75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Dragons d'un crépuscule d'automne
Dragons d'un crépuscule d'automne >

Critique de la Bande Dessinée : Dragons d'un crépuscule d'automne

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 30 octobre 2009 à 1351

Une interessante approche du célèbre cycle

Dragons d’un crépuscule d’automne, premier épisode du cycle de Dragonlance, est le premier Milady Graphics que je tiens dans mes mains. Cette nouvelle collection, dirigée par l’équipe de Bragelonne, propose une retranscription graphique des grands classiques de la fantasy et de la littérature graphique, dont la fameuse quête des Lances Dragons, pilier de la fantasy ludique.

Scénarisé par Andew Dabb, le récit de cet ouvrage de 190 pages colle presque, séquence pour séquence, au roman de Margaret Weis et Tracy Hickman. On ne va d’ailleurs pas s’en plaindre. Le découpage est de plus plutôt bon, présentant un peu plus de dynamique que le rythme du roman, de structure classique et pouvant apparaître aujourd’hui comme un peu trop posé.

Pour ceux qui ne connaîtrait pas l’univers des Dragonlance (et que j’encourage à découvrir à travers l’excellente réédition de Milady), sachez que les personnages principaux, des héros dans le sens littéral du terme, doivent retrouver un ancien artefact afin de contrecarrer les plans hégémoniques de forces de Mal. Si vous désirez en savoir plus, je vous invite à consulter ma critique du roman, publiée il y a peu.

Parlons maintenant des graphismes. Comme je le disais plus haut, le découpage d’Andrew Dabb est plutôt bon. Par contre, en ce concerne les dessins, je serai moins enthousiaste, surtout si je les compare aux magnifiques illustrations de Larry Elmore ou Keith Parkinson (parues dans les années 80). Attention, je ne veux pas dire par là que le travail est mauvais, mais juste qu’il est commun, un peu trop vide de personnalité. On se situe là dans le domaine de l’illustration comic, aux gros plans nettement plus travaillés que les plans d’ensemble, et les couleurs numériques un peu trop tranchées n’arrangent pas réellement les choses.

Reste que le récit est agréable à suivre, que les personnages respirent bien l’atmosphère voulue par Weis et Hickman et que l’on n’a pas du tout l’impression de se plonger dans une version pervertie de l’univers des Dragonlance. Je serai même tenté de conseiller ce comic à des jeunes lecteurs, presque persuadé que sa lecture en encouragerait un grand nombre à se pencher sur le roman (par ailleurs très aisé à lire).

La conclusion de

Je conclurai ma critique en précisant que, malgré des dessins de qualité moyenne, avec ses 190 pages pour seulement 9.90€, Dragons des Crépuscules d’Automne présente un bon rapport qualité-prix. Le récit présenté par Andrew Dabb est très fidèle au roman – ce qui est une appréciable marque de respect – et se trouve même un peu plus rythmée que sa version littéraire. Malgré que je connaisse son intrigue par cœur, j’ai passé un agréable moment en lisant cet ouvrage.

Que faut-il en retenir ?

  • Une retranscription fidèle
  • Un scénario bien rythmé
  • Un récit classique mais agréable à suivre

Que faut-il oublier ?

  • Des dessins inégaux, souvent moyens

Acheter Dragons d'un crépuscule d'automne en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dragons d'un crépuscule d'automne sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dragonlance

En savoir plus sur l'oeuvre Dragonlance