75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Le Nom du vent
Le Nom du vent >

Critique du Roman : Le Nom du vent

Avis critique rédigé par Clément D. le vendredi 5 mars 2010 à 1710

Un premier roman de grande envergure !

Il y a par moments des livres qui arrivent à faire évoluer un genre, à l’amener vers d’autres horizons. Le Nom du vent fait partie de ses ovnis dignes d’être décortiqués à chaque page, chaque ligne, chaque mot.

Il me tient de vous prévenir que si vous êtes à la recherche d’orcs, d’elfes ou trolls, arrêtez-vous de lire ceci et passez votre chemin. Si vous êtes par contre à la recherche d’un roman frais, bienvenue. Le Nom du Vent se veut digne des plus beaux romans d’apprentissages et nous fait suivre la première partie des aventures de Kvothe : son éducation, son entrée à l’Université à un âge précoce et ses multiples péripéties, drames, qu’a connus sa jeunesse.

Le récit est construit d’une manière classique, à l’aide d’un schéma souvent utilisé et plus particulièrement au cinéma : le début du livre voit Kvothe d’un certains âge dictant son histoire à un scribe. Et donc au lecteur. Et ne vous attendez-pas à un récit avec un héros pompeux, sans défauts. Kvothe est jeune et ça entraîne les bons et mauvais côtés de la jeunesse.

En effet, la jeunesse est sans hésitation le thème central de cette première partie des Chroniques du Tueur de Roi. On pourra suivre comme dit plus haut, les aventures de Kvothe dans une Université digne de Poudlard. Il va y rencontrer des amis, des détracteurs mais il aura aussi droit à des professeurs qui ne pourront le supporter à cause de ces talents…

Mais là s’arrête mon énumération de ce que vous pourrez entrevoir de ce chef d’œuvre. Le Nom du vent est un de ces romans qui arrive à vous faire transmettre des émotions, à vous faire verser quelques larmes, à vous faire retrouver votre âme d’enfance. Et la musique n’y est certainement pas pour rien dans cette capacité puisque le héros se veut un virtuose musical et Rothfuss y inclus quelques poèmes. Par exemple, un des plus beaux passages du livre est en relation avec la musique… Dans une auberge.
Cette auberge va lui valoir ces plaisirs solitaires, ceux qu’on a tous connu. Et pour transmettre son récit, Rothfuss a un véritable talent de conteur, une écriture qui vous aspire dans le tourbillon de mots du livre et ne vous laisse repartir que lorsque l’aventure se termine. Une plume légère, qui se veut assez extérieure à toute référence. Et c’est ce talent de conteur qui est merveilleux parce que des batailles il y en a peu dans ce roman, mais l’auteur préfère jouer sur les sentiments sans tomber trop facilement dans le pathos.

Mais cela ne serait qu’un détail sans le monde qu’a crée Patrick Rothfuss pour faire vivre ses personnages. Depuis son enfance il y travaille et quand les chroniques seront achevées il continuera à faire progresser de nouveaux personnages dans son univers qu’il a élaboré. Une langue a été inventée, une religion, une histoire, une géographie, une culture. Tout a été pensé, rien n’a été mis en retrait, on est devant un véritable travail de titan.

Pour son premier roman, l’auteur fait quand même des erreurs, qu’on peut qualifier d’inévitables pour une première œuvre. De petits moments de creux, des personnages secondaires qui manquent un peu de profondeur et de charisme à des exceptions prêts même si il y a du potentiel pour la suite. Mais cela est vraiment l’aiguille dans la motte de foin. Il y a mais ça ne gêne pas.
En tout cas, on ne peut qu’être émerveillé par cette aventure et on attend ce que l’auteur nous réservé pour la suite, prévue pour 2010 pour la version originale.

La conclusion de

Le Nom du Vent est une expérience exceptionnelle qui mérite d’être vécue tant par sa fraîcheur que son originalité. Et il permet de mettre en avant un auteur qui risque de devenir rapidement un pionner de la fantasy : Patrick Rothfuss.

Que faut-il en retenir ?

  • Un univers façonné et homogène
  • Une écriture simple mais efficace
  • De la fantasy sans orcs, ça fait du bien !

Que faut-il oublier ?

  • Personnages secondaires manquent de relief
  • Une première partie trop longue

Acheter Le Nom du vent en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Nom du vent sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+