75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : 10 000 [2008], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 21 mars 2008 à 07h09

Une chasse aux mammouths plutôt décevante

Il y a bien longtemps, sur une planète pas si éloignée, un jeune homme nommé D'Leh tombe sous le charme des yeux bleus de Evolet, orpheline recueillie par son peuple et annonciatrice d’une prophétie! Les années passent et D'Leh continue à ne penser qu’à sa belle. C’est ainsi que, pour montrer son courage et demander la main de son élue, il décide de partir chasser le mammouth. Triomphant de la bête par le simple fruit du hasard, le jeune homme se considère indigne et pas assez courageux pour mériter l’élu de son cœur. Cependant, ce courage, il le trouve lorsque Evolet et le reste de son peuple sont capturés par des pillards venant d’une contrée très lointaine. Lui et quelques autres qui ont échappés à la capture ou à la mort décident de poursuivre les pillards pour délivrer les leurs…
Roland Emmerich n’a rien d’un grand réalisateur et ne le sera certainement jamais. Cependant, parfois, il peut se révéler être un faiseur efficace. Capable de quelques réussites dans le domaine du divertissement (Moon 44, Stargate, le jour d’après) il est aussi capable du pire (Godzilla, Universal Soldier). Le connaissant, avec une histoire assez classique comme "10 000" nous étions donc en droit d’espérer un film de divertissement haut de gamme, certes peu original, mais riche en moments de bravoure, avec une forte dose de sens épique. Hélas, avec "10 000" la déception est assez vertigineuse et cela, même si déjà, à la base, de Emmerich, l’on ne s’attend jamais à un chef-d'œuvre.


Le scénario - quasi inexistant - surfe sur les éternelles prophéties annonçant un homme qui s’élèvera parmi les autres afin d’aider son peuple à se rebeller et évoluer. De plus, on trouve comme sur Conan une sorte de voix off voulant conter la légende, et comme sur Stargate un méchant situé en Égypte et considéré comme un dieu. Bref, tout un mixage de déjà vu qui au moins aurait pu conduire à du dépaysement et de l’aventure. Côté dépaysement, il n’y a pas trop à se plaindre. Le spectateur passe par diverses régions – plus ou moins toutes d’ailleurs – et cela, dans un cinémascope de toute beauté.
C’est le côté aventure qui pèche ! La faute ne revient certainement pas aux effets spéciaux qui tiennent toutes leurs promesses et sont d’un réalisme inégalé. On voit même jusqu'à perler la sueur sur les poils des mammouths. Les techniciens n’ont vraiment rien à se reprocher, leur travail sur ce film est en tout point remarquable. Le coupable de ce ratage cinématographique est bien Roland Emmerich. La mise en scène du réalisateur est d’une mollesse stupéfiante - une tare que jusqu’ici nous ne pouvions pas trop lui attribuer, même dans ses pires films. Elle accumule des séquences et des choix tous plus ridicules les uns que les autres - avec une mention spéciale pour un final qui risque de déclencher les fous rires et trôner au sommet des conclusions les plus grotesques. Il y a bien de grands plans panoramiques, des moments d’actions avec des attaques de grosses bestioles, alors on peut se demander comment on arrive à s’ennuyer. J’y vois principalement trois raisons. Il y a d’abord les dialogues ridicules et le peu de crédibilité à voir des hommes parler parfaitement le bon anglais d’aujourd’hui. Ensuite, il y a un manque de rythme dans le découpage et la façon dont les actions sont menées les rendent facilement prévisibles. Pour terminer, il y a une direction d’acteurs frôlant le zéro absolu et un choix de coupes de cheveux « rasta » assez discutable.
Mais surtout, comme je l’ai déjà mentionné, le casting est une horreur sans nom ! Soit Emmerich, trop occupé par la technique n’a effectué aucune direction d’acteurs, soit, toujours trop occupé par la technique, il a oublié de jeter un œil au résultat lors des rushs. En gros, il n’y a personne pour relever le niveau. Si c’était un film italien à petit budget comme l’on en voyait dans les années 80, avec les pseudos plagias des grosses productions, la platitude du casting ne m’aurait pas vraiment surpris, mais ici ce n’est pas le cas. Et pourtant, l’on n’est pas loin de voir des acteurs de ce genre…

La conclusion de à propos du Film : 10 000 [2008]

Richard B.
25

10 000 c’est de l’action, de la romance, des effets spéciaux incroyables, du total dépaysement, mais c’est surtout aussi un film supra ennuyeux, très souvent ridicule et 10 000 fois vu et revu… et en 10 000 fois mieux !

Acheter le Film 10 000 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de 10 000 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de 10,000 B.C

  • Voir la critique de 10 000 : La folle histoire du Monde
    25

    10 000 Critique du film par Nicolas L.

    La folle histoire du Monde : Avec son scénario débile et sa réalisation lamentablement plate, le dernier délit de Roland Emmerich aurait pu être un nanar de lu…
    Temps de lecture : 4 mn 56

  • Voir la critique de 10 000 : 10 000 raisons de ne pas l'aimer !
    20

    10 000 Critique du film par Sylvain T.

    10 000 raisons de ne pas l'aimer ! : Roland Emmerich nous livre avec 10 000 du cinéma spectacle rien de plus, un film que l’on retiendra seulement pour ses effets spéc…
    Temps de lecture : 2 mn 48