75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Dragons d'un crépuscule d'automne >

Critique de la Bande Dessinée : Dragons d'un crépuscule d'automne

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 1 décembre 2009 à 15:37

Une adaptation fidèle, trop peut-être...

De tous les médiocres romans Donjons & Dragons édités dans les années quatre-vingt dix en France par les éditions Fleuve Noir, la saga Dragonlance est très certainement la seule qui ne mérite pas de sombrer dans les abîmes de l'oubli collectif. Non pas que l'ensemble des romans publiés aient été bons, loin de là, simplement elle bénéficiait de trois premiers ouvrages forts sympathiques, alliant un style d'écriture simple mais néanmoins correct avec une histoire dont le classicisme n'avait d'égal que l'efficacité. Et si la vingtaine d'opus suivant ne connaissent aujourd'hui, au mieux, que des souvenirs quelque peu honteux, les romans de Weis et Hickman ont quant à eux eut le droit à des rééditions, à une adaptations animée et, aujourd'hui, à une transposition en bande-dessinée sous le label Milady des éditions Bragelonne.

Et quelle adaptation ! En effet, en quelques cent quatre-vingt dix pages, la bande-dessinée colle au roman éponyme à la séquence près ! Presque aucune marge de manoeuvre n'a ainsi été prise par le scénariste Andrew Dabb, qui a visiblement décidé de ne pas s'éloigner de l'oeuvre littéraire ; de leur côté, Stefano Raffaele et Steve Kurth, tout en imposant un style comics, ont retranscrit assez fidèlement les mots de Margaret Weis et Tracy Hickman sous une forme graphique par ailleurs très qualitative. Le résultat final est donc extrêmement fidèle aux textes d'origine, trop, peut-être, pour pouvoir s'apprécier au delà de toute comparaison. En effet, parce qu'elle ne se différencie jamais du roman, la bd ne s'apparente finalement qu'à un produit de commande auquel il manque ce petit soupçon d'originalité qui aurait pu le sortir de l'ombre de l'oeuvre originale et, ce faisant, lui permettre d'exister pour lui-même.

Si les points forts des romans sont ainsi encore présents, notamment dans tout ce qui touche à la descriptions des divers personnage (outre leurs fonctions formelles, ceux-ci disposent de caractères forts et globalement bien plus travaillés que dans la majorité des romans de fantasy), le récit comporte ici malheureusement exactement les mêmes lacunes (scénario classique, méchants grotesques), et les dessins retranscrivent des descriptions vieilles de plus de vingt-cinq ans (certaines tenues sont d'un kitch franchement risible). Le tout s'avère relativement daté, et ne risque finalement de ne s'adresser qu'à celles et ceux qui ont d'ores et déjà mis les pieds dans l'univers littéraire créé par Weis et Hickman ; il n'est pas certain que les plus jeunes soient aussi cléments devant une histoire véhiculant somme toute autant de clichés qu'un Eragon.

Ne boudons néanmoins pas notre plaisir, car pour peu que l'on se prenne au jeu et que l'on daigne entrer dans l'histoire, le résultat final reste malgré tout plaisant à lire, et, qui plus est, d'un excellent rapport qualité-prix. Pour une petite dizaine d'euros, Dragon d'un crépuscule d'automne propose cent quatre-vingt dix pages totalement couleurs, format A5, éditées sur du papier glacé, qui rendent le tout plutôt agréable à lire. Le style graphique, très comics, tranche notamment avec celui des traditionnelles bande-dessinées européennes, offrant à l'histoire un rythme soutenu grâce à un découpage certes un tantinet fouillis, mais suffisamment bien pensé pour insuffler au tout une véritable dynamique. Le seul petit bémol, à ce niveau, viendrait de la colorisation, très industrielle, et dont les couleurs parfois trop vive renforcent le kitch de certaines vignettes.

65

Dragon d'un crépuscule d'automne est une transposition très fidèle du roman de Margaret Weis et Tracy Hickman, beaucoup trop, d'ailleurs, pour véritablement rendre hommage à l'oeuvre littéraire. Parce que scénariste et dessinateurs ont voulu coller de trop prêt au livre, ils ont malheureusement fini par involontairement renforcer l'aspect vieillot de l'histoire et le kitch de certains éléments, et ce parfois au détriment des aspects positifs du récit. Il en résulte que si celles et ceux coutumier de la trilogie originale y trouveront sans nul doute leur compte, il est tout de même peu probable que les néophytes accrochent à cet univers quelque peu daté. Un peu de de nouveautés et d'originalités dans cette adaptation ne lui auraient sans doute pas fait de mal...

Critique de publiée le 1er décembre 2009.

Que faut-il en retenir ?

  • Une adaptation fidèle, apte à satisfaire les fans,
  • Un style comics sympathique,
  • Dynamique et rythmé,
  • Une excellent rapport qualité/prix.

Que faut-il oublier ?

  • Une adaptation fidèle, apte à rebuter les néophytes,
  • Des couleurs très moyennes.

Acheter Dragons d'un crépuscule d'automne en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dragons d'un crépuscule d'automne sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !