75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Sinking of Japan
Sinking of Japan >

Critique du Film : Sinking of Japan

Avis critique rédigé par Nicolas L. le mercredi 26 septembre 2007 à 1626

Quand le Japon boit le bouillon…

Le japon va couler. L’élite scientifique japonaise en est sûre. Quand ? C’est simplement une question de mois, au mieux un an. Pourquoi ? Une dérive accélérée des plaques tectoniques en raison d’un glissement de je ne sais plus trop quoi. Une histoire de fluide ou quelque chose comme ça. Je n’ai, je l’avoue, pas trop écouté les explications fumeuses des grosses têtes asiatiques devant un parterre de politiciens aussi attentif que moi. De toutes façon, les raisons moi je m’en tamponne le coquillard, moi ce que je veux, c’est des actes, et du spectacle…


Malheureusement, je n’en aurais pas des masses. Car avant d’être un film catastrophe comme un début tonitruant aurait pu le laisser croire, The Sinking of Japon est avant tout un mélodrame tendance Collection Harlequin (tout un moonnnde d’évasiiion!..) avec ses inévitables expositions de bon sentiments. Aussi, si l’on voulait faire des équivalences, on pourrait comparer le film de Shinji Higuchi à ces vieilles fresques hollywoodiennes que sont La Mousson ou Typhon sur Nagasaki, à savoir des romances idéalisées mis à mal ou testées par des évènements extérieurs.
Donc, Sinking of Japon est bourré de très bavardes séquences romantiques un peu gnian-gnian, mais dans son domaine, il faut admettre que le film se tient plutôt bien. Il bénéficie de plus de ce sympathique coté naïf propre au cinéma japonais (on a même droit à un passage karaoke !) qui rend le spectacle plus digeste que ses homologues américains versant dans le pathos pachydermique. Et je pense que si l’on adhère au style, (ce qui n’est pas mon cas, je tiens à le signaler) on peut trouver quelques satisfactions dans l’exposition de ces destins croisés et même, pourquoi pas, verser une petit larme à l’occasion du sacrifice du héros ou du sens du devoir de la femme pompier (qui l’est parce que papa est mort comme tel… burps… oups, pardon…)

Le récit se concentre sur l’histoire d’une famille, sur les sacrifices consentis et les peines supportées. A coté de cela, l’on se voit offrir de fréquents bonds dans des discours parallèles mettant en scène les processus d’urgence établis par les autorités et enfin, quelques courtes séquences (très réussies) consacrées aux catastrophes. Dans l’ensemble, l’on a l’occasion de voir des tremblements de terre, un tsunami et une éruption volcanique. Cela peut sembler confortable pour un simple film, mais sachez que leurs expositions sont vraiment très brèves et que souvent l’on a simplement droit à quelques plans satellites montrant l’ampleur des dégâts. Un peu frustrant quand même…
Au niveau du jeu des comédiens, au pays de la jupette et des petites socquettes, il ne faut pas s’attendre à une débauche de romanesque nihiliste, mais plutôt à pléthore de situations tendres et idéalistes. C’est en fait ce qui me gène le plus dans ce film, le manque de variété (et de réalisme) dans les personnalités. Ceux, dans notre monde occidental, qui se plaignent du manque de sincérité dans les œuvres de grand public devraient jeter un œil à ce film pour voir que finalement nous ne sommes pas les plus mal lotis et que contrairement aux idées reçus, les hommes comme Miike ou Kurosawa ne sont pas des artistes fréquemment rencontrés, même au Pays du Soleil Levant….

La conclusion de

The Sinking of Japan est un mélodrame un peu désuet sur fond de catastrophe naturelle. Dans son genre, le film n’est pas mauvais, mais j’ai de plus en plus de mal à adhérer à cette vision idéaliste et naïve des rapports humains. A coté de cela, notons cependant que même si les séquences consacrées sont très brèves, les reconstitutions cataclysmiques sont tout à fait convaincantes et impressionnantes.

Que faut-il en retenir ?

  • Bonne mise en scène
  • De bons effets spéciaux

Que faut-il oublier ?

  • Une naïveté et un idéalisme un peu trop sucrés
  • Peu de séquence catastrophe
  • Il faut aimer le mélo, ce qui n’est pas mon cas

Acheter Sinking of Japan en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sinking of Japan sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Submersion du Japon

En savoir plus sur l'oeuvre La Submersion du Japon