas à un genre nouveau. Cependant, la simple mention d’un « Guillermo Del Torro présente » laisse présager, du moins dans mon petit esprit, une sorte de gage de qualité (je me rappelle encore du très bon Orphelinat). Maintenant, est-ce bien une réalité ?

Le film prend place avec la mort de la pauvre Sara. Cette dernière, aveugle, se trouve persécutée par une « ombre » qui ira jusqu’à la pousser à se pendre. Au même moment, à des kilomètres de là, sa soeur jumelle, Julia, se met à éprouver comme un chamboulement. Julia devine instantanément que quelque chose est arrivé à sa sœurette. Ne mettant nullement en doute sa perception, elle se rend donc avec son mari jusqu’à la demeure de celle-ci. Si les autorités du coin concluent bien évidemment au suicide, Julia de son côté ne l’entend pas ainsi et va mener sa petite enquête. La pression aura cependant pour conséquence d’accélérer sa maladie des yeux, le même syndrome qui conduisit sa jumelle à la cécité.

Les yeux de Julia

Durant les trente premières minutes, si l’on oublie le postulat assez maladroit, et surtout cliché, du « nous sommes des sœurs jumelles nous sommes pareilles et ressentons les mêmes choses », la réalisation de Guillem Morales, aidé en cela par la photographie très convenable de Oscar Faura, fait plutôt illusion. Passé ce temps, il est difficile de ne pas voir clair dans l’intrigue écrite par Oriol Paulo et Guillem Morales. On devinera ainsi très rapidement la fin, mais aussi toutes les potentielles fausses pistes et autres péripéties qui interviendront, surtout que le réalisateur, cherchant une mise en image bien particulière et « minutieuse », sans le vouloir, appuie le côté stéréotypé du scénario. L’idée de Guillem Morales consiste à dissimuler le visage du tueur, du moins de le « flouter » ou de le cadrer au niveau du menton, rendant le spectateur aussi aveugle que le personnage principal. Le concept aurait pu et dû fonctionner s’il avait appliqué ce concept à chaque personne croisée, mais comme ce n’est pas le cas, on remarquera très vite l’identité de celui qu’on était censé ne pas voir. Il faudrait  donc être un véritable novice de ce type de ce cinéma pour avoir, ne serait-ce qu’une seconde, une moindre surprise.

De plus, si le film est traité par des tons et ambiances fantastiques, il n'est au final qu’un simple thriller, et là aussi on peut être assez surpris d’un tel traitement alors qu’il ne correspond pas forcément au sujet.

Les yeux de Julia image 2

Pourtant, si on enlève ce gros problème d’écriture (et d’intrigue ?), l’aspect technique et surtout le jeu des acteurs ne sont pas déplaisants. Belen Rueda (le Pacte du mal) et Lluís Homar (Caótica Ana) forment un assez beau couple et arrivent, lorsqu’ils sont ensemble, à nous faire oublier à la fois les maladresses du script et même insuffler au métrage une sorte d’émotion. De plus, il y a bien quelques scènes assez « glauques » ou « amusantes » (à décider selon votre état d’esprit) qui peuvent interpeller, comme la séquence ou une seringue vient à s’avancer très lentement vers un oeil pour le percer. Hélas, ces séquences demeurent trop rares pour faire oublier là encore les faiblesses du scénario.

40

Il est très difficile de ne pas s’ennuyer une fois passées les trente premières minutes du film. Bien que l’aspect « technique » des yeux de Julia soit globalement de bonne facture, l’histoire nous assomme par son assemblage de clichés et de prévisibilités, qui finissent simplement par nous mettre K.O. Le film ayant en plus l’ambition de se la jouer « ambiance et retournement de situations », autant dire qu’il se rétame sacrément bien.

Critique de publiée le 31 décembre 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Une photographie classique, mais correcte,
  • Le bon jeu des acteurs,
  • Quelques moments efficaces.

Que faut-il oublier ?

  • Rarement vu autant de clichés dans un seul film,
  • Beaucoup de maladresse autour du scénario,
  • On s’ennuie assez vite.

Acheter Les Yeux de Julia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Yeux de Julia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !