75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Le Massacre des morts-vivants [1980], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 27 août 2009 à 17h55

Jorge Grau, entre Romero et Fulci

Suite à une malencontreuse rencontre qui lui a coûté sa motocyclette, George accepte de tenir compagnie à Redna, qui doit rendre visite à sa soeur, en cure de désintoxication dans une ferme de la campagne proche de Manchester.
Peinant à trouver leur route, le couple décide de demander des renseignements aux autochtones lorsqu'ils aperçoivent, sur le bord du chemin, l'entrée d'une propriété. C'est alors que, pendant que George s'est éloigné pour rencontrer d'étranges individus manipulant une bien mystérieuse machine agricole dans les champs, Redna se voit agressée par un homme titubant, au visage blafard...

Réalisé par l'espagnol Jorge Grau, dans la foulée de son intéressante relecture fantastique de l'histoire de la comtesse Bathory (Ceremonia Sangriante), Le Massacre des morts-vivants est une oeuvre qui a marqué de son empreinte la longue histoire du zombie movie. De par son esthétique très en avance sur son temps faisant fi des codes posés par les seventies et mettant en avant l'aspect spatter (réservés jusqu'alors aux films gore de Herschell Gordon Lewis), le film se trouve être annonciateur de la mode du film de zombie au graphisme horrifique poussé qui ne prendra réellement son essort que quatre ans plus tard avec Zombie.

De par son style, Le massacre des morts-vivants, production anglo-italo-espagnole ultra-violente, augure donc les oeuvres de George A. Romero et la vague transpalpine dont Lucio Fulci sera l'incontestable chef de file (du moins par le talent). Au niveau du script, comme dans Les Raisins de la Mort - le classique de Jean Rollin -, l'élément déclencheur de ce réveil des morts se trouve dans la recherche agricole et ses expérimentations. Le film de Jorge Grau possède donc une argumentation écologique, plus esquissée que pleinement dissertée, mais suffisamment solide pour développer une intrigue qui va entrainer les personnages dans une descente aux enfers dont ils ne ressortiront pas vivants.

Fidèle à l'esprit de l'époque, et suivant l'exemple de George A. Romero dans sa Nuit des morts-vivants, Le massacre des morts-vivants est un film très pessimiste. Il faut savoir en effet que George et Redna, les héros, évoluant dans un univers morne (le choix de la campagne britannique, filmée sous un ciel bas, n'est pas innocent), doivent à la fois affronter des morts-vivants, mais aussi lutter contre l'aveuglement de forces de police réactionnaires qui ne voient en eux que des jeunes fauteurs de troubles, voire des assassins.

La deuxième partie du métrage, qui se déroule dans la morgue de l'hôpital, est d'une très forte violence graphique. Du moins pour l'époque. Se dispersant dans l'établissement, les zombies cannibales attaquent le personnel médical, arrachent les chairs de leurs mains et de leurs dents, dans une orgie sanglante riche en gros plans chocs. Les amateurs d'énucléations, d'éventrations et d'étripages divers seront aux anges. D'ailleurs, si les maquillages, très réussis, évoquent ceux de L'enfer des zombies, de Frayeurs et de bien d'autres films de la grande période du cinéma d'horreur italien, ce n'est pas un hasard car leur auteur n'est nul autre que le grand Giannetto de Rossi.

Les défauts du Massacre des morts-vivants, on peut les trouver dans une première partie manquant un peu de rythme et qui s'égare parfois un peu en route. La mise en place est en effet assez longue, pas toujours très passionnante car elle n’apporte pas énormément d'éléments à l'intrigue (comme l'interrogatoire de la soeur de Redna, qui souffre d'une addiction à l'héroïne). On peut trouver aussi quelques petites incohérences dans le niveau de résistance, assez variable, de ces zombies (plus intelligents que ceux de Romero puisqu'ils se cachent et manipulent des objets) qui sont particulièrement sensibles au feu.

La conclusion de à propos du Film : Le Massacre des morts-vivants [1980]

Nicolas L.
77

Honteusement inédit en France jusqu'en 1980 (et encore, il est sorti à cette date en version censurée), Le massacre des morts-vivants est un excellent film de zombies. La première partie, d'environ trois quart d'heure, qui manque de rythme et parfois d'intérêt, est bien compensée par une deuxième, riche en effets gore, vraiment très réussie. Un grand classique à posséder dans sa DVDthèque.

Que faut-il en retenir ?

  • Une ambiance réussie
  • D'excellents effets gore
  • Zombie movie en avance sur son époque
  • Un fond écologique et social

Que faut-il oublier ?

  • Un manque de rythme dans sa première partie

Acheter le Film Le Massacre des morts-vivants en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Massacre des morts-vivants sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+