75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du téléfilm : L'homme aux yeux de loup [2009], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 25 mai 2009 à 15h55

Danse avec les loups..

Aaron est un sympathique veilleur de nuit, bien dans sa tête et dans son corps. Doté d'un sens aigu du sacrifice, il se jette, un soir d'incendie, dans les flammes pour tenter de sauver un collègue imprudent. Son acte téméraire lui coûte alors la vue. Mais dans son malheur, Aaron a la chance de tomber entre les mains de chirurgiens de talent qui lui greffent les yeux d'un loup.

Bien entendu, l'opération se fait dans la plus totale discrétion, surpervisée par les pouvoirs militaires américains qui entendent ainsi parvenir à maitriser la conception de super soldats. Mais c'est compter sans la persévérance d'une jeune militante indienne, "propriétaire" du loup donneur...

A cette petite anicroche dans la sécurité, il faut ajouter un autre problème, plus inquiétant: depuis son opération (parfaitement réussie), Aaron est sujet à d'étranges hallucinations où il se voit, sous la forme d'un loup blanc, gambader dans les prés, accompagnant sa meute dans une chasse au bison.

La collection Maneater, série de thrillers "animaliers et monstrueux" conçus par RHI pour garnir le catalogue de la chaine cablée SciFi, ne brille pas pour la qualité de ses téléfilms, qui varient de très mauvais (Instinct Primal) à moyens (L'instinct du chasseur)... Et ce n'est certainement pas cet Homme aux yeux de loup qui va changer la donne.

En nous racontant l'histoire de cet homme entrant en communion avec l'esprit du loup (son animal de puissance),Yelena Lanskaya approche de façon très pataude un peu harmonieux mélange de shamanisme et de science-fiction pour transformer le tout en une insipide mélasse à la métaphore lourdingue. Manquant totalement d'inspiration, hésitant sans cesse entre ces deux thèmes antithétiques (mais pas forcément insolubles avec un tant soit peu de talent), le réalisateur finit par échouer dans son entreprise de construire un film "intelligent", désarmorçant les passages introspectifs et poétiques par de rares et mauvaises séquences d'action, des scènes mélodramatiques puériles et des digression écologiques scolaires.

De plus, le personnage principal, Aaron, interprété par Cory Monteith, construit suivant les archétypes propres aux comics de super-héros, est peu crédible, donc guère attachant. En effet, suite à sa greffe oculaire, Aaron se voit doté de super pouvoirs (une agilité et une force incroyable, plus féline que canine,d'ailleurs) en totale contradiction, de par leur forme, avec le coté mystique et introspectif de l'intrigue. Ainsi, plombée par la présence de protagonistes caricatureux et la débauche de clichés "folkloriques", la quête initiatique d'Aaron se retrouve réduite à une sorte de très naïf conte pour enfants (on évolue très loin de la magie de Wolfen, par exemple).

C'est d'autant plus dommage qu'à coté de cela, il ne se passe pas grand chose au pays des hommes loups, des totems et des attrape-rêves. Le script, extremement basique (en dehors de son aspect animiste et écologiste), qui raconte la traque d'un surhomme par des agents gouvernementaux, est en effet très pauvre en séquences d'action. Conséquence: L'homme aux yeux de loup, il faut bien l'avouer, finit par trainer en longueur et ennuyer même l'amateur de légendes indiennes. Il est difficile de parler dans son cas de contemplationisme; il s'agit plutôt de vide cinégénique.

 

 

La conclusion de à propos du Téléfilm : L'homme aux yeux de loup [2009]

Nicolas L.
20

Bon, je crois que j'ai enfin, pour le moment, effectué le tour de la collection Maneater Series. Ouf. maintenant, Hybride n'est pas le pire de tous, loin de là, mais il est assurément l'un des plus soporifiques. L'aspect contemplationiste et introspectif est trop maladroitement traité pour être efficace (la photographie est, de plus, trop moyenne pour ce faire) et l'intringue, trop simpliste, traine en longueur. Au final, comme Yelena Lanskaya échoue à nous offrir un film poétique, elle nous inflige un navet barbant.

Que faut-il en retenir ?

  • Une tentative maladroite, mais sincère, de construire un film intelligent

Que faut-il oublier ?

  • Réalisation trop indécise
  • Aspect mystique trop superficiel
  • Tire en longueur

Acheter le Téléfilm L'homme aux yeux de loup en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'homme aux yeux de loup sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+