75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Altitude
Altitude >

Critique du Film : Altitude

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 29 octobre 2010 à 1619

Bienvenue sur Air Cthulhu

Comme la jeune Sara vient d'obtenir son brevet de pilote, cinq amis louent un petit avion pour se rendre à un concert. En cours de vol, ils sont pris dans un étrange orage qui met hors service tous les instruments de bord. Cédant peu à peu à la panique, les passagers vont définitivement sombrer dans la terreur quand ils vont se rendre compte qu'une gigantesque créature tentaculaire les menace...

90210 Beverly Hills s'envoie en l'air. Cinq clichés dans un avion. Bienvenu sur Fashion Addict Airways. Dans cet appareil parfumé au Lolita Lempika, c'est Sara qui tient le manche. Elle est mignonne, intelligente et a pour particularité d'avoir perdu sa mère, également pilote, dans un accident aérien. Bruce, c'est son petit copain un peu geek et timide, il est amoureux de Sara mais cette dernière ne ressent pas les mêmes sentiments à son égard (aïe). Mel est la copine de Sara, une blonde sympa, un peu crétine, filmant en permanence avec sa caméra amateur (archi mal réglée si l'on en croit les passages en camera subjective), ce qui a le don d'agacer tout le monde, y compris le spectateur. Cory est le cousin de Sara, un type vachement cool, aussi doué avec un grappin qu'avec une guitare. Le genre de mec trop parfait pour être honnête. Enfin, reste Sal (type), le sportif universitaire, l'attardé mental à l'humour pipi-caca qui s'amuse à persécuter les plus faibles que lui. Vous vous demandez comment des individus aussi différents peuvent se retrouver réunis dans 10m²? Vous n'êtes pas les seuls, rassurez-vous...

Bref, tout ce beau monde se retrouve dans l'avion. L'on a alors droit à un incident mécanique (un écrou qui, apparemment, n'a aucune autre utilité que servir le scénario) qui bloque la gouverne de l'appareil. Il finit par dépasser l'altitude habituelle et il se retrouve plongé au cœur d'un inquiétant nuage noir. Les passagers perdus dans le ciel, leurs liens sociaux et affectifs commencent à se désagréger, d'autant plus qu'ils ne sont pas véritablement des amis (sans blague?). Un véritable tsunami de poncifs où chacun envoie la responsabilité de la situation sur autrui (principalement sur Sara, bien sûr). On s'engueule et on éructe des insanités; la blonde pique une crise d'hystérie, avale une tonne de cachets et tombe dans le coaltar et bavant comme un bulldog;  le connard, qui a bu plus que de raison, passe ses nerfs sur Bruce - pauvre gars déjà bien éprouvé par sa peur viscérale de l'avion - et le mariachi alpiniste, accusé d'échanger des regards équivoques avec sa copine Mel. Enfin, Sara, entre deux crises de larmes, tente de calmer tout le monde tout en expliquant à son futur-ex-boyfriend qu'il n'était qu'un bon coup de passage. Bref, une bonne heure d'engueulades dans une ambiance délétère qui, malgré tous les efforts d'un casting finalement assez performant (mention spéciale à Jessica Lowndes, plutôt convaincante dans le rôle de Sara), finit par devenir assez rébarbative, surtout que la plupart des ressentiments sont fondés sur des histoires de post-ados en explosion hormonale.

Le film commence à prendre une tournure plus énergique quand l'un des jeunes décide de sortir pour tenter de débloquer manuellement la gouverne. Enfin, plus précisément en filant des coups de pied dans les volets. La séquence qui s'en suit, pas trop mal réalisée et doté d'effets spéciaux corrects (même si à 20,000 pieds, avec une température extérieure de -30°C, c'est aussi crédible que si l'on assistait à un hippopotame en tutu rose dans un exercice de funambule), va faire monter la tension d'un cran. Puis intervient alors la créature, un gigantesque monstre cthulhien (une marionnette assez marrante que l'on croirait sortie d'un comic book - attention, ceci est un indice) qui va s'en prendre à l'avion sans faire montre d'une grande habileté dans l'usage de ses tentacules. Parmi ses descriptifs de l'Innommable, pourtant riches en qualificatifs, Howard Phillips Lovecraft a omis d'ajouter arthritique... il a eu tort. Bref, on espère, à ce moment là, voir le film se montrer un peu plus horrifique mais étant donné que deux des passagers ont déjà disparu, le film va accuser un bon déficit dans le domaine du spectaculaire... d'autant plus que la réalisation, très télévisuelle, ne brille pas par son dynamisme.

Plus sympa est l'explication des évènements. Une révélation qui nous embarque tout droit dans une ambiance à La Quatrieme Dimension et qui nous encourage à penser que, en s'étirant sur une durée moindre, Altitude aurait pu se présenter comme un bon épisode de la célèbre série. Bon, il est vrai que si l'on se penche cinq minutes sur les circonstances amenant ces phénomènes mêlant parapsychologie et espace-temps (notamment sur l'absence de précédents) cet élément scénaristique, correspondant à la clé de l'énigme, est absolument incohérent et tiré par les cheveux mais Kaare Andrews (un dessinateur de comic books - ceci est un nouvel indice) a le mérite d'amener le film sur des sentiers plus subtils que ceux régulièrement empruntés par ce type de productions. Ce qui n'est déjà pas si mal et mérite d'être signalé. 

La conclusion de

Personnages clichés, récit chiant pendant une bonne partie du métrage, dialogues sans intérêt, Altitude pourrait être l'une de ces sombres bouses régulièrement diffusées sur les chaines câblées. Heureusement, la dernière demi-heure se montre plus sympathique, avec une révélation très pulp, et la vision d'un monstre lovecraftien assez rigolo. Cela ne suffit pas pour faire du film de Kaare Andrews une œuvre captivante mais cela contribue à rendre son visionnage supportable.

Que faut-il en retenir ?

  • Casting appliqué
  • Un monstre assez marrant
  • Une ambiance Quatrième Dimension

Que faut-il oublier ?

  • Une premiere heure rébarbative
  • Dialogues vides d'interet
  • Personnages clichés
  • Effets spéciaux cheap

Acheter Altitude en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Altitude sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+