75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Darkman
Darkman >

Critique du Film : Darkman

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 24 juillet 2003 à 0842

La justice sans visage

Chapitre 1
Peyton Westlake est un généticien de premier ordre. Il va bientôt découvrir comment recomposer la peau humaine (mains, visage, …). Mais voilà il est malencontreusement victime d’un gang et laissé pour mort. Défiguré et perturbé, il décide de se faire justice. Naît de là un nouveau super-héros, capable de changer de visage et ainsi d’être partout et nulle part.
Sam Raimi fan de comics était le réalisateur idéal pour ce type de film. Après avoir fait une démonstration plutôt épatante sur la série Evil Dead, il s’attaque ici à un nouveau genre et quitte le domaine du film d’horreur pour celui du héros. Il faut rendre hommage à la mise en scène car Darkman concilie avec merveille le côté bande dessinée et cinéma ce qui est plutôt rare. Chaque plan est découpé comme une bande dessinée tout en servant le média qu’est le cinéma et ne tourne jamais dans le "trop".
Le héros est interprété par l’excellent Liam Neeson, bien avant sa consécration avec Schindler et Star Wars 1. Même si le héros à souvent le visage caché, il offre par sa taille et sa carrure physique un personnage impressionnant. De plus le personnage de Peyton Westlake reste suffisamment présent à l’écran pour lui permettre de jouer pleinement.
La musique signée Danny Elfman est superbe et suit merveilleusement les images de Raimi. Ce premier n’est pas un novice dans le domaine du "super-héros" puisqu’il signa la série Batman de Burton et que plus tard il retrouva Raimi pour son Spiderman, autant dire qu’il est bien ancré dans le domaine.
Moins impressionnant que la série de Burton sur Batman et moins poétique que le Superman de Donner, sa faille est peut-être dans son budget, ce qui empêche de grandes scènes épiques. Mais de-là aussi réside sa force, vu que ce film y gagne dans le "non compromis" et propose ainsi un personnage vraiment fort, un justicier oui, mais utilisant des méthodes pas forcément des plus correctes.

La conclusion de

Darkman est un film sombre, très bien interprétée et épaulé par une musique et une mise en scène somptueuse. Rarement l’univers "comics" et "super-héros " dans la mise en scène n’aura été aussi proche et aussi bien représenté au cinéma.

Acheter Darkman en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Darkman sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+