75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Téléfilm : Ogre
Ogre >

Critique du Téléfilm : Ogre

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 16 avril 2009 à 1619

Un ogre au Village

"Mais c'est complètement débile! Voilà des mecs qui luttent contre un ogre afin de ne pas être tués, tout en sachant, qu'inévitablement, ils vont mourrir s'ils le tuent!"

Ces deux phrases, prononcées dans l'hilarité générale, sont sorties tout naturellement de la bouche de mon fils de 13 ans, suite à la conclusion complètement débile de Ogre, un téléfilm fantastique produit par la chaine Sci Fi. Vous comprenez donc que je vais vous parler là encore d'une de ces perles de n'importe quoi que sont ces métrages issus des chantiers de la chaine câblée qui nous est si chère.

Le script de Ogre narre les déboires de la population d'un village de la Pennsylvanie du 19ème siècle qui, pour mettre un terme à une terrible épidémie, a usé de sortilèges puissants et se retrouve désormais prisonnière d'une boucle temporelle au cours de laquelle elle doit, pour survivre, régulièrement sacrifier des concitoyens à un ogre. Leur terne existence va soudainement être chamboulée, après deux siècles d'isolement total, par l'intrusion de jeunes randonneurs américains dans leur univers...

Le film, réalisé par Steven R. Monroe, concentre ainsi les éléments pittoresques et mystiques du Le Village de M. Night Shyamalan et ceux, plus pulp et mouvementés, du très classique voyage temporel. L'on peut se dire "pourquoi pas?"  mais le problème est que, dés le début, l'on assiste à un véritable raz de marée d'incohérences qui décrédibilisent totalement le récit . La plus grotesque se trouve dans la matérialisation du moyen qui barre l'accès à l'univers du Village: un sentier simplement obstrué par une chaine et un panneau sur lequel est inscrit "No Tresspassing".  Il est ainsi absolument inconcevable que ce village perdu dans le temps n'ait donc pas déjà été visité, du moins par quelques chasseurs ou gardes forestiers. D'autant plus que l'on se rend compte, au cours du film, que ce patelin ne se situe guère loin d'une route importante.

La deuxième grosse incohérence se situe dans la nature même du pacte et dans le comportement des villageois vis-à-vis de celui-ci. Il faut savoir que le sortilège censé guérir les malades a été jeté par un "shaman" (plutôt un sorcier) absolument antipathique et autoritaire. Ce sort a amené sur Terre un Ogre sanguinaire qui réclame chaque année un sacrifice humain... en échange de quoi les villageois obtiennent une sorte d'immortalité précaire. Il est donc étonnant que cette communauté puritaine supporte sans broncher, durant deux siècles, à la fois ce pacte qui sent tout de même un peu le souffre et cet individu hautain et non originaire du village.

Heureusement, tout n'est pas aussi triste que ce scénario crétin. Ainsi, si la réalisation ne brille guère par son originalité et que le montage présente quelques petits problèmes de raccords, le film reste assez rythmé et lisible et, surtout, il présente un ogre en CGI d'une qualité de modélisation très discutable (la texture semble piquée dans un jeu vidéo vintage)  mais vraiment rigolo. Imaginez un mélange de Shrek et d'un ogre de Warhammer (pour ceux qui connaissent) se déplaçant avec la démarche d'un Daffy Duck obèse et vous aurez un assez bon aperçu de cette cruelle créature. Bon, c'est sûr, il n'est pas du tout effrayant mais cela au moins le mérite d'être divertissant et chacune de ses apparitions m'a bien fait sourire. A noter aussi quelques petits effets sanglants rudimentaires mais assez gore.

Le film n'est également pas avare en passages débiles et croustillants, comme quand les derniers villageois fabriquent arcs et flèches de fortune et se mobilisent enfin pour détruire la créature (avec cet armement, il ne pourrait même pas tuer un lapin, alors un monstre de trois mètres de haut). Ou quand, au lieu de fuir, les comédiens restent immobiles sur leurs repères pour être en parfait raccord lors des inserts numériques, quand l'ogre va les écraser de l'un de ses pieds ou les décapiter dans mouvement de bras. Absolument désopilant. Puis, comme je vous le disais plus haut, le final est également très con... et très drôle.

La conclusion de

Bon, Ogre c'est nul. On est bien d'accord là-dessus. Mais Ogre, c'est aussi parfois assez rigolo. Enfin, moi, j'ai rigolé, mon gamin aussi... bizarrement, mon épouse, non. Je crois même qu'elle s'est endormie au bout d'une demi-heure, pour se réveiller en sursaut à la fin, suite à nos éclats de rire.

Que faut-il en retenir ?

  • Drôle au dixième degré

Que faut-il oublier ?

  • Scénario bourré d'incohérences Réalisation sans génie CGI médiocres

Acheter Ogre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Ogre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+