75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Téléfilm : La nuit des hurlements
La nuit des hurlements >

Critique du Téléfilm : La nuit des hurlements

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 18 juillet 2008 à 1554

Qui a peur du méchant loup?

La nuit des hurlements (titre français idiot) est un film de maison hantée tout ce qu'il y a de plus commun. On y trouve donc un couple de braves gens qui aménage dans une vieille demeure au passé trouble. Quelques jours seulement après leur installation, des manifestations étranges se produisent, accompagnées de chants venus de nulle part et de bruits inquiétants. Bref, rien de bien original là-dedans et, affublé d'un scénario aussi convenu, le film ne doit plus son efficacité qu'à son traitement et son interprétation.
Du coté de la réalisation, le cinéaste Walter Klenhard a choisi l'option « classique et intimiste ». Donc, ne vous attendez pas à de grands effets, ni à un rythme endiablé, la narration est menée de manière très sobre, à la manière d'un vieux film à suspense des années 50, et le réalisateur se penche à mettre plus en avant le processus progressif de la découverte du secret de cette maison que de verser dans le spectaculaire (il n'en avait d'ailleurs probablement par les moyens). Conséquence: on ne frémit pas beaucoup.


Quelques personnages inquiétants viennent ajouter à l'ambiance mystérieuse. Ainsi, Sara, l'envoutante locataire, joue le rôle d'élément perturbateur, celui qui se doit de fragiliser encore plus ce couple déjà bien ébranlé par les récentes frasques de Mark. Puis, il y a bien sûr le loup, qui incarne le seul élément horrifique du film, et qui, comme les autres, nous donne un indice quand à la nature et l'identité du spectre qui hante la maison. Malheureusement, malgré tous les louables efforts de Walter Klenhard, le film reste désespérément prévisible et peu enthousiasmant, notamment lors des séquence d'investigation sur le passé de la propriété Hastings (avec les habituels petits tours dans la bibliothèque et les archives de la ville).
Heureusement, la distribution relève un peu l'interêt. Ally Sheedy est très convaincante dans le rôle de Susan, une femme qui, suite aux infidélités de son mari, a perdu confiance en elle et se croit même, à un moment, devenue folle. Une épouse fragilisée qui va cependant réagir en essayant de comprendre ce qui lui arrive. Son personnage efface d'ailleurs totalement celui de William R. Moses, Mark, l'acteur n'ayant pas le dixième du charisme de sa partenaire. Notons aussi, pour finir, que Louise Fletcher, même si elle occupe qu'un petit rôle, se pose comme le personnage le plus ambigu, et par là-même l'un des plus intéressants.

La conclusion de

Petit téléfilm au scénario mille fois vu et à la réalisation très sage, La Nuit des Hurlements ne vaut guère que par son personnage interprété par une excellente Ally Sheedy et une narration qui se laisse gentiment suivre et qui n'effraiera que l'audience la plus jeune.

Que faut-il en retenir ?

  • Ally Sheedy, impeccable
  • Un spectacle tout public

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario mille fois vu
  • Réalisation très sage
  • Peu de suspense, pas d'horreur

Acheter La nuit des hurlements en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La nuit des hurlements sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+