75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Temps de l'Accomplissement >

Critique du Roman : Le Temps de l'Accomplissement

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mardi 6 novembre 2007 à 15:16

Le réveil du Dragon Blanc

Daros serra plus énergiquement les trois poignées, unies par la seule force de sa main, et il ressentit une chaleur intense et douce, comme s’il communiait avec cette arme à la fois ni trop légère ni trop lourde, parfaitement adaptée à son bras. D’instinct, il compris qu’il s’agissait d’une épée exceptionnelle, comme si l’arme, fruit d’une maîtrise technique ancestrale, symbolisait un équilibre parfait de puissance et de légèreté. Comme si elle n’avait été forgée que pour lui…
Le Temps de l’Accomplissement est le premier tome d’un cycle fantastique construit par une écrivaine méconnue, M.H. Esling. Et c’est également le premier roman édité par la jeune maison 5ème Saison. Deux aspects notables qui nous permettent d’affirmer que cet ouvrage requière une importance extrême pour bon nombre de personnes.
Dans ce livre, avec un style tout d’abord ampoulé mais qui se délie au fur et à mesure que l’intrigue progresse (involontairement ou non, je n’ai pas pu décider), l’auteur nous conte plus une phase existentielle d’un univers fantasmé qu’une aventure épique mettant en exergue des individualités précises. Ainsi, elle s’attache plus à nous narrer une légende mythologique, s’éloignant par ce fait du domaine de l’heroic fantasy rencontré habituellement ces derniers temps. Et c’est en cela qu’est très intéressante cette terre de , alliage de différents éléments inspirateurs issus de la mythologie gréco-latine, du folklore celtique et nordique, et on y trouve même quelques soupçons d’influence orientale.
Comme on a plutôt droit à une vision en « plan d’ensemble » de cet univers, les personnages d’importance sont nombreux, introduits dans le roman à la manière d’une fresque, au fur et à mesure que l’on arpente la topographie de l’île. Le personnage principal, noyau de cet univers, est Daros, un jeune homme amnésique que l’on sait d’essence divine… Que dis-je ? Bien plus que cela, en fait ! Doté de pouvoirs extraordinaires, il devient l’enjeu d’une lutte entre des entités surhumaines qui voient en lui la clé donnant l’accès au pouvoir suprême ou une arme apocalyptique. Autour de Daros, deux hommes, Angus et Ranel et une femme, Isaïel. A la fois assistant, disciple, tuteur et amante, ces personnages sont autant d’électrons qui vont fournir à Daros l’énergie et l’humanité nécessaire à sa (vaine ?) quête de libre arbitre.
Si je trouve que Daros manque un peu de relief et est en déficit de charisme - ce qui est très embêtant, vu l’importance du personnage dans cette histoire - d’autres protagonistes sont extrêmement bien réussis et rattrapent parfaitement ce qui pour moi est la principale lacune de ce récit. Ainsi, par exemple, M.H. Esling récupère parfaitement le très classique concept de l’entité malveillante qui, dans son miroir, observe les faits et gestes du héros, et nous offre un très réjouissant Etre Supérieur qui sert le roman à la fois par son profil théâtral - ce qui donne lieu à quelques passages bien « dark » - et qui fait également office d’interprète, recadrant dans un contexte historique et cosmologique les évènements qui se déroulent dans l’environnement de Daros.
A coté de cela, les propriétés de l’âme humaine ne manquent pas d’être mise en relief à travers les agissements et les pensées des différents protagonistes humains. On reconnaît ainsi l’amour courtois mais aussi le doute et la jalousie avec Ranel le guerrier exilé, la loyauté et l’entêtement avec le barbare nordique Angus, la beauté du cœur et les vertus de la passion avec la belle Isaïel, la vilenie et la concupiscence avec le noble Warkan, la piété et la bonté avec la guérisseuse Anissa et la servilité et la lâcheté avec le « nain » Theodor. Tout un ensemble de sentiments exacerbés qui fait que, même si le cliché n’est parfois pas évité, on ne s’ennuie pas une minute à la lecture de ce première tome. Et surtout, très important, on a envie d’en savoir plus…

73

Lauréat du prix Merlin en 2006, le Temps de l’Accomplissement est une intéressante œuvre de littérature fantastique dotée d’une intrigue palpitante et bien construite. L’ensemble, il faut bien l’avouer, n’est pas particulièrement original, tombe souvent dans le piège du cliché, mais tous les éléments classiques des récits mythologiques et féeriques sont habilement récupérés pour construire une histoire accrocheuse, dotés d’une brochette de personnages attachants. Je regrette juste un peu le manque de relief de Daros, pourtant protagoniste principal et déclencheur des évènements. Une chose est sûre, je vais me plonger dans le tome 2 dés que possible pour me faire un avis plus définitif.

Critique de publiée le 6 novembre 2007.

Que faut-il en retenir ?

  • Une histoire accrocheuse et bien construite
  • Quelques personnages attachants
  • Une mythologie qui se dévoile petit à petit
  • Un style d’écriture travaillée, qui me convient bien

Que faut-il oublier ?

  • Un ensemble qui manque d’originalité, pas mal de clichés
  • Un personnage principal un peu terne

Acheter Le Temps de l'Accomplissement en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Temps de l'Accomplissement sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !