75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Légendes en exil >

Critique de la Bande Dessinée : Légendes en exil

Avis critique rédigé par Nicolas W. le samedi 20 novembre 2010 à 16:08

Meurtre au pays des contes de fées

"Si les communs comptent sur leur gouvernement pour résoudre leurs problèmes, dans la société des Fables, nous attendons de vous que vous preniez votre vie en main. Notre seul souci dans votre cas, c'est que vous enfreignez notre loi la plus vitale : aucun fable ne doit, par son action ou son inaction, révéler notre nature magique au monde commun."

Prix Will Eisner de la meilleure histoire publiée sous forme de feuilleton 2003 - Prix Will Eisner meilleur artiste de couverture pour James Jean

Un terrible crime vient de se produire. Rose rouge, la sœur de blanche-neige a été sauvagement assassinée. Après avoir appris la nouvelle, Bigby Wolf (le grand méchant loup) mène l'enquête. Fableville est en ébullition. Qui de Barbe bleue, Jack ou Blanche-neige a tué Rose rouge, et surtout pourquoi ?

En 2002, une nouvelle série Vertigo débarque aux Etats-Unis. Aux commandes de celle-ci, le scénariste Bill Willingham et le dessinateur Lan Medina, le tout encré par Steve Leialoha. Centrée sur les personnages de notre enfance - Blanche-neige, le grand méchant loup ou encore le prince charmant -, elle se positionne dans le ton adulte auquel nous a habitué le label DC. Le comics rencontre immédiatement un grand succès si bien que nous en sommes aujourd'hui au numéro quatre-vingt treize en VO et au onzième tome VF. Il est donc grand temps de s'intéresser à ces Légendes en exil...

Bienvenue à Fableville.
En plein cœur de New-York et des gens du communs, les héros et héroïnes des plus fameux contes de notre enfance se sont refugiés suite à leur exclusion des Royaumes par l'Adversaire. Le lecteur s'immisce dans ce monde au moment même où un crime horrible a été commis sur la sœur de Blanche-Neige, Rose Rouge. D'emblée on nous présente quelques personnages célèbres comme le grand méchant loup, shérif de Fableville (et qui a l'apparence humaine, merci la magie !) ou encore Jack, le fameux garçon des haricots magiques. Au fur et à mesure de l'histoire, on fait la connaissance d'une version un tantinet plus adulte de nos icônes d'antan : le prince charmant, coureur de jupons invétérés, Colin, un des trois petits cochons qui verse dans la boisson ou encore Barbe Bleue, riche repenti au passé de serial killer. Vous l'aurez compris, les fables ne sont plus ce qu'elles étaient. On en apprendra aussi bien plus sur ce qui est advenu après le fameux "Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Des choses pour le moins... étonnantes.

Talon d'Achille de ce premier tome, la trame principale qui renvoie aux enquêtes policières style Sherlock Holmes, quand bien même l'auteur n'en fait pas mystère et s'en moque ouvertement. Les péripéties s'avèrent donc classiques mais toujours sympathiques. Sans être mauvais, on aurait voulu un récit plus audacieux. Et cette audace, c'est dans le monde de Fables qu'on la retrouve. Willingham bâtît un univers au potentiel énorme. On découvre la guerre qui opposa les Fables aux armées de l'Adversaire mais aussi l'organisation qu'il leur a fallu pour cohabiter avec les mortels. Le point fort de ce récit c'est le choix de Willingham de ne pas se lancer dans une caricature de notre société ou une critique à la Alan Moore par le prisme de la fiction (On pensera forcément à Filles perdues). L'américain prend le parti d'aborder l'histoire avec un grand sérieux (ce qui ne veut pas dire que l'humour en est absent, au contraire) pour poser les bases d'un monde crédible et qui présente un immense potentiel créatif sur la durée. En outre, et même si Légendes en exil s'affirme comme une histoire complète avec un "Il était une fois" et une fin, de nombreuses pistes restent à explorer. On pense notamment à la nature de l'Adversaire mais surtout à l'autre partie des Fables qui ont choisi de vivre dans le monde humain sous leur forme animal. Ceux-ci restent dans une mystérieuse Ferme et on a bien hâte de découvrir ce nouvel endroit... Enfin, la qualité des planches de Lan Medina conjugué à l'excellent encrage de Steve Leialoha ainsi qu'aux magnifiques couvertures de James Jean, font définitivement chavirer le cœur du lecteur pour ce conte pas comme les autres.

Mentionnons également un court texte de Bill Willingham, "Un loup dans la bergerie", qui conclut ce volume et qui s'avère tout à fait excellent. Raison de plus pour surveiller de près la parution de Peter & Max chez Bragelonne...

"En logeant ici, je suis devenu le symbole de ta rédemption définitive. Qui peut douter de ton repentir si l'un de tes vieux ennemis, un succulent cochon, dort chez toi sans craindre pour ses jarrets ? Et puis je déteste la Ferme. Je suis un cochon des villes. J'aime le raffinement."

80

Tome d'introduction à l'histoire sympathique mais classique, Légendes en exil se doit de retenir votre attention. Avec cette série, Bill Willingham aborde notre enfance et remet nos héros au gout du jour. Mais surtout, il nous laisse entrevoir un univers d'une extrême richesse et au potentiel narratif fabuleux. Le second tome intitulé La Ferme des Animaux devrait naturellement venir confirmer toutes ces belles promesses.

Critique de publiée le 20 novembre 2010.

Que faut-il en retenir ?

  • Des personnages succulents
  • L'originalité de l'univers
  • Le potentiel de l'oeuvre
  • Le ton adulte
  • Le dessin et les couvertures
  • L'encrage

Que faut-il oublier ?

  • Une trame policière classique

Acheter Légendes en exil en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Légendes en exil sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !