75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Épilogue
Épilogue >

Critique de la Bande Dessinée : Épilogue

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 13 février 2009 à 1101

This is the end...

Dixième et dernier épisode de la série, ce tome sobrement intitulé Epilogue se déroule pendant et peu de temps après les évènements survenus dans l’épisode III.

Les intrigues des trois histoires présentes dans le tome se concentrent donc sur les Jedi à commencer par ce qu’il advient de Quinlan Vos pendant le film de Lucas. Et qui de mieux que le combo Ostrander (scénario)/ Duursema (dessin) qu’on ne présente plus pour s’occuper du plus célèbre Jedi de l’Univers Etendu ? On apprend donc que le Jedi est en fait sur Kashyyk aux coté de Unduli et de Yoda tout en tombant sur son vieil ami Villie vu dans les premières aventures de Vos. L’histoire se distingue en deux parties : L’avant ordre 66 où l’on voit un Quinlan pressé que la guerre se termine avec quelques accrochages avec les clones et l’après ordre 66 où Vos est blessé et traqué par des clones très coriaces. Si la première partie est très sympathique, la seconde est sublime avec un héros poussé à bout revoyant des éléments clés de sa vie et ce avec une certaine poésie… Alors bien sur le dessin de Duursema fait encore des merveilles donnant plus de puissance à l’histoire dans les forêts de la planète des Wookie et l’arrivée de la pluie. Une très bonne histoire digne du reste de leur œuvre, dommage que la fin reste un peu tirée par les cheveux…

Concernant les deux autres histoires, outre le fait qu’elles soient déjà présente dans le Star Wars BD Mag (Delcourt s’est un peu planté sur le coup…), mettent en scène des Jedi survivant de l’ordre 66 avec plusieurs solutions qui s’offrent à eux : Disparaître, continuer de combattre loin du cœur de l’Empire ou alors faire font à plusieurs contre l’Empereur et son valet Dark Vador. La première histoire (qui sert aussi d’introduction à la série Dark Times) intitulée Vers l’Inconnu… reprend les deux premières solutions énoncées plus haut entre les péripéties de deux maîtres : Dass Jennir aux allures d’Elfe obligé de se réfugier chez l’ennemi car poursuivi par les clones sur Néo-Plympto alors que sur Toola le maître Hudorra doit s’occuper d’une Padawan et quitter cette planète au plus vite… Ce scénario de Welles Hartley tient parfaitement la route malgré les deux histoires parallèles et les trois planètes visitées très bien rendues par le dessin de Doug Weathley avec des contrastes intéressants entre la planète-forêt, celle de glace et la folie urbaine de Coruscant. Son style assez proche de Duursema est ici un ravissement pour les yeux avec un jeu sur les couleurs très intéressant. La dernière histoire est aussi son œuvre mais il est cette fois accompagné de John Ostrander sur une histoire mêlant questionnement des Jedi survivants pour savoir quoi faire et l’obsession de Vador pour retrouver Kenobi. Les Jedi sont regroupés autour de Tsui Cho et Bultar Swan se rendant sur Kessel avec six autres frères d’armes pour affronter Dark Vador. Weathley peut montrer qu’il est très à l’aise dans les scènes d’action avec encore un dessin impeccable montrant enfin Vador à l’œuvre même si l’histoire est un peu rapide…

La conclusion de

Une très bonne fin que ce tome qui montre jusqu’au bout que l’Univers Etendu est capable de produire de très bonnes œuvres. Une série qui voit aussi la consécration d’Ostrander et de Duursema. Dommage que les deux dernières histoires n’égalent pas le niveau de la première.

Acheter Épilogue en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Épilogue sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars